Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu le plus aimé depuis le 23/03/2017 dans toutes les zones

  1. 5 j’aime
    J'ai tout de même deux bonnes nouvelles pour toi @Endwars. Avec ta mort (officielle?) sur l’hôtel de la gloire Napolitaine, ton rêve d'une Italie unie se rapproche un peu. Et pour garder mémoire de ton acte de bravoure, je ferai sculpter une statue à ton effigie, que je placerai dans mon panthéon.
  2. 5 j’aime
    Voici les tiers de la première session ! Vu la quantité de joueurs je n'ai pas eut le temps (ou le courage) de faire tous les pays, j'en rajouterais peut-être avant la prochaine session. Merci à Princesse-sandwich pour sa contribution. La quantité de texte est inégale car parfois il n'y a pas grand chose à dire sur les pays vu leur taille ou ressemblaient simplement trop à leurs voisins. Le tier 1 regroupe les pays très puissants dominants leur zone, le tier 1.5 les pays concurrents au tier 1 ayant le potentiel de leur faire face, le tier 2 les pays secondaires avec certains avantages mais devant subir la diplomatie des pays plus puissants, le tier 3 (si j'arrive à le sortir) reprend les pays avec beaucoup de retard, le tier de la déchéance (je compte sur de généreux bénévoles) comprend les pays ayant presque été sabotés volontairement par leur joueur. Tier 1 : L’Ottoman pas méchant. L’Ottoman a prit un départ classique, c'est-à-dire bien cheaté en début de partie, même s’il reste pacifique avec les autres joueurs pour le moment. Le pays a blobbé toute sa zone d’expansion, voire plus en comptant la prise d’Azerbaican sous le nez de la Perse, tout en ajoutant la vassalisation de la Valachie, de Byzance et des régions d’Anatolie. Cependant, malgré la présence de la source infinie de points qu’est Mehmet 2 et l’avancée en doctrine défensive, la renaissance n’est toujours pas apparue et les provinces restent peu développées. De plus le pays manque encore de bâtiments malgré son revenu important, effet secondaire de l’expansion rapide du pays, sans parler d’une grosse alliance qui se forme face à lui. L’empire Ottoman est donc très fort, mais possède toujours des défauts à corriger qui l’empêchent d’atteindre le God-Tier. La Castille tranquille. Avec l’union personnelle sur l’Aragon sécurisée et la plupart de ses voisins réduits à l’état de minions, la Castille bénéficie d’un départ tranquille et sans aucunes difficultés. Le pays possède déjà beaucoup de bâtiments et a donc les moyens de se payer des conseillers plus efficaces, ainsi qu’une armée de bonne taille sans compter celle de ses nombreux serviteurs IA et humains. De plus, la colonisation semble être à portée de bras avec une avance raisonnable dans la doctrine d’exploration. Malgré ce monde rose des bisounours, le pays possède certains défauts, un prestige dans les abysses (c’est couteux de se débarrasser des incompétents qui héritent de la couronne) et une démonstration de force inexistante due à la couardise du joueur, ne se permettant pas de mettre beaucoup de rivaux. Le pays est aussi assez proche du God-Tier, cependant il ne distancie pas encore assez ses concurrents pour l’atteindre. La France absente. Séance très calme pour la France, qui malheureusement n’a pas pu jouer la moitié de la session (à cause d’une bande d’égoïste refusant le rehost alors qu’il restait encore 45 minutes). Le pays n’a donc pas pu se développer sous la régence de l’IA, cependant il reste assez puissant grâce à une force limite plus grande que celle de ses voisins et la récupération gratuite de quelques territoires sur l’Anglais. Heureusement le pays possède encore beaucoup de points de monarque et de Manpower, malgré l’IA qui s’autorise à attaquer l’anglais (n’oubliez pas de régler vos IA bande de chiens), sans oublier ses revenus qui restent plus que correct. Il est donc difficile de juger la France, qui aurait surement pu monter plus haut dans le classement, cependant son bon état et ses alliances italiennes lui permettent de rester dans le tiers 1, devant certains de ses concurrents. Tier 1.5 : Le bœuf Bourguignon. Le plus beau et majestueux pays du monde réalise un départ assez habituel, mort du souverain 5/5/5 après quelques années, annexion en partie de l’Alsace-Loraine et matraquage d’allemands du nord sont au programme. Le pays vient d’intégrer son premier vassal, ce qui lui permettra de faire d’autres choses avec la relation diplomatique libérée. La Bourgogne bénéficie d’un prestige et d’une démonstration de force élevés, cependant l’expansion agressive due à l’empire ralentit fortement l’agrandissement des frontières, sans oublier des revenus moindres que ses voisins ne lui permettent pas de faire autant de bâtiments que voulu. Le pays bénéficiant de ses unions personnelles possède donc une force armée conséquente, difficile à attaquer et évite les dépenses de Manpower dans les petites guerres. Cependant la Bourgogne s’est engagée dans beaucoup de conflits afin d’aider ses voisins allemands, investissement qui peut s’avérer risqué. Le pays manque malheureusement le Tiers 1 de peu à cause de son revenu trop faible, mais aussi de sa dépendance envers ses unions qui ne bénéficieront pas du moral Bourguignon. L’Angleterre scandinave. La perfide Albion semble avoir fait un départ très frénétique, avec une stratégie très agressive orientée vers la Scandinavie et le nœud de Lubeck. Le pays s’est emparé du Jutland et des iles norvégiennes, sans oublier sur le passage Bergenshus, laissant l’Ecosse et l’Irlande pour plus tard. L’Angleterre semble bénéficier d’un accord habituel avec la France (que l’IA semble ignorer), lui permettant d’éviter des guerres longues et sanglantes avec elle, cependant elle ne bénéficie pas d’alliés lui permettant une meilleure force de frappe sur le continent. Quant au pays lui-même il bénéficie d’un revenu, d’un prestige et d’une démonstration de force conséquents, même si le Manpower maximal est plus faible que celui de ses voisins. Quant à la guerre contre la ligue de Lubeck, la situation semble délicate car elle attire l’attention de tous les pays de la région, estimant une Angleterre intouchable sur son île, comme un voisin indésirable. Le pays échappe de peu au Tiers 1 de part sa force armée plus réduite que celle de ses voisins, mais aussi de part son choix controversé des idées économiques qui certes sont utiles, mais ne font que creuser l’écart militaire avec les autres pays, alors que la stratégie adoptée semble très agressive. Le Mamelouk, roi du désert. Au Moyen-Orient le sultanat Mamelouk a bien progressé dans son blobbing intensif, accumulant des vassaux et s’étendant de la Syrie jusqu’à l’Oman, en passant par l’Ethiopie. Cependant même s’il est beaucoup plus grand que ses voisins, il n’est pas évident de régner sur des étendues de sable. Le pays bien qu’il ait une limite de force très grande, manque encore cruellement de revenus avec l’impossibilité de récolter efficacement dans le nœud d’Alexandrie. Le sultanat reste presque à jour technologiquement et l’institution ne tardera pas à se débloquer via le voisinage de Venise, sans compter l’investissement dans des conseillers plus couteux, permettant de rester à jour en doctrines et dans les technologies, mais empêchant la construction de bâtiments qui seraient peut-être plus rentables à moyen et long terme. Au niveau diplomatique c’est la grande inconnue, le pays n’ayant pas d’alliés, mais ne tombant toujours pas en conflit contre l’ogre Ottoman. L’Autriche, PLS ou pas PLS ? Surement le départ le plus controversé, contradictoire, malchanceux et même ridicule qu’une Autriche peut faire. Le pays en lui-même reste assez fort, avec une force limite convenable, des revenus élevés permettant de créer beaucoup de bâtiments, l’institution à portée de main et un suzerain absolument BROKEN. Cependant, la tragique perte du titre impérial et de la couronne de Bohème font perdre un temps fou au pays, qui doit recommencer ce qu’il a déjà réalisé. L’équilibre du nord de l’Allemagne est rompu, la perte du titre d’empereur laisse le libre passage à toutes les puissances extérieures dans l’empire. Au niveau diplomatique le pays compte de nombreux alliés, cependant il devra sûrement faire un choix au cas où un double conflit éclate à la fois en Italie et contre l’Ottoman. C’est un bilan très mitigé, pour le pays qui se doit d’apporter l’équilibre dans le centre de l’Europe, qui ne réussit au final à récupérer que deux provinces sur la Bavière et laisse la Silésie à la Pologne. Heureusement la récupération de la Bohème reste possible et le titre impérial semble à portée. Venise marchand de tapis. La république marchande est sans aucun doute la nation ayant le revenu commercial le plus élevé de la partie, ce qui rend le pays très riche malgré sa petite taille. Venise s’est bien étendue en blobbant la plupart des côtes à sa portée, il ne reste plus que Ferrare à manger avant d’être obligé de combattre des joueurs. L’institution a été adoptée et quelques bâtiments construits, seule manque la première doctrine pour compter un sans faute. A cette grande richesse on peut ajouter une limite de force qui n’a rien à envier à celle de ses voisins, malgré une flotte encore assez réduite. Du coté diplomatique la situation est tendue, avec l’Ottoman qui est rarement un voisin très agréable et un Milanais qui se place en tant que concurrent, heureusement la république peut compter sur son réseau d’alliances pour se protéger des diverses menaces. Tier 2 : La Hongrie stressée. La Hongrie est un cas particulier, en effet malgré ce que le joueur affirme elle bénéficie d’un départ correct, en sécurisant une bonne partie des Balkans ainsi qu’un réseau d’alliances le protégeant de l’Ottoman (même s’il est regrettable de ne pas passer par la vassalisation). Quelques bâtiments sont construits et l’institution est très proche grâce à Venise et la Pologne, cependant les revenus du pays restent assez faiblards comparés à ceux de ses voisins (si on oublie la Pologne). Sans compter le roi actuel qui laisse vraiment à désirer, cependant cela n’empêche pas le pays d’être presque à jour en technologie et de conserver une bonne réserve de points. La limite de force est convenable et les idées hongroises rendent les armées assez redoutables, sans parler des nombreuses montagnes et collines aux frontières lui permettant d’assurer une bonne défense contre ses agresseurs. Le pays se retrouve donc en première place du tiers 2, malgré qu’il soit dans un meilleur état que ses voisins de l’est mais reste plus faible que ceux du sud et de l’ouest. De plus sa situation est assez précaire car il est en première ligne face à l’ottoman. Le Maroc dans son coin. Dans le Maghreb le Maroc semble avoir fait un très bon départ, avec une expansion via des vassaux jusqu’en Tunisie, sécurisant les centres de commerce de nœud de Tunis. Le pays semble étonnamment riche avec beaucoup de bâtiments, mais cela s’explique par la mine d’or qui a été développée et donc assure des revenus confortables, sans compter le choix des doctrines économiques qui empêcheront l’inflation de grimper trop haut. L’institution semble encore loin, principalement à cause de la rivalité avec le Portugal. D’un point de vue diplomatique le pays s’en sort relativement bien, si l’on apprécie la position de minions du castillan, ce qui assure une tranquillité au prix de devoir céder Tanger gratuitement. Malgré tous ces points positifs le sultanat n’atteint pas le tiers 1.5 à cause de son impossibilité de faire quelque chose contre n’importe quel de ses voisins, malgré une limite de force convenable, la Castille ne semblant pas vouloir faire de vraie alliance pour le moment. Les trois perdus, Pologne, Lithuanie et Moscovie. La Pologne, la Lithuanie et la Moscovie sont toutes des puissances militaires similaires. En effet, les trois pays ont tous une force limite et un revenu très proches, ce qui les rend difficile à départager en cas de conflit. Cependant, chaque nation possède ses atouts et défauts : -Lithuanie : qui est à jour technologiquement, sans compter les vassaux les plus gros de la région. Par contre, le pays est surement le plus difficile à défendre et compte le plus gros retard au niveau des forts. L’alliance avec la Pologne permet au pays de se concentrer sur un seul côté, ce qui rend le territoire moins horrible à défendre. Sans oublier les nombreuses provinces orthodoxes à convertir. -Pologne : Peut-être l’armée la plus forte et l’institution débloquée, cependant un gros retard technologique qui empêche la création de bâtiments. Sans compter le voisinage de l’Ottoman, qui ne semble pas pour le moment vouloir s’étendre dans cette région. Je dois insister sur la couardise similaire à celle du joueur castillan, le joueur polonais évitant de mettre ses voisins en rivaux. -Moscovie : Le plus gros développement du coin, même s’il semble légèrement en retard au niveau du Blobbing. La province de Battograd en cours de développement pour l’institution. Sans oublier le Manpower le plus élevé de la région et la position défensive la plus forte du trio. Malheureusement le pays semble manquer d’alliés, face à une union entre la Pologne et la Lithuanie qui peut s’avérer dangereuse. La Perse sous pression. La Perse semble assez en retard, avec beaucoup de choses à améliorer dans le pays. Premièrement la capitale commerciale qui doit être déplacée, la capitale toujours en cours de développement, de nombreux bâtiments à faire. Ne parlons pas du désir de liberté de l’Irak ou de l’Ottoman qui s’étend dans le nord, la Perse passe sans aucun doute un sale quart-d’heure. Cependant elle s’avère presque à jour en tech, et a une petite avance militaire sur les autres pays d’orient, sans oublier son alliance avec l’Afghanistan couvrant l’un de ses flancs. Naples, la botte. Le Royaume de la Mafia, de la Pizza & du Citron se porte plutôt bien. Ce dernier a eu l'honneur de voir la Dynastie de Médicis gouverner son pays, avec Force et Honneur ! L'Héritier semble avoir une bonne éducation et est prêt à prendre ses Royales fonctions, bien que la légitimité de celui-ci soit mise en doute par quelques Grands. La Cour Napolitaine regorge de Conseiller, tous aussi compétents les uns que les autres, permettant au pays de conserver un niveau de technologie égal à ses voisins. Le Pays sort vainqueur de ses guerres, augmentant le Prestige des de Médicis à travers l'Europe; néanmoins, cette gloire n'est pas sans conséquence, le Très Saint-Père n'apprécie pas de se faire attaquer et spoiler ainsi ses terres. L'Assemblée Générale des Etats Napolitain pourrait être amélioré en rassemblant plus souvent ces derniers; quant à l'armée du Général Pizaiolo, celle-ci se porte bien, permettant peut-être à ce dernier de négocier Palerme. Il manque peu au pays afin de se hisser dans le haut du panier des puissances européennes. La Suisse serrée. La petite république se porte plutôt bien en réalisant un bon départ. La Suisse a doublé la taille de son territoire, possède une armée efficace, en comptant ses nombreuses montagnes le pays est une véritable forteresse. Les revenus sont un peu faibles mais cela n’empêche pas la construction de quelques temples. L’institution est encore loin, mais le pays peut compter sur son dirigeant 6/6/6, pour ne pas être en retard technologique ou doctrine par la suite. Le principal défaut du pays est l’isolement diplomatique, en effet il ne compte aucun allié et doit gérer une Autriche qui s’étend dans sa direction. Milan, les bâtiments c’est surfait. Duché de Milan, mort de décès, le Duc Visconti laisse le pays moribond. Des Hordes de Bourgeois malveillants s'emparent du pouvoir afin d'instaurer une République. Cette dernière semble toutefois, comme son prédécesseur incapable d'accepter localement la culture Romagnole; tout comme elle est encore incapable de redresser le pays économiquement via la construction d’infrastructures qui pourtant sont très rentables. Voisins à la fois amicaux et inamicaux. De vives tensions se ressentent entre la République Sérénissime de Venise et la Fédération Helvétique; mais de l'autre la France semble avoir trouvé des intérêts communs avec les dirigeants Milanais. Face à ses rivaux, le réseau de fortifications est à revoir, car trop faible, et ce n'est pas bonne stabilité gouvernementale qui arrêtera les envahisseurs ! Les Bourgeois dirigeants de Milan sont en plein essor marchands et cherche de nouveaux centres commerciaux, et risquent de s'emparer des comptoirs de Gênes et Florence, permmettant peut-être d'unir la République de Milan et de Florence sous une seule et même bannière, la République Toscane...
  3. 5 j’aime
    Si vous avez des questions, n'hesitez pas.
  4. 5 j’aime
    Après des années d’exploration sans relâche, de braves Vikings ont découvert une nouvelle terre pleine de mystères, de dangers et de richesses : Northgard ! C’est avec ce simple pitch que les développeurs de Shiro Games nous proposent de découvrir dès aujourd’hui leur dernier titre encore en early access. Les gars derrière ce petit studio indépendant sont français, de Bordeaux pour être précis, et avaient déjà enthousiasmé la communauté du jeu vidéo avec Evoland 1 et 2, de petits jeux d’aventure/RPG qui laissaient découvrir leur univers au travers de graphismes évolutifs, avec une soundtrack immersive et un gameplay qui piochait dans divers éléments de l’histoire du jeu vidéo : Evoland 2 Hmmm … On s’attend donc avec Northgard à de l’originalité et une patte bien perso. On lance le bousin ? Bon. A l’heure actuelle le jeu ne propose qu’un mode Solo, mais apparemment promet une campagne et du multi. On va suivre les suggestions du jeu, une escarmouche en « normal » avec trois I.A. Ensuite il nous faut choisir entre les trois clans qui nous sont proposés, Le Loup, Le Cerf ou la Chèvre (deux autres à venir). Les clans ont bien sur des caractéristiques différentes, mais aussi des bonus de départ bien à eux pour nous aider. Alors, prêts à honorer les Dieux dans la gloire et le sang ? C’est parti pour le clan du Cerf, gloire au Caribou Nordique ! On commence avec une maison commune au style nordique bien reconnaissable et trois villageois qui commencent tout de suite à s’affairer d’eux-mêmes à récolter de la nourriture. Coté build c’est plutôt simple : il faut du bois. On a des camps de bûcherons, des champs, des camps d’entrainement. On est donc sur un mécanisme de jeu bien rodé. A cela vient s’ajouter la gestion des saisons : le jeu nous prévient tout de suite : l’hiver arrive, préparez-vous ! Au fil de notre expansion, on se retrouve rapidement limité en nombre de construction sur la première zone, il faut alors construire un camp d’éclaireurs et y affecter un villageois. Là encore il se débrouillera seul ou bien suivra nos instructions. Une fois qu’une zone est découverte, le brouillard de guerre se retire, on peut alors en prendre le contrôle moyennant un tribu en nourriture sous réserve qu’aucun ennemi ne s’y trouve. La zone de départ, qui sera limitée à quatre ou cinq bâtiments Première impression : c’est beau ! C’est coloré, et sans être trop abusés les designs sont quand mêmes fouillés. Coté ambiance sonore l’immersion est totale, la musique est géniale, et les bruitages de qualité viennent renforcer le tout. La prise en main est facile, et on se rend vite compte que nos choix de développements seront essentiels, le potentiel stratégique du jeu est bien présent. Seconde impression : le jeu est difficile. Mes trois premières colonies sont mortes de famine, mais à la suivante je maitrisais déjà mieux la chose : comme le nombre de bâtiments par zone est limité, il est essentiel en début de partie de se procurer une source de pierre pour améliorer ses bâtiments, en plus d’une quantité suffisante de nourriture pour essuyer le premier hiver (gare aux tempêtes !). En effet, pendant la durée de l’hiver la consommation de bois est accrue, mais la nourriture provenant des champs est réduite (chasse et pêche ne sont pas affectés, pour le plus grand plaisir des gros moustachus en treillis) En haut la première mine, et à droite une ferme Les nouvelles unités sont créées automatiquement par la maison commune, à une vitesse qui dépend du bonheur de votre clan. Chaque villageois ainsi créé sera sans attribution et se mettra alors à chercher de la nourriture dans les environs. Il faut alors lui attribuer un métier (fermier, bûcheron, soigneur, marin, guerrier, chasseur, commerçant, skald, érudit…) On peut faire évoluer ses bâtiments pour les rendre plus performants et y placer plus d’hommes, mais cela nécessitera de la pierre. Mais alors me direz-vous, c’est comme un Age Of Empire. Oui. Mais non. Toute la difficulté est d’équilibrer ses ressources et sa production par rapport à sa consommation sans négliger le niveau de bonheur. Dans Northgard les ressources sont utilisées en permanence par les habitants, nul besoin de bâtir à outrance pour se retrouver sur la paille. Mais les soucis ne s’arrêtent pas là, bien au contraire : des loups, des portails maléfiques, des clans rivaux, des géants… les ennemis sont légions ! Il est temps de produire des soldats ! Et là c’est un peu décevant malheureusement. Il ne faut pas s’attendre à contrôler des centaines de vikings, on est déjà fier d’en avoir une dizaine… Il n’y a qu’un seul type de guerrier, auquel s’ajoute plus tard un chef de guerre, un berserker ou un géant. Donc pour l’impression de surpuissance on repassera, le jeu se veut plutôt reposant, même si quitter la colonie des yeux plus de cinq minutes signifiera souvent l’arrêt de mort ! Une « armée » de cinq hommes, aux abords d’un Cromlech Un autre aspect du jeu est le fait de développer un arbre de connaissances grâce à des points de savoir. Pour cela on pourra affecter des villageois au poste d’érudits, explorer des ruines anciennes ou encore se servir de bâtiment qui différent selon le clan choisit. On pourra alors se focaliser sur l’expansion, la guerre ou le commerce. Ce point n’est pas à négliger, car outre le fait qu’il donne des avantages indispensables, il existe la possibilité de remporter la victoire par la sagesse, la renommée ou le commerce. Le jeu emprunte donc ici des éléments de gameplay à la série des Civilization. L’arbre de Savoir (Non ce n’est pas Yggdrasil, cherchez plus loin) On le voit, les possibilités sont nombreuses dans ce Northgard encore embryonnaire, et le solo s’il tiens ses promesses pourrait bien être épique ! Concernant mes attentes voici mon message aux développeurs : - Un maximum de références mythologiques, plus de profondeur ! - Une narration en Scandinave sous-titrée pour le solo - Des maps à huit ou seize joueurs pour le multi - Une ambiance sonore plus fournie, ça tourne trop vite en boucle - Au final, la difficulté vient plus du PVE que de L’I.A, je me demande si c’est par choix ou si c’est le fruit d’un mauvais équilibrage - Des classes de guerriers (épéistes, lanceurs de hache ?) - La possibilité de faire de l’exploration côtière par bateau - Lancer des raids directement sur ses ennemis pour lui piller des ressources - Continuer la partie après la victoire c’est bien, mais il faut une fonction pour y mettre fin autre que le retour au menu Voilà qui conclut cette découverte, étant nouveau sur le site j'espère que vous prendrez du plaisir à ma lecture, un grand merci à The_Dude pour m'avoir fourni le jeu ! J'attends avec plaisir et impatience la réaction de la communauté ! Jeu en promotion chez notre partenaire.
  5. 4 j’aime
    Bon je vais vite expliquer mon point de vue et pourquoi je suis intervenu. Le déséquilibre est inévitable, on essaye de le combler, on fait avec mais il est inévitable. Bien sûr que cette guerre était déséquilibrée, vous vous êtes faits roulés dessus, sauf que c'était logique et préparé de la part d'Emacab (âge d'or, dissensions dans l'empire, timing du pick de puissance des unités anatoliennes, ...) et surtout que vous avez fait des erreurs importantes (pas de concentration sur milan qui est sortable en peu de temps, pas de fort à Zeta permettant l'accès direct sur la capitale Hongroise, aucune initiative pendant que l'ottoman était prenable). Je suis intervenu c'était pour punir ce que je trouve quand même assez sale, appeler encore un joueur à la rescousse par derrière pour se faire sauver les miches (sans oublier que apparemment des condottières Français étaient demandés encore en plus alors que des saxon étaient déjà présents, avant même que j'intervienne) alors que vous avez foiré votre coup, alors que Emacab n'a rien prit sur la Hongrie dans le stabhit. Moi je rejoins la guerre pour vous rendre la pareille, faire comprendre que c'est pas propre de rajouter des gens comme ça en fin de guerre juste pour ne pas perdre. Dans la gpo il n'y pas que question d'équilibre, parfois il faut admettre la défaite, alors qu'une paix avait été proposée, que la situation était toujours à l'avantage de l'ottoman, que vous étiez à bout de souffle vous avez rien voulu savoir d'une paix sans même négocier, ca a été un non catégorique (pas de ok mais 1 province en moins par exemple), aucune contre offre.
  6. 4 j’aime
    Ta situation Labtec (désolé pour le montage dégeulasse) :
  7. 3 j’aime
  8. 3 j’aime
    Et pendant ce temps dans les steppes... ah non en fait il ne se passe rien
  9. 3 j’aime
    Désolé mais pour moi après le cap vert il n'existe plus rien xD.
  10. 3 j’aime
    Arretez de nous faire languir, on doit tryhard nos pays
  11. 2 j’aime
    Je vous présente Diplomatie, en administration buccale ou anale.
  12. 2 j’aime
    Il faudrait faire des GPO sans guerre. Plus de soucis !
  13. 2 j’aime
    Bonjour, je vais débuter une partie particulière de Europa Universalis IV. Je me donne toujours un objectif précis lors de mes parties, et pour une fois, je vais faire une partie " perdante ", le but étant de recréer l'histoire de la Castille, de l'Espagne, de son passage en première nation mondiale pour devenir une nation de second plan dans le courant du XIXème. Pour cela, j'ai pas mal étudié les causes du déclin espagnol, et j'ai vu que la plupart des choses ayant entraîné ce déclin étaient parfaitement reproduisibles dans le jeu. A voir si le résultat sera le même. Objectifs principaux : - Obtenir la Bourgogne Impériale (l'event ayant été revu, c'est plus facile de l'avoir avec l'Espagne) - Former l'Espagne et intégrer Naples. - Colonisations au plus proche possible de la réalité, en Amérique et aux Philippines principalement. - Devenir Saint Empereur, au moins une fois. - Devenir un Habsburg sur quelques générations. - Perdre Naples et tout ou partie des Pays Bas sur révolte mal réprimée. - Tomber en Banqueroute, au moins une fois (Trois fois historiquement rien que sous le règne de Philippe II) - Avoir une invincible armada immense, couteuse, et la perdre dans une guerre idiote face à l'Angleterre. - Perdre quelques colonies avant la fin de la partie à cause de taxes trop élevées. - Mener la Ligue Catholique. Objectifs secondaires : - Avoir une PU sur l'Autriche et la libérer. - Avoir une PU sur le Portugal et la perdre. - Avoir le Duché de Milan d'une manière ou d'une autre et finalement le perdre. - Gagner une guerre couteuse face à la France, pour au final ne rien en retirer, pensant la France définitivement battue (historiquement, elle se sera relevée en 20 ans alors que l'Espagne n'aura pas pu s'en remettre). Pour arriver à cela, et coordination avec les faits historiques : - Ne jamais changer ni accepter les cultures différentes. - Ne pas ou peu développer les territoires - Avoir une flotte supérieure aux capacités de ravitaillement et ne pas faire évoluer les navires avant la perte de l'Armada - Taxer au maximum les colonies. - Finir par s'isoler diplomatiquement pendant plusieurs décénies. - Être le plus intolérant possible envers les hérésies et ne pas convertir les territoires ailleurs que dans la péninsule hibérique. Bref, faire tout ce qu'il ne faut pas faire dans une partie normale
  14. 2 j’aime
    Encore une fois ça faisait partit de ma stratégie de prendre le +33% d'habilité de siège et d'intégrer rapidement des canons à l'armée. Sinon l'Autriche est pas en pls, il est pas empereur c'est pas pareil. Ca fait un pays comme le tiens Eraziel, 30k d'hommes, quelques forts et une économie basée sur l'or. De plus Sharqu s'est pas fait que des potes dans l'empire, et vous pouvez pas m'en vouloir d'en avoir profité. Je vois pas d'où on devrait se faire des cadeaux quand il y'en a un qui ##### dans sa diplomatie. Je me souviens très bien Liquid avoir fait pareil contre moi avec l'Autriche et le Brandebourg quand je jouais les pays bas, et ça n'avait pas choqué grand monde. Donc calmez vous je vous ai quasiment rien demandé dans cette paix justement parce que j'y ai fait rentrer du monde et Okseide tu me promet une guerre totale et déséquilibrée, c'est bien, on verra si ton pays et ceux de tes alliés sont capables de remettre le couvert juste à la fin de la trêve. Pour finir j'suis assez d'accord avec Unnul, j'ai fait le choix de pas me diriger sur un cassage de gueule au sud, le passage habituel de l'Ottoman sur le Mamelouk, je l'aurais fait vous auriez pas bougés, et même vous en auriez profité, genre Venise avec Alexandrie. Donc parlez pas d'équilibre.
  15. 2 j’aime
    -Modification de la couleur des drapeaux et déplacement de ceux-ci (Ouest VS Est). -Modification du logo, j'ai pas enlever Truman, mais niveau de la couleur cela me semble sympa. -J'ai regrouper tous les boutons dans une fenêtre, mais cela demande encore de l'optimisation(Ajout du telex et amélioration esthétique) Tguyon/Firias tu peut faire une synchro de github afin que j'ai la dernière version?
  16. 2 j’aime
    le fond de ma pensée était de te dire que ce n'était pas ciblé contre toi "Emacab", mais contre toi "Ottoman". Par contre c'est la première fois que je vois suisse +++++ milan allié a l'ottoman dans une guerre en 1470
  17. 2 j’aime
    Carlos, Charles, Karl, ça revient au même, et compares pas notre Carlos avec le Carlos espagnol C'est mon premier AAR, et je rate des choses importantes, genre la mort d'un souverain Je vais essayer de m'appliquer pour la suite. En novembre 1492, la Bourgogne attaque l'Angleterre, et me demande son aide. J'accepte bien volontiers. De toute manière, en cas de victoire, ça permettra à la France d'augmenter sa puissance Je m'occupe des territoires en Aquitaine, comme d'hab, et je bloque les forces de débarquement anglaises qui ne font que tomber en Castille. J'y perds néanmoins mes navires lourds qu'il me faut régénérer. Deux ans après, l'Angleterre se rend compte que les territoires continentaux sont indéfendables, et signe une paix humiliante. En attendant, Charles 1er d'Espagne succède à Isabelle. Le développement des Colonies continue, et le premier juin 1502, le port de Carthagène Le 23 septembre 1507, l'Archiduc d'Autriche meure sans héritier, rien de plus logique que son cousin, Karl, en devienne le souverain, mais la France ne l'entend pas de cette oreille. La France, seule, se prend mes dépendances, Naples, Aragon et l'Autriche, ainsi que mes alliés, Bourgogne et Portugal. Les troupes Castillanes se sont contentées de protéger les frontières pyrénéennes. La guerre fut plutôt expéditives. Cette victoire a part contre donné des ailes au Roi Charles des Espagnes, et son implantation au Saint Empire lui ont donné l'idée de briguer le trône impérial. Cela prend du temps, mais en 1513, j'arrive à m'assurer du soutien de quatre électeurs. Le 2 novembre 1516, les paires du Royaume d'Aragon acceptent d'unir définitivement les Royaumes d'Aragon et de Castille sous l'autorité du Grand Roi Carlos 1er, Roi d'Espagne ! Le 8 janvier 1523, la Curie a élu un Archevêque espagnol, la Gloire, Dieu lui-même pose un regard bienveillant sur Carlos et l'Espagne. En 1527, Naples est partie intégrante de l'Espagne, on commence d'ailleurs à parler d'Empire d'Espagne. On peut même parler d'Age d'Or espagnol ! La consécration arrive, elle, le 2 octobre 1530. Charles a rempli son ambition et est devenu l'Empereur du Saint Empire. Sa puissance est reconnue dans toute l'Europe, il ambitionne même de mettre son frère sur le trône de Pologne, ce qui portera ses fruits. A l'Alcazar de Todèle, palais reconstruit à la Gloire de l'Empire d'Espagne, nait la princesse Maria. Le 1er mai 1534, le Duc de Bourgogne meure tragiquement sans héritier, les Terres Bourguignonnes impériales reviennent à l'Empereur Charles V du Saint Empire, les terres françaises de Jure au Roi de France. Cela renforce la puissance Espagnole sur l'Europe, mais cela renforce aussi la puissance française. L'Empire des Habsburg en 1534 : « Charles par la divine clémence Empereur des Romains, toujours Auguste, roi de Germanie, de Castille, de León, de Grenade, d’Aragon, de Navarre, de Naples, de Sicile, de Majorque, de Sardaigne, des îles Indes et terres fermes de la mer Océane, archiduc d’Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg et de Gueldre, comte de Flandres, d’Artois, de Bourgogne palatin, de Hainaut, de Hollande, de Zélande, de Ferrette, de Haguenau, de Namur et de Zutphen, prince de Zulbanc, marquis de Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins, de Malines, le dominateur en Asie et en Afrique, roi de la Nouvelle-Espagne, du Pérou, de la Nouvelle-Grenade et du Rio de la Plata et suzerain des vice-rois de ces mêmes pays. » (Dixit Wiki) Tout semble briller pour l'Empire d'Espagne, domination totale en Europe, en Afrique et en Amérique, domination de la Curie. L'avenir semble brillant, mais le vers est déjà dans la pomme, l'Espagne dépense tout ce qu'elle gagne, aucun investissement n'est fait, la politique de factorisation des Castillans sur les autres cultures va forcément avoir un impact, et la religion prétendue réformée s'étend au nord et dans le Saint Empire.
  18. 2 j’aime
    Non, ça c'est logique de chercher des alliés contre l'Autriche quand tu joues Milan, le problème n'est absolument pas là. Le véritable problème c'est que les gens n'acceptent pas de perdre et râlent tout le temps. Après bizarrement personne n'a râler quand j'ai pris (la Moscovie) une attaque de la Pologne + la Lithuanie + les 3 vassaux Lithuaniens (donc un total de 90k homme) sur la tronche alors que j'était déjà en guerre et que j'avais que 35k homme à proposer en face. Et bien je n'ai pas râler parce que c'est le jeu, ça fait parti du jeu de se prendre une guerre dans la tronche, c'est pas la fin du monde.
  19. 2 j’aime
    Let's the tiers begins ! Si des gens veulent faire les indiens (et autres), sinon ces pays risquent de rester bloqués dans l'inconnu.
  20. 2 j’aime
    Mais on est pas un zoo #####! Arrêtez de nous lancer des bananes depuis l'orbite! Et pourquoi l'empire Tomato a mit une énorme enseigne "Les derniers primates intelligents de la galaxie" au dessus de ma planète?
  21. 2 j’aime
    Ha, les Hohenzollern entrent enfin dans le XVIe siècle. Très bon comme d'habitude, je ne dirais jamais assez combien j'apprécie ta mise en page. Ces petits coups de projecteurs sur des événements annexes (Moldavie) sont aussi très intéressants. Par contre "la mère noire" m'a fait marrer .
  22. 2 j’aime
    J'ai profité d'une petite pause pour tout mettre en page, voila donc ci-dessous la dernière partie concernant le règne d'Albrecht Friedrich von Hohenzollern ! Bonne lecture !
  23. 2 j’aime
    Je viens de rattraper mon retard: c'était super !
  24. 2 j’aime
    Bon, début de partie, il m'a fallut plusieurs essais pour avoir des rivaux qui me satisfassent, surtout de ne pas y avoir la Bourgogne ! Très vite, j'ai pu avoir mariage+alliance avec l'Autriche, mariage avec la Bourgogne, mariage+alliance puis vassalisation de la Navarre, et le Portugal qui vient lui même me demander alliance+mariage. J'ai découvert d'ailleurs le +25 d'amitié séculaire, et vu que je joue souvent la France ou l'Autriche, ça fait bizarre Jusqu'en 1457, ça reste globalement calme, je termine la Reconquista, avec l'aide involontaire du Portugal (il a fait la guerre de son côté) qui attendri l'allié de Grenade, le Maroc, assez pour que je l'emporte sur lui aussi, mais le Portugal y perd l’Algarve. Le successeur du début de partie meure assez vite, tant mieux, c'était un mauvais, et je reçois assez vite une fille, nommée Maria, que je renomme Isabelle. En 1455, Naples cherche son indépendance, après avoir essuyé le refus de la Castille, le Royaume obtient celui de l'Angleterre ! Maudite Albion ! 1456, Enrique IV meure, laissant Isabelle, Reine de Castille, de Léon et de Grenade au bon soins de sa maman, parce qu'à 11 ans on n'a pas le droit de gouverner ! Le 23 Mars 1457, l'Union Ibérique à lieu, l'Aragon s'en remet à la jeune Isabelle, et surtout à sa régente. Le 18 juin 1457, Naples se rend compte que la donne à changer et réclame une paix pas trop humiliante pour elle, que j'accepte sans qu'une seule de mes armées ne bouge les fesses. Deux ans plus tard, l'Autriche tombe sous PU sous l'Angleterre ! Triplement damned ! C'est l'Angleterre, pourquoi ? C'est la France qui peut contester, et ça m'éloigne la possibilité d'avoir des Habsbourg d'Espagne. La France perd, 'fin, à cette étape du jeu, se prendre Angleterre+Autriche, ça doit faire vraiment mal. Surtout que l'Angleterre a une province de plus par rapport à avant. Le 2 février 1460, du haut de ses 15 ans, Isabelle est apte à gouverner (0/5/0). Isabelle 1ère, Reine des Espagnes et de Naples. J'annexe la Navarre et je contracte une alliance avec la Bourgogne, tout en soignant mon autre allié, le Portugal, et continuant de montrer mon soutien à l'Autriche. Dès la trêve entre le Portugal et le Maroc terminée, je déclare la guerre au Maroc et j'invite le Portugal en échange de territoires. Ma flotte, qui est celle du début de partie, et largement suffisante pour maintenir la flotte marocaine dans ses ports. L'Aragon occupe l'Algarve, dont je transfère le contrôle au Portugal. Au final, la participation du Portugal à cette guerre reste anecdotique, mais il récupère au final sa province et moi je maintiens de bonne relations avec (et accessoirement je pose pied en Afrique). En 1472, avec mon soutien, l'Autriche déclare la guerre à l'Angleterre. J'occupe rapidement le Portugal et les territoires anglais en Aquitaine. Tout en planquant mes navires, je massacres les corps expéditionnaires anglais qui débarquent sur les côtes de Galice (c'est quoi cette acharnement à débarquer stack de 8k par stack de 8k, c'est juste un massacre !). Le Portugal fait rapidement la paix, et on wascore du fait que les anglais n'arrivent pas à prendre pied sur le continent, comme souvent d'ailleurs. En parallèle, mes explorations continuent, et je finis, je ne sais malheureusement plus quand, par poser pied aux Bahamas et me répandre. Je continue régulièrement à prendre des territoires au Maroc et ses voisins. 10 juin 1487, je participe à une Croisade (sur event) et continue de m'étendre sur les côtes barbaresques, plus à l'est, c'est la Tunisie, alliée aux Ottomans. Le temps passe, et Isabelle n'a toujours pas d'enfants, pas d'héritier aux Espagnes et à Naples. Le 21 Août 1490, alors que la Bourgogne vient tout juste de déclarer la guerre à l'Angleterre et de m'y inviter, cet event que je ne connaissais pas vient de se produire. Une excellente nouvelle pour mon projet !! Surtout avec le nom que le jeu lui a donné.
  25. 2 j’aime
    Stop aux debats sur le comportement des joueurs ou autres. On est là avant tous pour préparer la prochaine session de la gpo. Ok pour les mods. Merci Greg pour tes recherches de solutions. Bon maintenant place à l'entraînement... pour éviter de refaire la même chose.
  26. 2 j’aime
    Mouais. Vous êtes vraiment des tocards.
  27. 2 j’aime
  28. 2 j’aime
    Personne n'a parlé des galaxies en anneau. Pourquoi personne ne parle des galaxies en anneau ?
  29. 2 j’aime
  30. 2 j’aime
    L'Iron Man de l'Enfer ... juste ... whoa : taille de domaine ? Minimal. Nombre de vassaux ? Minimal. Epidémies ? Au max. Virulence ? Plus et encore. Violence des révoltes paysannes ? Ce qui se fait de mieux. C'est juste n'imp'. Ma carte ressemble à un puzzle ivre mort. Les paysans rassemblent des armées de 20.000 hommes pour repousser les quelques 1.500 soldats de leur roi. L'Espagne est chrétienne, l'Orient et l'Occident se sont pulvérisé, et tout le monde crèvent à la moindre peste. I love it.
  31. 2 j’aime
    Ce qui est bien c'est qu'on est dans l'espace, chacun peut jouer comme il veut, s'il y en a un qui devient trop fort et joue les gros bras avec ses voisins, ils font une fédération ou une alliance je ne vois pas le problème. Je souhaite bon courage au mec qui aura la moitié de la galaxie à gérer tout seul, s'il est pas en hive mind on va rigoler avec les factions. Voilà des screenshots des galaxies à 2 et 4 branches (1000 étoiles - 20 races + 3 empires déchus), j'ai une légère préférence pour celle à 2 branches : 2 BRANCHES : 4 BRANCHES :
  32. 2 j’aime
    D'accord, je reprend la partie dans ce cas. Je vais essayer de jouer ce week-end.
  33. 2 j’aime
    - France : UAV - Alpha - Angleterre : Poséidon - Castille : Liquidstuff - Bourgogne : Ormace - Portugal : Batto Que des try hard en Europe de l'ouest ça va castagner moi je vous le dit, et quand on voit l'est... - Pologne : Méteowizz - Autriche : Sharqu - Ottoman : Emacab Pauvres Balkans...
  34. 2 j’aime
    Ça explique pourquoi Courlande est incitée à prendre la doctrine exploration.
  35. 2 j’aime
    Quand à 21h l'organisateur de la GPO n'est toujours pas là...
  36. 2 j’aime
    Les guerres de religion en France (Les dates peuvent ne pas correspondre à la réalité)
  37. 2 j’aime
    Vu l'excellente prestation d'Eraziel et de Souppa, l'idée de les remettre sur les meme pays a été acceptée ^^.
  38. 2 j’aime
  39. 2 j’aime
  40. 2 j’aime
    Une des choses qui (à mon humble avis) fait le plus défaut à Darkest Hour est l’absence d’une ressource dédiée pour figurer la nourriture. Vivres et munitions demeurent, comme elles l’ont toujours été depuis le lancement de la série des Hearts of Iron, regroupées sous le vocable général de « ravitaillement ». Et ça n'a jamais été aussi vrai que dans les HoI. C’est là une chose un peu gênante quand on veut faire un mod un peu fouillé sur la Première guerre mondiale, car les unes comme les autres ont joué, séparément, un rôle important. Tous les belligérants ont été confrontés à une « crise des munitions » qui n’a pas été sans impact sur leurs capacités à combattre au début de la guerre. Quant à la nourriture, elle a joué un rôle capital. Ainsi, l’Allemagne souffrit beaucoup du blocus naval britannique et de ses effets sur l’importation de denrées alimentaires. On estime ainsi que plusieurs centaines de milliers d’Allemands sont morts de faim durant le conflit. Dans l’autre sens, et selon la Royal Navy elle-même, le Royaume-Uni aurait très bien pu subir le même sort en quelques mois en 1917 si la guerre sous-marine à outrance menée par les Allemands n’avait pas été contrée par des mesures énergiques. C’est en premier lieu la faim qui poussa les manifestants à descendre dans les rues de Petrograd, toujours en 1917, avec les conséquences que l’on sait. Enfin, la dissolution de l’empire austro-hongrois débuta lorsque ses différentes provinces se mirent à confisquer la nourriture qui transitait par leurs territoires respectifs, afin d’éviter qu’une famine ne s’y déclare. Il existe bien dans DH un mécanisme qui fait augmenter rapidement l’instabilité lorsque le stock de ravitaillement tombe à zéro. Nous aurions pu nous en servir, mais cela aurait été d’autant plus délicat à équilibrer qu’une pénurie de ravitaillement aurait aussi impliqué une pénurie de munitions pour les unités du pays concerné. Du reste, seules ces dernières consomment du ravitaillement dans le jeu. Pourtant, il fallait bien faire quelque chose pour simuler cette importante question. Nous avons donc refondu le système de rationnement. Dans la version alpha 0.05 du WiF3, il existe un jeu de décisions permettant d’instaurer le rationnement. Quatre « paliers » sont disponibles, en fonction du niveau de développement du pays. Ces décisions augmentent l’efficacité de la production de ravitaillement et font monter ou baisser l’insta, suivant la manière dont elles sont perçues par la population civile. Quelques autres décisions permettent de financer des soupes populaires pour faire baisser l’insta, ou encore de rechercher des aliments de substitution pour améliorer encore la production de ravitaillement. À présent, oubliez ça. La consommation civile de l'Autriche-Hongrie, équivalant à peu près à 10 PP. Désormais, chaque pays aura une consommation de ravitaillement hors carte, correspondant à la quantité nécessaire pour nourrir sa population. Cette dernière a donc servi de base pour le calcul. Néanmoins, le résultat a été modéré par le niveau de développement de chaque pays, les nations moins avancées ayant été considérées comme plus frugales. De cette manière, votre population consomme, elle aussi, de la nourriture, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent, et cette consommation ne peut être ignorée. Accessoirement, c’est un outil d’équilibrage fort utile pour moi en temps de paix. Cette consommation civile peut être réduite en temps de guerre : c’est désormais à cela que servent les décisions sur le rationnement. Chacune d’entre elle la réduit (techniquement, en ajoutant une production hors carte de ravitaillement) de 10%. Il en est de même pour la recherche de substituts alimentaires, si bien qu’au mieux, vous pourrez diviser votre consommation civile de nourriture par deux si votre pays jouit d’un niveau de développement suffisant. Toutefois, instaurer et étendre le rationnement n’est pas sans conséquences. Les gens n’apprécient guère de devoir se serrer la ceinture, ni de voir les mets gastronomiques d’antan remplacés par des rutabagas ou du Kriegsbrot (un « pain de guerre » obtenu en mélangeant de la farine de pomme de terre ou de betterave avec de la sciure de bois ou de la paille). Ainsi, vous aurez besoin du rationnement pour économiser du ravitaillement et réaffecter de précieux points de production à d’autres secteurs cruciaux de votre économie. Mais dans le même temps, le rationnement déclenchera des events récurrents affectant le MN. Leur fréquence dépendra du système de rationnement en vigueur. L’étendre des seules zones urbaines à l’ensemble du pays augmentera leur probabilité de se déclencher, mais par la suite, instaurer des systèmes de rationnement plus élaborés et plus efficaces rendra ces events moins fréquents. Comme les events de manifestations pacifistes évoqués précédemment, ces events « évoluent » en fonction du MN. Lorsque ce dernier est encore élevé, vos concitoyens se contentent de se plaindre gentiment de la longueur sans cesse croissante des files d’attentes devant les boulangeries et les épiceries. Mais à mesure que le MN baisse, cet event de « Fliles d’attente » se transforme en « Manifestation contre le rationnement », puis en « Émeutes de la faim ». Bien sûr, l’insta donnée par ces events varie également selon le MN. Fort heureusement, vous n’êtes pas désarmé face à ces évènements. Les décisions existantes sur les soupes populaires et la nourriture subventionnée ont été remplacées par un « programme de ravitaillement ». Disponible dès l’instauration du ravitaillement, ce programme offre deux à cinq choix différents pour financer des soupes populaires, suivant le système de rationnement en vigueur. Cliquer sur la décision et choisir une option lance le programme, qui fonctionne de façon trimestrielle. Suivant votre choix, votre consommation hors carte de ravitaillement augmente plus ou moins, pour figurer la nourriture distribuée par les soupes populaires que vous financez. Au bout de trois mois, un event rend compte des effets de votre choix, à savoir une baisse d’insta (bien sûr, plus vous choisissez une dépense importante, meilleur sera le résultat). Vous devez alors choisir une nouvelle option pour le trimestre à venir. Bien sûr, une option vous permettra toujours de suspendre le financement si vous le souhaitez. Comme vous le voyez, l’inexorable érosion du MN peut être ralentie, et d’autres outils existent pour cela. Nous les aborderons en détail, mais pas avant d’avoir vu comment la situation diplomatique et militaire globale affectent, eux aussi, le MN.
  41. 2 j’aime
    Attention ! : Le roi du peuple de l'est m'a transmis un message : Poland.... ITS TIME TO DU...DU...DU..DU... DUEL. You challenged me to an honourable 1v1 last session and I accept. I will declare war on you very shortly after the session starts. Be prepared for the fight of the century I request most honourably and respectfully that all allies ,both mine and yours, will stay out of this most glorious of fights. Let the best nation win. N'ayant rien compris à son charabia, j'ai demandé à mes experts de traduire cette langue primitive : Pologne... C'EST L'HEURE DU DU...DU...DU..DU... DUEL. Tu m'a défié pour un honorable 1 contre 1 la session dernière. Je te déclarerais la guerre au tout début de la session. Sois préparé pour le combat du siècle Je demande le plus honorablement et respectueusement possible à ce que tout les alliés. Les miens et les tiens, restent en dehors de ce combat des plus glorieux. Que la meilleure nation gagne. Voilà qui promet de l'animation
  42. 2 j’aime
    En même temps, c'est un peu comme un Wargame Hardcore l'enseignement de nos jours
  43. 2 j’aime
    petite image pour ceux que ca intéresse , concernant le patch 1.4
  44. 2 j’aime
    Décembre 1941 - Janvier 1942 : Chine 1/4 7 décembre 1941, Nanking. Le général en chef de l’Armée Expéditionnaire de Chine a réunis ses principaux chefs d’état-major lors d’une froide matinée afin de leur transmettre par oral des informations qui ne sauraient être diffusées sur les ondes. Mais tout d’abord, son chef d’état-major détaille l’ordre de bataille au moyen de la carte murale suivante : L’armée expéditionnaire dispose d’une valeur militaire (AV) de 20 000 (pour info, une division d’infanterie japonaise représente une AV de 400 environ) qui se répartissent en 6 armées principales auxquelles s’ajoutent les unités d’auxiliaires chinois. Malheureusement le simple maintien de l’ordre dans les principales villes représente un besoin de 5000 AV. En conséquence les armées d’assaut doivent aujourd’hui consacrer de nombreuses grandes unités à l’occupation du territoire. Le général en chef Hata prend alors la parole : « Laissez-moi partager avec vous les ordres reçus de Tokyo : Comme vous le voyez, le temps des grandes offensives est terminé. Néanmoins, sur ma recommandation, le Kwantung accepte de transférer des unités de cavalerie qui viendront soutenir les auxiliaires chinois qui seront mis en garnison afin de rendre aux grandes unités leur liberté de manœuvre. Tout ceci nécessite de complexes redéploiements qui ont été préparé par l’état-major. Néanmoins ces redéploiements ne seront possibles qu’une fois la liaison ferroviaire Pékin Shanghai rétablie. Voici mes ordres détaillés - L’Armée Nord mettra à disposition de la 12ème Armée ses deux régiments de chars qui seront rejoints par les 6 régiments de chars du Kwantung. La 12ème Armée sera ainsi en mesure de détruire les chinois infiltrés et de nettoyer le chemin de fer. Je mettrai également à sa disposition 40 bombardiers Sally et Lilly basés à Suchow et Kaifeng. - Les bombardiers de Canton seront chargés de bombarder Hong Kong. La 23ème armée à également mission de reconstituer la 51ème division dispersée sur la côte en utilisant les auxiliaires Chinois. - La 13ème Armée restera en réserve prêt à contrer une offensive sur Shanghai ou sur le Centre - La 11ème Armée défendra le centre Wuchang-Nanchang et le Saillant d’Ichang. - La 1ère Armée défendra Kaifeng et participera à l’établissement d’une ligne défensive sur le fleuve avec le support de la 12ème Armée une fois les poches ennemies nettoyées. - Le groupe Nord devra défendre notre avancée vers la Mongolie afin de défendre à distance Pékin et le cordon ombilical Mandchourie-Chine. Ainsi se clôt cette première réunion d’état-major. Ce que ces généraux ignorent, c’est que le Kwomintang prépare une offensive majeure qui va prendre à contre-pied l’ensemble de ces dispositions…
  45. 1 j’aime
    MULTI TRANSPORT TROOPS CSI 10 heures pour faire le MESHES et 5 heures pour faire la texture Meshes : DarkGrazi Textures : DarkGrazi Rigging : DarkGrazi
  46. 1 j’aime
    Yop tout le monde, RDV à 20h30/45 ce soir pour la première session. Pour ceux qui n'ont pas le ts :ts3.reseau-js.com Petit rappelle de certain règles: Zone d'expansion : Colonisation : Côtes et centre de trade en Afrique ouvert à tous dès le départ. Centre de trade et estuaires en Inde en 1550 + îles d’accès Centre de trade et estuaires en Indonésie en 1600 + îles d’accès Centre de trade et estuaires en Chine/Indochine/Japon/Mandchourie/Corée en 1650 + îles d’accès Fin des restrictions en 1700. Africain : Pas de restriction sur le contient. Asie : Pour les pays en Indochine + inde Birmanie +Indochine Pour les pays dans les step + le russe Mongolie + Sibérie occidentale + Sibérie Orientale Diplomatie : C'est libre,on garde juste le système de vote des grandes puissances quand une alliance fait trop polémique. République marchande Création interdite + transfert de commerce interdit
  47. 1 j’aime
  48. 1 j’aime
  49. 1 j’aime
    Vous en pensez quoi de cette mise en forme ? PS; Les 2 boutons sous les 4, seront destiner à la sauvegarde et à la date (Pour passer au prochaine tour ont clique sur la date, cela devrais etre mieux pour l'ergonomie ??)
  50. 1 j’aime
    Sérieusement, maintenant que je sais comment il joue ça, dès que j'ai une occas, je tue le pays. (Enfin, si je suis dans la région concernée)