Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 21/09/2018 dans Messages

  1. 3 points
    Bonjour à toutes et à tous. Je viens de découvrir un petit émulateur PC qui reproduit le célèbre jeu de plateau solitaire "B-17 : Queen Of The Skies". Pour ceux qui ne connaitrait pas : https://boardgamegeek.com/boardgame/1032/b-17-queen-skies En gros, c'est un jeu de simulation d'un bombardier allié et de son équipage en mission. Vous traversez les "Zones" du plateau jusqu'à celle où se trouve l'objectif de la mission. Les évènements sont générés aléatoirement, grâce à des lancés de dés. L'objectif, encore plus que la mission, est surtout de survivre. Car les dégâts provoqués par les impacts sont multiples et variés... voir souvent mortel. Il vous faudra prendre plusieurs décisions à certains moments donnés (se désengager de la formation, choisir l'altitude adapté, prendre le risque de voleur avec un ou plusieurs moteurs en moins, décider d'évacuer l'avion etc...) Il n'est parfois pas aisé de dépasser les deux missions d'affilé. Le wikipedia consacré au jeu, pour ceux que cela intéresse. Je vous propose de suivre les aventures du "Fat Angel", un bombardier Liberator B-24 E et de son équipage basé en Italie du sud en novembre 1943. Après avoir subit une période d’entrainement intensif au Nouveau-Mexique, le bombardier Liberator B-24 E « Fat Angel » et son équipage sont affectés au 741st Bomb Squadron. Engagé à la base pour servir d’escorte aux convois dans l’Atlantique Nord, le 741ième a été redéployé en cette fin d’année 1943 en dans le sud de l’Italie, sur la base du 15th Air Force, afin d’effectuer des opérations de bombardements stratégiques dans le nord du pays mais également en Autriche, dans les Balkans ainsi que dans le sud de l’Allemagne et de la France. Le « Fat Angel » arrive sur place au début du mois de novembre et est en attente de sa première mission. Le 23 novembre, l’équipage du B-24 est convoqué en salle de briefing afin de participer à sa première opération. L’objectif est la gare de la ville côtière de Rimini, en Emilie-Romagne. L'équipage du B-24 E "Fat Angel". Mission 1 : Rimini, 23 novembre 1943 La carte d'opération du 741th Bomb Squadron et ses Zones Le « Fat Angel » décolle sans encombres et rejoint sa place au sein de la formation de son escadron (au milieu du « Low Squadron »).. Les Zones 1 et 2 sont survolées sans évènements majeurs. Même si le temps est mauvais, il permet aux bombardiers d’éviter les mauvaises rencontres. Dans le cercle rouge, la position du "Fat Angel" dans la formation En Zone 3, le temps se remet au beau fixe, mais ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle. En effet, cinq chasseurs allemands Me109 font leur apparition et déboulent sur les escadrons. Malheureusement, aucune escorte n’est disponible. Les bombardiers vont devoir gérer eux même les bandits. Le combat est d’entrée très intense. Le bombardier de queue de la formation du « Fat Angel » est sévèrement touché et se met à chuter. Il reçoit l’ordre de prendre sa place. Un des Messerschmitt ouvre le feu au niveau de la soute à bombes du « Fat Angel » dans l’espoir de le faire exploser. Heureusement, les dégâts ne sont que superficiels. Un autre lâche une rafale sur un des moteurs. Là encore, les dégâts restent bénins. Un des mitrailleurs du bombardier arrive à faire mouche sur un des avions allemands, mais ce dernier reste en vol. Trois vagues d’attaques des Me109 se succèdent, les pilotes allemands semblant d’attaque à en découdre fortement. Le train d’atterrissage droit du « Fat Angel » est sévèrement touché lors d’un assaut, il est rendu totalement inopérable. Un mitrailleur inflige trois dégâts à un des Messerschmitt, mais là encore ce n’est pas assez pour l’abattre. Après une troisième et dernières attaques, les cinq bandits finissent par s’échapper sous le feu nourrit des bombardiers. Liberator B-24 E Les escadrons arrivent enfin à porté de Rimini, qui s’avère être fortement défendue par la Flak. Le « Fat Angel » est touché à quatre reprises lors des derniers kilomètres jusqu’à la cible. Les dommages sont superficiels, mais le mitrailleur de queue Jerry McCoy est sévèrement blessé. Même si son état est critique, il est probable qu’il arrive à tenir jusqu’au retour du bombardier à la base. Si retour il y a.. Il n’est reste pas moins que les bombardiers larguent leur « cargaison ». Le bombardement est un échec cuisant, quasiment aucunes bombes ne touchent la gare. Dépités, mais avant tout pressés de rentrer en un seul morceau, les escadrons se mettent alors sur le chemin du retour. Mais, à peine après avoir quitté la zone de Rimini, cinq nouveaux Messerschmitt 109 font leur apparition et engagent les formations. Le « Fat Angel » est attaqué par deux chasseurs qui le criblent de balles. Le système d’oxygène du bombardier est touché et rendu in-opérationnel. La radio Randolph Koufax est sévèrement touché et ne tarde pas à décéder de ses blessures. Le mitrailleur Alvin Anderson, quand à lui, est tué sur le coup sous une rafale mortelle. Un Me109 est touché à quatre reprises, mais là encore il n’est pas totalement abattu. La tourelle du bombardier est touchée et se bloque. Elle est dorénavant inutilisable. Par chance, la « cavalerie » arrive. Deux chasseurs amis font leur apparition et engagent les allemands. Ils finissent par se disperser alors que le groupe continue son retour vers la base. La Zone 2 est traversé sans encombre, même si le temps se dégrade. La base finit enfin par être en vue. Malgré le train d’atterrissage droit endommagé, le « Fat Angel » arrive à se poser sans encombres. Le bilan de cette première sortie est lourd pour le bombardier. Même si McCoy s’est remit de ses graves blessures, Koufax et Anderson ont perdu la vie au cours de la mission. Qui plus est, l’opération a été un échec complet, la gare de Rimini étant sortit totalement intacte du bombardement.
  2. 3 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    FINAL AT AT vu dans STAR WARS REBELS Meshes : DarkGrazi Textures : DarkGrazi Rigging : DarkGrazi
  3. 2 points
    Après avoir passé Noël et célébré la nouvelle année 1944 au sol, l’équipage du “Fat Angel” fut appelé à reprendre du service en ce matin du 5 janvier. Le B-24 acceuil également en son sein Jim Carpenter venu remplacer le bombardier William Sedgwick renvoyé aux Etats-Unis suite après avoir été blessé au court du raid sur Toulon. Les équipages des 19 bombardiers se rendent à la salle de briefing afin de connaître la destination de leur prochaine sortie. La cible de cette quatrième mission du « Flat Angel » sera l’aérodrome de la ville de Klagenfurt en Autriche. Ce dernier est opéré par la Luftwaffe et est défendu par un important système de défense anti-aérienne. La tâche ne s’avère donc pas aisé à première vue pour les B-24 qui devront se frayer un chemin à travers la Flak. Les bombardiers de chaque appareil étudient avec minutie les photos de reconnaissances aériennes de l’aérodrome, c’est une cible qui va demander une grande précision et l’état-major insiste sur l’importance de cette mission. Une fois le briefing terminé, les hommes du « Fat Angel » gagne leur bombardier en se demandant à quelle sauce ils vont être mangés cette fois-ci. Comme lors de la mission précédente, ils seront au centre du « Middle Squadron ». L'équipage du "Fat Angel" avant le décollage Mission 4 : Klagenfurt, 5 janvier 1944 La position du "Fat Angel" au sein du "Middle Squadron" pour cette mission Zone 1 Le « Fat Angel » décolle sans problème et rejoint sa position dans la formation. Zone 2 Les bombardiers survolent la mer Adriatique. Ils bénéficient pour cette sortie d’une importante escorte de chasseurs alliés qui les accompagneront jusqu’en Zone 5. Les conditions météos sont excellentes. Le trajet jusqu'à la cible. Zone 3 Rien à signaler dans le secteur. Pas de changements au niveau météo. Zone 4 Le temps se dégrade alors que les côtes sont en vue. Cinq chasseurs ennemis font leur apparition à midi, il s’agit Focke-Wulf 190. Chassés par l’escorte, leur attaque est infructueuse. Aucunes de leurs salves ne touchant au but. Ils décrochent rapidement, se faisant courser par plusieurs appareils de l’escorte qui ne tardent pas à revenir. Zone 5 Le temps se dégage un peu alors que les trois escadrons de B-24 arrivent dans le ciel autrichien. Un FW190 ainsi qu’un Messerschmitt 109 viennent alors les intercepté. Le Focke-Wulf est chassépar l’escorte alors que le Me109 tire une salve sur le « Fat Angel ». Le nez du bombardier est touché, mais les dégâts sont superficiels. Le Messerschmitt est touché à trois reprises par les mitrailleurs. Il semble alors avoir quelques difficultés mécanique, une légère fumée blanche s’échappant de son moteur. Il parvient à se désengager et disparaître. On ne saura pas s’il s’agit là d’une première « victoire » du « Fat Angel » contre un chasseur allemand. Les chasseurs alliés font demi-tour alors que Klagenfurt n’est plus très loin. Les bombardiers continuent leur mission sans escorte à partir de ce moment. Alors qu’ils approchent de la cible, la Flak entre dans la danse. Les renseignements fournit lors du briefing n’étaient malheureusement pas alarmistes, elle est très importante. Le « Fat Angel » est touché à huit reprises. Les six premiers impacts n’occasionnent que des dégâts superficiels. Le septième provoque le départ d’un incendie dans la salle de radio. Heureusement, l’opérateur Jim Watson se saisit d’un extincteur et maîtrise le feu très rapidement avant qu’il n’occasionne des dégâts. Le dernier impact, quand à lui, touche la cabine. Aucuns dégâts techniques n’est à signalé, mais le co-pilote Hank Miller perd la vie. Sous le choc, Kowalski tente tant bien que mal de garder l’appareil dans sa trajectoire jusqu’à la cible. Une fois l’aérodrome en vue, le bombardier largue ses bombes. Le tapis de bombes des trois escadrons ne détruit que 40% de l’objectif. Les B-24 ont a peine le temps de prendre le chemin du retour qu’ils sont pris en chasse par trois FW190. Il s’agit de pilotes peu expérimentés et leur attaque ne s’avère guère fructueuse. La soute à bombes du « Fat Angel » est touché par une salve, mais aucuns dégâts majeurs n’est remarqués. Alors que deux chasseurs décrochent, le dernier Focke-Wulf entame une seconde vague d’attaque contre les bombardiers. Il est touché à deux reprises par les mitrailleurs avant de prendre le chemin du retour. Liberator B-24 au dessus de Vienne. Zone 4 Les escadrons continuent leur voyage de retour vers la base. L’escorte vient à leur rencontre et les suivront jusqu’en Zone 1. Le temps est mauvais au dessus de l’Adriatique. Zone 3 Rien à signaler. Zone 2 Le mauvais temps se dissipe alors que les bombardiers arrivent en vue du sud de l’Italie. Zone 1 La base est enfin en vue. Le “Fat Angel” se pose sans incidents. Echec ou demi-réussite, il est dur de se prononcer lors du débriefing. Les bombardiers ont endommagés 40% de l’aérodrome, c’est assez pour bloquer les appareils au sol quelques jours mais pas plus. Le « Fat Angel » déplore également la mort du lieutenant Hank Miller, co-pilote de l’appareil depuis son entrée en service, blessé mortellement par la Flak au dessus de Klagenfurt. La nouvelle année commence donc sur un ton amer. Le B-24 est certes criblés ici et là de quelques impacts de balles, mais il n’est pour une fois pas grandement endommagé. A noter également que c’est la première fois en quatre sorties que les mitrailleurs du « Fat Angel » arrivent à infliger des dégâts sévères à un chasseur ennemi.
  4. 2 points
    Après une première sortie mouvementée et malheureusement lourde au niveau perte avec la mort d’Anderson et Koufax, le « Fat Angel » fut cloué au sol plusieurs semaines. Il faut dire que le bombardier avait besoin de sérieuses réparations avant de pouvoir voler à nouveau. Un nouveau mitrailleur ainsi qu’un opérateur radio, tout deux des « bleus » également, furent affectés à l’équipage : Jim Watson et Sandy Quinn. Le mitrailleur de queue Jim McCoy fut vite de retour de convalescent et réintégra l’équipe du B-24. Le matin du 10 décembre, convocation à un briefing. Le « Fat Angel » allait reprendre du service pour une nouvelle mission. L’objectif était à nouveau une gare, celle de la ville de Vérone cette fois. Pour cette sortir, le « Fat Angel » allait être le leader du « Low Squadron », une place très exposée. Tout le monde croisait les doigts pour que cela se passe un peu mieux que la première fois. L'équipage du "Fat Angel" avant le décollage pour sa deuxième mission Mission 2 : Vérone, 10 décembre 1943 La position du "Fat Angel" au sein du "Low Squadron" Zone 1 Le « Fat Angel » décolle sans incidents et rejoint son rang de leader au sein de du « Low Squadron ». Zone 2 Le ciel est plutôt dégagé et le temps au beau fixe. Les escadrons profitent dans cette zone d’une escorte de plusieurs chasseurs alliés. Ce qui n’est pas du luxe, car cinq Messerschmitt 109 font leur apparition. Trois d’entre eux sont pris en chasse par l’escorte, alors que les deux autres foncent vers les bombardiers. Leur attaque est veine et ils finissent vite par se désengager. Le « Fat Angel » s’en sort sans avoir été touché. Le trajet jusqu'à l'objectif Zone 3 Temps à nouveau au beau fixe. Deux Me109 tentent à nouveau d’intercepter les bombardiers, mais ils sont pris à parti par l’escorte et s’enfuient rapidement. Zone 4 Limité en carburant, les chasseurs alliés font demi-tour et laissent les B-24 à leur sort jusqu’à Vérone. C’est toujours dans à ce moment là que la tension commence de monter drastiquement parmi les équipages. Une nouvelle attaque ne tarde pas à arriver, cinq Messerschmitt 109 fondant sur les escadrons. Trois d’entre eux s’en prennent au « Fat Angel », alors exposé par sa place de leader au sein de la formation du « Low Squadron ». Le bombardier est criblé de balles. La radio, ainsi que le mécanisme de largage des bombes sont touchés et rendu inopérables. Un Me109 est touché par un mitrailleur, mais les dégâts sont minimes. Deux chasseurs tentent une nouvelle attaque contre le bombardier, mais elle s’avère heureusement infructueuse. Aucune rafale ne touchant au but. Les cinq chasseurs finissent par se désengager alors que les bombardiers arrivent à hauteur de Vérone et que la Flak commence d’entrer en action. A cause des dégats subit, le « Fat Angel » est dans l’incapacité de larguer sa cargaison de bombes. Malgré tout, il doit rester à sa place de leader du « Low Squadron » et amener ces derniers à bon port sur la cible. L’intensité de la Flak est plutôt moyenne et le B-24 réussit à ne pas être touché. La visibilité est bonne et le reste des bombardiers arrivent à larguer leurs tapis de bombes sans soucis majeurs. La gare de Vérone est complètement détruite, c’est une réussite. Les trois escadrons prennent alors la direction du retour. Liberator B-24 E en formation Zone 3 Le repos est de courte durée, car à peine retourné en Zone 3 les bombardiers sont attaqués par 6 chasseurs Focke-Wulf 190. Quatre fondent sur le « Fat Angel » et délivrent leurs salves. Les mitrailleuses du nez du B-24 ne sont plus utilisables, ainsi que la tourelle qui se retrouve bloquée suite à des balles ayant endommagés les câblages. Il en va de même pour la mitrailleuse de queue, complètement détruite. Un des chasseurs allemands tente une nouvelle attaque contre le « Fat Angel » et ouvre le feu. Le mitrailleur Sandy Quinn est gravement blessé et le système de chauffage de l’avion est HS. Jerry Kowalski, pilote du « Fat Angel » prend alors la décision de se désengager de la formation afin de descendre à 10000 pieds d’altitude et continuer en solitaire son retour à la base. Zone 2 Ciel dégagé. Seul et vulnérable, toutes ses mitrailleuses hors d’état de fonctionnement, le “Fat Angel” ne croise heureusement aucun chasseur ennemi. Zone 1 Le temps se dégrade mais la base est en vue. Le B-24 se pose sans difficultés alors que l’ambulance est déjà là pour évacuer Sandy Quinn. La guerre est terminée pour lui, sa blessure lui assurant un ticket de retour au pays. Même si le « Fat Angel » n’a pas pu larguer ses bombes et qu’il s’en sort à nouveau fortement endommagé, la mission est au final un succès vu que l’objectif principal a été détruit. L’équipage s’en est sortit sain et sauf de cette deuxième sortie dans le ciel italien.
  5. 2 points
    zimxavier

    Traduction / Correction CK2

    Mise à jour de Lingua Franca en 2.8.3.3 Des centaines de corrections en attendant Holy Fury. Attention: je n'ai pas corrigé les problèmes mineurs et rares (comme l' à la place de le) avec les commandes personnalisées devant les noms. Je les ai entièrement refaites dans la 2.9, notamment à cause de l'énorme quantité de changements de l'extension à venir, et mettre à jour celles en 2.8 prendrait beaucoup trop de temps. http://www.mediafire.com/folder/soee68k19c49c/Crusader_Kings_II
  6. 1 point
    Loup

    Dev Diary 103 – Carnet du 5 octobre 2018

    par Silfae Salutations. Aujourd’hui nous allons laisser de côté les païens, retourner vers les bons vieux catholiques, et explorer... Lire la suite
  7. 1 point
    Mouchi

    Radio Mundus

    Mundus Bellicus va relancer le concept de Radio Mundus. Samedi 6 octobre à 15h, des... Lire la suite
  8. 1 point
    Ça me rappelle une histoire rigolote : Quand les bombardiers revenaient de mission, on étudiait les dégâts pour ... renforcer tout le reste, SAUF la zone touchées. Bah oui : si malgré le pruneau l'avion revenait, c'est que ce n'était pas une zone critique !
  9. 1 point
    Bien endommagé par les balles allemandes lors de sa dernière sortie, le « Fat Angel » passe à nouveau plusieurs jours cloué au sol. Le mitrailleur Sandy Quinn, de retour au pays avec une Purple Heart, est remplacé par la nouvelle recrue Carl Dickson, fraîchement débarqué en Italie. Alors que Noël approche, les hommes du B-24 espéraient passer cette période en sûreté à terre. C’était sans compter la fin des réparations du bombardier et la convocation à la salle des briefings le matin de 21 décembre. Une nouvelle mission attends les bombardiers du 741th Bomb Squadron et cette fois-ci l’objectif se trouve hors d’Italie. En effet, la cible aujourd’hui est le port de Toulon dans le sud de la France. Depuis août 1943, le port accueil la 29ième flottille de U-Boats de la Kriegsmarin et l’état-major entend bien gêné le plus possible les activités de cette dernière en bombardant ses installations. Survoler la Méditerranée tout en risquant d’y tomber sur des bandits n’est pas pour rassurer les équipages, sans parler de la Flak de Toulon que le renseignement estime conséquente. Revenir en un seul morceau pour Noël reste évidemment la principale préoccupation des hommes qui quittent le briefing avec une certaine appréhension. Pour cette mission et aussi pour la première fois, le « Fat Angel » aura la place centrale au sein du « Middle Squadron », l’escadron de tête. L'équipage du "Fat Angel" avant le décollage Mission 3 : Toulon, 21 décembre 1943 La position du "Fat Angel" au sein du "Middle Squadron" Zone 1 Le « Fat Angel » décolle sans incidents et rejoint sa place au sein du « Middle Squadron ». Zone 2 Le temps est clair et dégagé. Les trois escadrons de B-24 bénéficient d’une escorte de chasseurs amis dans ce secteur. Ce qui n’est pas du luxe, car quatre Focke-Wulf 190 font leur apparition. Deux sont pris en chasse par l’escorte alors que le reste fonce sur les bombardiers. Le « Fat Angel » subit plusieurs rafales qui endommagent son ail gauche. Heureusement, les dégâts sont superficiels et ne causent aucuns problèmes au niveau du pilotage. Un des chasseurs allemands est touché à trois reprises par les mitrailleurs mais arrive à se désengager sans grand mal. Le dernier FW190 restant entame une dernière vague d’attaque avant de quitter. Le réservoir du bombardier est touché, mais heureusement là encore les dégâts sont moindres et l’avion ne perd pas de carburant. Le trajet jusqu'à l'objectif Zone 3 Bonnes conditions météo. Rien à signaler. Zone 4 Les chasseurs d’escorte font demi-tour alors que les B-24 commencent de survoler la Méditerranée. Ils ne peuvent maintenant compter que sur eux-mêmes jusqu’à Toulon. Zone 5 Les bombardiers survolent la Corse aisément, ne rencontrant aucune vague de bandits. Zone 6 Les côtes du sud de la France sont en vue. Rien d’autre à signaler. Zone 7 Après avoir survolé la mer sans incidents ou rencontres avec l’ennemi, les escadrons arrivent à proximité de Toulon. C’est à ce moment que trois Focke-Wulf 190 déboulent sur eux. Le « Fat Angel » est violement pris à partit et reçoit un chapelet de salves presque interminables. Le bombardier William Sedgwick est sévèrement blessé alors que la radio est détruite. Un des chasseurs est touché par un des mitrailleurs de l’appareil mais il arrive à mitrailler l’aile droite. L’aileron de cette dernière s’en retrouve très endommagé et inopérable. Les chasseurs finissent par décrocher alors que la zone de Flak de Toulon commence d’être survolé par les bombardiers. Les tirs sont nourrit, mais par chance le « Fat Angel » arrive à ne pas être touché. Le bombardier Sedgwick gravement blessé, le B-24 n’a personne pour diriger la manœuvre une fois la cible en vue. Les autres bombardiers larguent leurs cargaisons de bombes, n’affligeant que quelques dégâts sur la base des Uboats. Le « Middle Squadron » suivit des deux autres escadrons, font alors demi-tour et entame le vol de retour jusqu’en Italie du sud. Deux Messerschmitt 109 surgissent alors derrière les escadrons. Un des deux est touché superficiellement par le mitrailleur de queue avant qu’il n’ouvre le feu sur le « Fat Angel ». L’aileron arrière du B-24 est fortement endommagé. La tourelle est bloquée après que des câbles aient été sectionnés et le système de chauffage de l’appareil est HS. Le Me109 tente une deuxième attaque contre l’appareil, mais sa rafale est imprécise et manque ce dernier. Les deux chasseurs allemands finissent par se désengager alors les escadrons commencent de survoler à nouveau la Méditerranée. Au sein du « Fat Angel », l’air est proche du glaciale avec le chauffage détruit. L’aileron de l’aile droite détruit lui-aussi, tout comme l’aileron arrière fortement endommagé, le pilote et capitaine Kowalski prend la décision de quitter la formation et de descendre jusqu’à 10'000 pieds. Bombardement de Toulon Zone 6 Le « Fat Angel » entame son voyage de retour seul, à basse altitude. La météo est bonne et aucun chasseur n’est croisés. Zone 5 Le B-24 survole à nouveau la Corse sans soucis. Zone 4 Rien à signaler. Zone 3 Rien à signaler. Coupe du Liberator B-24 E "Fat Angel" Zone 2 Avertit par le leader du « Middle Squadron » que le « Fat Angel » avait décroché de la formation et rentrait seul, deux chasseurs d’escorte viennent le rejoindre pour son retour au dessus de l’Italie. Une surprise de loin pas superflu, car ils dissuadent un Me109 qui rodait dans le secteur d’intercepter le bombardier. Zone 1 Le temps s’est grandement dégradé, mais le « Fat Angel » arrive en vue de la base et se pose sans incidents. Le bombardier William Sedgwick a survécu à ses blessures et est prit en charge par l’ambulance. Le « Fat Angel » revient une troisième fois à la base dans un état pas très glorieux, signe des combats plutôt mouvementés qu’il a du affronter au cours de cette mission. La sortie fut un échec relatif, le bombardier n’ayant pu larguer ses bombes et celles des autres B-24 n’ont que très peu endommagées la cible. Heureusement, aucun mort n’est à déplorer au sein du « Fat Angel ». Tout comme Sandy Quinn précédemment, la blessure de William Sedgwick lui assure un retour au pays. Il aura accomplit trois missions au poste de bombardier au sein du « Fat Angel ». Ce dernier retourne encore et toujours entre les mains des mécanos afin de subir un nouveau rafistolage.
  10. 1 point
    tguyon

    Cold War 2

    La France est jouable jusqu'en 1958 !
  11. 1 point
    Elfryc

    Traduction/Correction : Indiquez les erreurs

    Nouvelle version de la Pléiade et la Pléiade+ J'ai fait ça un peu à la va-vite malgré tout : transferts des mes fichiers de la version bêta dans le dossier non-bêta, vérification rapide de tous les fichiers .txt, suppression de tout ceux qui ne changeaient rien, vérification des différences entre les version anglaises bêta et publique, idem pour le français, test 5 minutes, apparemment ça roule. Résultat final : si vous n'utilisez que la Pléiade, très peu de changements. Les rapports que j'ai pu trouver ici et ailleurs semblent bien avoir été rajoutés dans le patch 1.27 Poland ; j'ai juste rajouté trois lignes manquantes dans la version française, et effacé les 3 ou 4 changements dans la localisation qui ne sont pas encore implémentés. Les interfaces sont normalement à jour. Pour la Pléiade+ c'est comme d'hab : améliorations par rapport à tous ces noms qui sont écrit en anglais dans le script. Par contre, je n'ai toujours pas trouvé le temps de jouer pour réellement tester les interfaces ou les textes. De ce point de vue, vos remontées ont été extrêmement utiles, donc merci beaucoup Là je repars (enfin, je suis déjà reparti) sur d'autres extensions (notamment la prochaine d'EU4, qui ne va pas tarder à me prendre un temps que je n'ai pas vraiment). Donc n'hésitez pas à me tenir au courant en cas de problème (notament si vous avez des crash ou autres) que je corrige ça le plus vite possible. En tout cas, voilà les mods. N'oubliez pas d'effacer les anciens dossiers /la_pleiade et /la_pleaide+ dans le fichier /mod, juste au cas où ! MediaFire c'est ICI ; Et ici c'est là : La Pléiade v1_27.zip P.S. : comme l'expérience n'a pas été si douloureuse que je le craignais sur Stellaris ce week-end, je me suis dit que ce serait bien de reposter sur le Steam Workshop. Mais (parce qu'il y a souvent un mais avec le Workshop) : incapable de me souvenir comment faire Donc si vous préférez le Steam Workshop pour des raisons de praticité, dites-le. On verra (quand j'aurais un peu plus de temps) si c'est possible de refaire ça de façon plus régulière.
  12. 1 point
    Elfryc

    Traduction améliorée : Jean de Lattre de Tassigny

    @Mouchi Pour ton événement, en regardant ça sur mon téléphone je ne m'en étais pas rendu compte, mais ça m'a sauté aux yeux en voyant l'image sur grand écran : c'est une des anciennes traductions, ce qui se voit au fait que cela ne suit pas le nouveau format que j'ai mis ne place (plus de sauts de ligne, mais des alinéas ; le point à la fin du texte sur le bouton, etc). Je ne sais pas trop comment il est déclenché, et il m'en reste un certain nombre à reprendre de toute façon, mais j'y regarderai de plus près dès que j'aurais le temps. * * * * * * * * * * Pour vous tenir un peu au courant : l'été a été un peu beaucoup dément. J'ai bossé autant que possible sur le nouveau DLC, mais il y a encore beaucoup de travail dessus. J'espère juste, pour l'instant, que la date de sortie est plus tardive qu'annoncée. Les pays en tant que tels ne sont pas très difficiles à faire (pour ce que j'ai pu voir pour l'instant), mais ce qui m'inquiète un peu plus ce sont les interfaces, notamment celles liées à la marine. Il sont réellement bossés comme des fous, et ils rajoutent toujours des quantités de choses absolument partout. Pour l'instant, je suis assez réservé sur le temps que j'aurais pour améliorer les deux ou trois derniers pays qui ne l'ont pas encore été (de mémoire la Roumanie, la Yougoslavie et peut-être un autre, je ne sais plus bien). Par contre, j'ai pu améliorer des choses à droite ou à gauche, comme les doctrines (terrestres, navales et aériennes). Je pense que c'est peut-être quelque chose qui serait plus utile que faire un pays si j'ai un peu de temps, puisque cela permet de modifier pas mal d'interfaces en même temps, et de vérifier que les modificateurs ou autres trucs divers et variés s'insèrent sans trop dépasser dans les diverses interfaces. En fonction du temps dont je disposerai avant la sortie du DLC, j'aviserai donc. Si je sens que j'ai pas le temps pour un pays mais le temps de regarder une interface (par ex. la diplomatie, le commerce, etc.) je vous demanderai donc ce qui en aurait le plus besoin. Je reste donc prudent pour l'instant, sachant que de toute façon tout ce qui touche à la marine est pour l'instant prioritaire, mais n'hésitez pas à me dire s'il y a un domaine du jeu qui mériterait vraiment que je m'y attelle. Et comme je risque d'avoir très peu de temps pour tester sur une réelle partie, on aura de toute façon sans doute un certain nombre de patchs pour profiter d'améliorations graduelles après la sortie du DLC.
  13. 1 point
    Socros

    Traduction/Correction

    comme tu veux, j'ai augmenté la limite, donc tu es tranquille quelques temps
  14. 1 point
    Socros

    Traduction/Correction

    ça devrait être bon, ton stockage perso était plein
  15. 1 point
    tguyon

    Cold War 2

    https://store.steampowered.com/app/935350/Cat_Fu_Mi/ Cat Fu Mi est sur Steam (un petit projet que j'ai fait pour ma fille : ce n'est pas très "guerre froide", mais il y a un chat maoïste au niveau 7) !
  16. 1 point
    franchement c'est beau mais trop chian.t !
  17. 1 point
    Non malheureusement pas Laurent !!!! Victoire de la team 2
  18. 1 point
    Yetarse

    [Vicky2] Les Aventures de Karl von Yetarse

    Vu qu'il n'y a pas eu de message la semaine dernière ici on a 2 parties pour le prix d'une. J'ai été moins inspiré que d'habitude mais normalement les prochains récits devraient être plus intense. _______________________________________________________________________________________________________________________________
  19. 1 point
    Pour Brest il y aussi au port la Jeanne d'Arc R97 avec sa flottille de 8 Lynx anti sous marins prévu pour le temps de guerre. Elle embarque aussi 8 lanceurs MM38 et une batterie anti aérienne courte portée Mistral comme tous les "grands" navires français à cette époque, en attendant une solution embarqué équivalente, à savoir les PA, les navires ateliers et les pétroliers.
  20. 1 point
    Ça, c'est le rapport qui arrive à Moscou. La vérité c'est que le téléphone fonctionne bien en Allemagne, cela fait déjà longtemps que les lignes principales (voir toutes les lignes dans les villes) passent par des gaines obligatoirement prévus sous le réseau routier.
  21. 1 point
    Rapport de force approximatif par théâtre Arctique C’est sans doute dans ce secteur que se jouera le sort de la guerre en Europe. Sur ce front se trouve les bastions de Barents et Kola ainsi que le GIUK, qui contrôle l’accès à l’océan Atlantique. L’opération ReForGer prévoit d’envoyer les renforts américains par la Mer du Nord pour qu’ils soient opérationnels le plus tôt possible, aussi, l’OTAN ne peut se contenter de retenir les soviétiques au niveau du GIUK, il faut les enfermer dans leurs propres bastions. La première cible pour l’URSS est la Norvège. Il lui sera impossible de contester la Mer du Nord sans la neutralisation préalable des bases de l’OTAN dans le nord du pays, et le groupe articulé autour du TAKR Tbilisi ne sera pas de trop pour cela. Face à lui, la Norvège déploie une constellation de vedettes lance-missiles utilisées selon une doctrine de harcèlement constant de l’ennemi. Les Etats-Unis déploient l’USS Forrestal et son escorte. Le STANAVFORLANT est actuellement composé de cinq navires. OTAN : 1 CG CTF 70.1 : CV 59 Forrestal, 2 CG, 2 DD STANAVFORLANT : 2 DD, 3 FF Marine norvégienne : 2 FF, 20 PB PACTE : KPUG 1 : 1 CG, 3 DD, 2 FF KUG 1 : TAKR Tbilisi, 1 BCGN, 2 CG, 2 DD, ravitaillement OKOP : 2 CG, 2 DD DESO : 5 FF, transports, ravitaillement Baltique La Baltique est divisée en deux. Le nord est tenu par la Suède, le sud par le Pacte de Varsovie. La Suède n’a pas les moyens de s’opposer à la flotte de la Baltique, et les Etats-Unis ne risquent évidemment pas ses porte-avions dans une mer fermée et aussi surveillée. La seule véritable opération envisageable est une prise des détroits danois par les troupes du Pacte de Varsovie. OTAN : BALTFOR : 5 DD, 4 FF PACTE : KUG : 1 DD, 7 FF, 14 PB Méditerranée Orientale L’URSS bénéficie de sa base syrienne de Tartous et peut entretenir une flotte limitée, incluant tout de même le TAKR Minsk. La proximité d’une telle puissance de feu est susceptible de pousser Israël à la neutralité malgré son alignement clairement pro-américain. Pour éviter cela, l’US Navy dispose dans la région d’un groupe aéronaval centré sur l’USS Theodore Roosevelt, épaulé par un des derniers cuirassés, le New Jersey. L’élimination des navires soviétiques pourrait donner à Israël juste assez de confiance pour attaquer la Syrie d’Hafez al-Assad et de prendre le contrôle de Tartus. L’URSS n’a aucun intérêt à les provoquer et cherche plutôt à retenir ses alliés arabes, plutôt en position de faiblesse dans la région. OTAN : NAVOCFORMED : 4 DD Roosevelt CVBG : CVN 71 Theodore Roosevelt, 3 CG, 1 DD, transports et ravitaillement SAG accompagnant le Roosevelt : 1 BB New Jersey, 1 CG, 2 DD PACTE : KPUG 1 : 2 CG, 1 DD, 1 FF KUG 1 : TAKR Minsk, 1 BCGN, 2 DD KUG 3 : 1 CG, 2 DD, 1 FF, transports et ravitaillement Méditerranée Centrale et Occidentale Seul l’OTAN est présent sur ce secteur, avec les marines française, italienne et américaine. Une nation, la Libye, est au centre des attentions de l’OTAN. Le colonel Kadhafi est proche de l’URSS, mais jusqu’à quel point ? Et jusqu’où va-t-il pousser l’opportunisme dans ses projets contre l’Egypte, plutôt alignée sur l’OTAN ? Qui plus est, une sortie de la flotte de la Mer Noire est susceptible de menacer ce secteur. OTAN : TF 502.1 : R 99 Foch, 3 DD TF 502.2 : CV 67 John Fitzgerald Kennedy, 2CG, 2DD TF 502.3 : C 551 Giuseppe Garibaldi, 1 DD, 3 FF 26 MEU : 3 FF, transports et ravitaillement PACTE : rien Mer Noire L’URSS et ses alliés possèdent plus de 70% des côtes de la Mer Noire. C’est cependant bien la Turquie qui contrôle les détroits du Bosphore et des Dardanelles, la seule porte de sortie vers la Méditerranée. La convention de Montreux interdit aux porte-avions d’entrer dans cette mer plus de quelques jours, il n’y a donc aucun porte-avions américain sur place, ni même de groupe de surface. En cas d’offensive soviétique contre les détroits, la question n’est pas de savoir si elle réussira, mais en combien de temps. La Turquie est isolée du reste de l’OTAN, et il n’est pas dit que la Grèce, son plus proche allié, l’aide de bon cœur. Le tronçon Européen de la Turquie est de plus menacé par la Bulgarie. Prendre le contrôle des détroits permettait à l’URSS de faire sortir le gros de la Flotte de la Mer Noire, actuellement au port, et de permettre aux navires déployés dans la Méditerranée de s’y réfugier si besoin. OTAN : Destr. Sqr : 6 DD, 2 FF Patrouille : 2 PCFG PACTE : KUG 1 : 4 FF, 4 PCFG Autres forces : 2 DDG, 4 PC, transports, ravitaillement Océan Indien Dans l’océan Indien, le Pacte est quasiment condamné. Le déploiement est relativement important, avec notamment le TAKR Kiev, mais les bases d’Aden et de Socotra* ne sont pas des bases majeures et ne peuvent entretenir longtemps une telle force. Pire, l’Egypte est plutôt favorable aux Etats-Unis, il est peu probable qu’elle accepte que des navires soviétiques passent par le canal de Suez. La flotte soviétique sur place est donc destinée à mourir… Mais à quel prix pour l’OTAN ? La puissance de feu de la TF 77.1, et surtout du Nimitz, est inégalée dans la région, mais sa perte galvanisera sans doute l’Inde, pour le moment neutre mais pro-soviétique, ce qui menacerait le Pakistan et offrirait un sauf-conduit aux navires soviétiques. * qui n’a en fait jamais existé – la CIA était persuadée que l’URSS disposait d’un complexe militaire sur l’île, ce qui a influencé l’auteur du scénario et du livre dont il est tiré OTAN : 4 FF SAG : 2 CG, 2 DD TF 77.1 : CVN 68 Nimitz, 2 CG, 2 DD, transports, ravtaillement PACTE : KUG : TAKR Kiev, 2 CG, 4 DD Pacifique Nord (Okhotsk) Le Bastion d’Okhotsk est une zone très dangereuse pour l’OTAN. L’URSS y déploie deux de ses croiseurs lance-missiles porteurs d’avions (TAKR), le Bakou et le Novorossiysk, ainsi qu’une partie de sa flotte de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Ces groupes sont dispersés au déclenchement des hostilités, et aucun renfort d’Europe n’est à espérer. Les Etats-Unis disposent de la Carrier Task Force 77.1, avec à sa tête l’USS Independence, et surtout de nombreuses bases sur le territoire japonais qui leurs permettent de tenter d’infiltrer et de démanteler le bastion. La subtilité, pour l’URSS, est de dissuader le Japon de s’engager aux côtés des Etats-Unis. Pour cela, il faut d’abord éviter de frapper le sol japonais sans être certain de ne toucher que des éléments américains, puis neutraliser la CTF. Sans l’appui de l’US Navy, le Japon restera l’arme au pied. OTAN : CTF 77.3 : CV 62 Independence, 4 CG, 2 DD PACTE : KPUG 1 : TAKR Novorossiysk, 1 BCGN, 4 CG, 4 DD KPUG 2 : TAKR Baku, 1 CG, 3 DDG KUG 1 : 3 CG, 1 DDG Marine japonaise : 17 DD* *Le Japon distingue Destroyer, Destroyer lourd et Destroyer d’Escorte. Pacifique Nord (Bering) La zone entre le Kamtchatka et l’Alaska est vidée de toute présence soviétique, concentrée dans le Bastion d’Okhotsk. Petropavlovsk est la seule véritable installation soviétique dans la région. Les Etats-Unis lancent la Carrier Task Force 77.4, formée autour de l’USS Kitty Hawk, à l’assaut de cette base. Aucune invasion du territoire soviétique par l’Extrême Orient n’est envisagée, ce ne serait ni raisonnable, ni utile. OTAN : CTF 77.4 : CV 63 Kitty Hawk, 3 CG, 2 DD, ravitaillement PACTE : aucune Caraïbes Il n’y a aucune présence soviétique sur ce front, mais Cuba pourrait bien se joindre à la fête et menacer les lignes de communications maritimes dans les Caraïbes. Pour l’en dissuader, les Etats-Unis maintiennent un GAN réduit autour de l’USS Midway. OTAN : CV 41 Midway, 1 CG, 4 FF Marine cubaine : 18 PB Autres porte-avions américains et OTAN Dans cette liste figurent les porte-avions qui sont absents des scénarios de Command. Signe de l'excellent travail de l'auteur, ils sont en large majorité ou en maintenance, ou de retour d'une expédition et donc à quai. J'ai dû inventer la situation des navires britanniques. Deux navires sont en route, l'USS America et l'USS D. D. Eisenhower. Ils doivent théoriquement arriver en méditerranée pour relayer l'USS JFK et l'USS Roosevelt, mais ils pourraient bien être détournés vers l'Arctique vu la situation. L'USS Ranger est déployé en mer de Chine et pourrait être envoyé vers le nord. CV 43 Coral Sea : de retour après son déploiement en Méditerranée et dans l’Océan Indien et après avoir secouru l’USS Iowa. A Norfolk. CV 60 Saratoga : en maintenance à Norfolk. CV 61 Ranger : en Mer de Chine CV 64 Constellation : de retour de l’Océan Indien. A San Diego. CV 66 America : en route vers la Méditerranée orientale. CVN 65 Enterprise : de retour de l’opération Earnest Will. A Norfolk. CVN 69 Dwight D. Eisenhower : en route vers la Méditerranée CVN 70 Carl Vinson : en station à NAS Alameda, Californie CVN 72 Abraham Lincoln : lancé, mais non encore en service dans l’US Navy (historiquement commissionné en novembre 1989 et déployé en septembre 1990) R05 Invincible : en station à Portsmouth R06 Illustrious : de retour de mission Fly the Flag. A Portsmouth R07 Ark Royal : en mission Fly the Flag en Amérique du sud. R97 Jeanne d'Arc : A Brest. R98 Clemenceau : de retour de l’opération Prométhée. A Brest.
  22. 1 point
    jerry

    [FPCRS] Ouverture Fatale

    C'est vraiment très bon !
  23. 1 point
    pour la Guerre des Clone I, II & III pour l'école des officiers serait il possible d avoir les commandant spatial mais sous l appellations Commandant de la République sinon avoir la possibilité par la cuve de clonage d avoir un officier naval Clone qui aurait la meme fonction que les commandant spatial afin de mieux collé a l époque que d avoir ceux de l empire via la pause du jeu
  24. 1 point
    Mouchi

    Dev Diary 14 – Carnet du 27 août 2018

    Johan a publié 2 images sur Twitter hier et aujourd'hui. Le mode carte population est intéressant Un teaser du carnet de développement de demain
  25. 1 point
    Lunarc

    [MOD] Kaiserreich

    Lien Originel Salut! C'est Nijato, vous m'avez peut-être déjà lu dans des carnets précédents, quand j'ai parlé de mon travail sur la Russie. Eh bien maintenant, j'en suis sorti et j'ai ramassé la France Nationaliste. La France Nationaliste vous allez me dire? La France n'est-elle pas communiste? Laissez-moi vous expliquer avec un peu l'histoire: Après l'effondrement de la Troisième République sur le continent suite à la victoire allemande, tout l'appareil de l'état et de l'armée de l'ancienne république - avec quelques politiciens et civils abrités à Marseille - s'est enfui avec la plus grande partie de la Marine dans les colonies françaises africaines de l'autre côté de la Méditerranée pour fuir la Commune de la France nouvellement créée. Ils ont proclamé la IVeme République française, en exil, et ont revendiqué le continent, mais le système démocratique a été considéré rapidement comme périmé, et remplacé par un gouvernement militaire dirigé par le maréchal Ferdinand Foch, et, après sa mort, par Philippe Pétain, encore au pouvoir en 1936. La situation en 1936 En 1936, la France nationaliste a 3 problèmes principaux. Tout d'abord, l'armée recrute seulement des Européens présents en Afrique du Nord, et se retrouve devant un sérieux problèmes d'effectifs. Le second est l'agitation politique croissante tandis que la haine envers le gouvernement militaire au pouvoir croit, et enfin le troisième est assez évident: la métropole n'est toujours pas reprise! Saleté de Syndicalistes! Heureusement, la Vraie France dispose pour l'aider d'un arbre de focus que je vais vous détailler. Politique Dès le début, vous pouvez aller dans trois directions: Restaurer la constitution et recréer une république parlementaire, restaurer la monarchie et mettre le prétendant des Orléans au pouvoir, ou bien restaurer l'empire et mettre le prétendant des Bonaparte au pouvoir. Vive l'Empereur! Ensuite, vous pouvez décider quoi faire sur les multiples questions concernant la politique française, jusqu'au focus final vous donnant un modificateur spécial dépendant de vos choix. Industrie L'arbre industriel se concentre sur la croissance de l'industrie en Algérie et l'exploitation des ressources en Afrique subsaharienne, avec deux voies spéciales: la première vous permet de créer une voie aérienne entre Alger et Dakar et d'améliorer votre capacité industrielle, la seconde est celle de l'exploitation saharienne - bien qu'elle puisse être intéressante compte tenu de la quantité d'huile qu'elle peut offrir, il faut être prudent pour ne pas énerver les indigènes ... Militaire Le personnel militaire français est divisé en deux écoles opposées: la première soutenue par l'amiral Darlan et la plupart de la vieille garde repose sur la défense et le développement de la marine, pour que la France Nationaliste ne tombe jamais entre les mains des syndicalistes, et la seconde, préconisée par le général de Gaulle et la plupart de la jeune garde demande la conscription de la population indigène et le développement de l'armée afin de récupérer la terre originelle. Les deux possibilités sont simulées dans l'arbre de focus, l'une vous donnant des bonus pour les forts et la marine, l'autre des bonus pour vos effectifs et des équipements militaires plus avancés. Vous pouvez voir également la voie de la «préparation militaire» sur la droite - il s'agit d'un chemin militaire plus général avec des focus pour les doctrines, les technologies d'infanterie ou l'infanterie de marine. (Non présent dans l'image: un focus de bonus d'infanterie et un de bonus d'artillerie). Diplomatie Au début de la partie, la France Nationaliste fait toujours partie de l'Entente, une alliance entre le Canada, le Dominion de Delhi, l'Australasie et la Fédération des Caraïbes. Par conséquent, vous pouvez choisir de renforcer vos liens avec elle, mais la probable guerre civile en Espagne révélera peut-être un nouvel allié potentiel pour vous aider à récupérer votre territoire - vous devrez choisir qui suivre. Alors, si vous avez fait les bons choix et bien combattu, vous pouvez réussir dans la lutte contre les communards, vous permettant de retourner enfin à Paris (ou à Marseille si vous avez eu à partager le terrain avec une autre puissance dans le nord) ... La France renaîtra! Ou bien vous mourrez juste en Afrique tandis que les communards libéreront le monde sous leur contrôle, mais tout se passera bien car vous aurez manœuvrez pour saisir la Guinée Portugaise, bon travail. Je pense que j'en ai presque fini maintenant, donc je vais juste vous laisser avec quelques événements que vous pourrez obtenir en jouant la France Nationaliste, merci pour m'avoir lu, et a plus tard! L'équipe est toujours en ce moment à la recherche de plus de membres, alors si vous souhaitez contribuer (GFX, événements, localisation, idées, quoi que ce soit!), dirigez-vous vers notre forum - http://cs.servegame.com/kaiserreich , ou rejoignez notre discorde - https://discord.gg/013cqzfpWMRLqnvHr. Et téléchargez le Kaiserreich Music Mod! Les suggestions sont toujours nécessaires! http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=739622686
×