Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 19/10/2018 dans toutes les zones

  1. 4 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    Nouvelle maps terrestre de la planète DURO. Station spatiale habité que l'on peux voir dans le jeux STAR WARS BATTLEFRONT Maps : DarkGrazi
  2. 3 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    CONVOYEX VANDOR Meshes : DarkGrazi Textures : DarkGrazi Rigging : DarkGrazi
  3. 3 points
    Balthaur

    GPO HOI 4 Opération Typhon

    GPO en cours, du côté de l'Axe. Rapport d'ordre général sur les dernières sessions. Campagnes de Pologne, de France, du Benelux et du Danemark. Je venais de recevoir ma pochette scellée que je décachetais fiévreusement : la guerre commençait enfin. Les instructions du führer à ses subordonnés étaient simples : "allez-y mollo avec les polonais, ne tapez pas dessus trop fort". Certaines mauvaises langues, au sein de l'Etat Major, disaient qu'il (le führer ) faisait durer le plaisir par pur sadisme. En fait, il s'agissait de laisser les soldats se familiariser avec leurs nouvelles armes, de s'aguerrir. La Pologne ne fit pas un plis, ni le Danemark, ni le Benelux... Ni la France. Le Mikado manifesta un zeste d'irritation lorsque, début septembre 40, le royaume du camembert-pinard-baguette, pourtant pantelant, existait toujours. Le Duce aussi, surexcité depuis des semaines à l'idée d'en découdre enfin, voulait qu'on en finisse afin qu'il puisse reporter son attention sur le Mare Nostrum, et surtout l'arrogante Yougoslavie. Il sera temps d'y revenir. Pour l'heure, la France capitula dès que le petit flottement consécutif au changement de commandement fut réglé. En effet, Gil Thib partit s'occuper de la Norvège et je récupérais la totalité du théâtre français. J'ignorais même que notre führer s'occupait d'affaires hautement plus spirituelles que nous : production, technologie, décisions politiques, discussions avec le Duce Drei, conseiller technique de Mouchi, etc. La France fut pliée, et ne présenta pas un grand intérêt. L'état fantoche de Vichy vit le jour. Norvège. Très différente fut la campagne de Norvège où, coup de chance, une quinzaine de divisions du Commonwealth furent délogées facilement de Trondheim. A peine débarquées, les divisions (majoritairement canadiennes) encore désorganisées furent chassées par quelque unités de l'Alpenkorps, arrivant d'Oslo. Privées de ravitaillement (aux mains des allemands) et refoulées dans les montagnes, ces unités crevèrent de faim et capitulèrent en détail. Du coup, il ne resta plus rien à nous opposer sur la route de Narvik. La petite cité portuaire fut envahie à son tour et la Norvège toute entière passa sous contrôle de l'Axe. Ce fut incontestablement une grande victoire, encore accrue avec un débarquement anglais dans le grand nord qui se transforma en fiasco malgré un léger succès initial. Plusieurs divisions ennemies furent anéanties. En Méditerranée, la préocupation majeure du Comando Suprêmo, était, comme on s'en doute, la prise de Malte. Je fus en charge de mettre en place un blocus aérien autour de l'île et de pousser quelques divisions de blindés légers en Égypte, Manstein à leur tête. Elles n'allèrent pas loin : à El Alamein, une défense puissante les cloua sur place. Parallèlement, des unités spéciales italiennes tentaient de s'emparer de cette position centrale clé, au beau milieu du mare nostrum. Mais rien n'y fit : pilonnage aérien, blocus naval, débarquements successifs, tous échouèrent. A tel point que pour la dernière tentative, le Duce avait fait spécialement équiper ses troupes d'assauts, de palmes, masques et tubas, en prévision de l'échec à venir, car il n'y croyait pas non plus. Plusieurs fois, il exhala sa déception, d'autant plus qu'à plusieurs reprises, sa Marine se faisait durement étrier, malgré l’exhibition de ses porte-avions flambants neufs qui échappèrent de justesse à la submersion... A son actif toutefois, une victoire navale sous parapluie aérien de la Luftwaffe et de la Regia Marina. Première grande déconvenue que cette île de Malte... L'avenir allait lui en réserver d'autres... A commencer par la perte de sous marins envoyés en renforts par le führer Julien : ils furent interceptés au large de Gibraltar et envoyés par le fond. Mais la plus grosse déception vînt des Balkans. En effet, la Hongrie avait été incorporée à l'Axe, mais elle ne tarda pas à nous jouer un tour pendable. Car lorsque la Yougoslavie fut attaquée, les croates manifestèrent aussitôt leur volonté d'indépendance et firent sécession. Sans nous consulter, la Hongrie l'accepta dans notre alliance, et pour le coup, il ne fut plus possible de l'attaquer. Bref, lorsque le reste de la Yougoslavie capitula (puis la Grèce -sauf la Crête-), il ne fut plus possible au Duce de prendre la Croatie. De terribles plans de vengeance se mirent à germer dans son cerveau. Entre temps, Mouchi (notre fournisseur en pétrole roumain), liquida la Bulgarie et s'empara de la Thrace (province grecque). L'affaire ne présenta pas de difficultés. Afrique Noire. Pendant ce temps, une guerre totalement imprévue se développa en Afrique Occidentale. Le führer Julien me confia alors la totalité des troupes de Vichy. Celles d'Afrique du nord ou de métropole vécurent des mois d'existence paisible. En revanche, celles situées au sud du Sahara -une douzaine de divisions- eurent leur heure de gloire en envahissant la quasi totalité des territoires britanniques, se payant même le luxe de détruire la 53e DI anglaise (la meilleure de toutes, comme il se doit...) encerclée à Freetown. Attaquée de toutes parts, assiégée, cette unité fut anéantie. Poursuivant sur leur élan, les troupes de Vichy envahirent le Nigéria où la résistance ennemie s'organisait. Le ratio des forces, en terme d'unités, était de 2 contre 1 en faveur de Vichy, un nombre conséquent d'unités devant être laissé en arrière pour occuper les ports. Cependant, un tel ratio est factice, car aucun renfort n'arrive de métropole, à cause du blocus naval ennemi. Les divisions, déjà notoirement incomplètes suite à la capitulation, souffrent d'un manque chronique de matériel, d'armes et de munitions. Elles se nourrissent exclusivement, de bananes, de cacahuètes grillées, le magnoc étant laissé aux populaces locales. De grands cuisiniers, tels J. Reblochon, essaient en vain d'améliorer l'ordinaire. Leur seule chance, c'est la célérité. Heureusement, je disposais d'une unité rapide de blindés légers qui traversa le fleuve Niger et commença à contourner le front du RAJ (en charge d'assurer la défense du secteur faute de quoi, le Gabon -France Libre- allait être envahi). Les choses se présentaient plutôt bien lorsque cette malheureuse unité tomba nez à nez avec une armée complète de 15 divisions indiennes... Aucune chance de tenir avec des troupes aussi squelettiques ! Une retraite en bon ordre commença, et se termina dans les forêts sénégalaises au voisinage de Dakar. Deux divisions de mercenaires colombiens, un peu trop enivrés de coca sans doute, passèrent de vie à trépas en même temps que la bataille finale se réglait à coups de machettes dans les plantations de bananiers. Vichy perdit ses premières divisions, car il ne fut pas possible de les évacuer. Front de l'est. Mais tout ceci n'était que peu de choses, car Barbarossa venait de commencer -avec 2 mois et demi de retard sur le planning- avec pour objectif sans doute inavoué de notre chef, de liquider les Russes en une campagne d'un mois, comme pour la Pologne. Gil Thib s'élança au nord et s'enfonça profondément en territoire soviet, s'emparant de Minsk jusqu'aux portes de Vitebsk, contournant les marais du Pripet et borda la Duna jusqu'à Riga, grande base ennemie sur la mer Baltique. Parallèlement, il lançait une opération navale de grand style visant à tourner la défense ennemie en débarquant en Estonnie. Mais l'opération échoua inversement aussi simplement que sa préparation fut compliquée. Quand à moi, on me confia le front Sud, de Brest Litovsk à Lwow. Les choses ne se ressemblent pas : si le nord ne fut pas défendu jusqu'à la ligne d'arrêt du fleuve (qui ne fut pas attaquée), à l'inverse, le vestibule polonais de l'Ukraine fut soumis à de très âpres combats dans des forêts truffées de divisions Rouges. Malgré tout, en deux semaines de batailles acharnées, le front fut reporté sur l'ancienne frontière de l'Union soviétique (avant annexion de la Pologne) et le Reich récupéra les précieuses ressources en pétroles de Lwow et de Stanislawow. Au premier rapport devant Julien, j'eus devant moi un Gil Thib plastronnant présentant une avance magnifique de 400 km opposés à mes pauvres 200 Km. Mouchi, quand à lui, récupéra la Bessarabie presque sans coup férir. Le second round allait commencer... Il ne restait plus que quatre jours avant la fin de l'été. L'automne allait débuter.
  4. 3 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    Nouvelle maps de HOTH Comme vous pouvez le voir sur l'image, j'ai fais un model de montagne qui recouvre la base Rebel ECHO. Dans la base il y a des hangars. Maps : DarkGrazi
  5. 3 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    AT AT EMPIRE Meshes : DarkGrazi Textures : DarkGrazi Rigging : DarkGrazi
  6. 2 points
    Antalex

    Ultima ratio regum. (Empire Total War)

    Je lance un nouveau récit de partie en quittant cette fois-ci le domaine de Paradox et ma chère Australie de la seconde guerre mondiale pour celui de Total war avec Empire total war. - Dans cette partie je jouerais le Royaume de France, en vanilla avec simplement les DLC. Je n'ai pas le DarthMod parce que je n'arrive tout simplement pas, malheureusement, à le faire marcher. - Une année durant 2 tours, j'essayerais d'établir un récit avec une narration chronologique selon le modèle suivant : un tour = 1 trimestre que je joue puis un trimestre joué par l'IA, ce qui me permettra de donner des dates fictives mais établissant une chronologie des événements si possible. - Difficulté de campagne et d'IA : Difficile, n'étant pas forcément un bon joueur je ne joue pas en très difficile. - Pour des raisons de simplifications, certaines réalités historiques sont faussées afin de faciliter le jeu : la Nouvelle-Orléans existe déjà hors elle est officiellement fondée en 1718 ou encore la France se retrouve en paix avec les Iroquois alors qu'en 1700 elle est encore en guerre, la paix étant signée, avec d'autres nations amérindiennes en 1701 à Montréal. - Les bâtiments en italique et entre ".." sont des bâtiments fictifs. - Le nombre d'habitants est arrondis. - Les armées ont un coefficient multiplicateur pour plus de réalisme bien que cela ne rende pas le récit plus réaliste pour autant, si vous avez des idées de coefficients n’hésitaient pas : Europe x20 (je ne sais pas si cela fait de lui un coefficient trop gros ?) , Amérique x4 du fait de la faible population coloniale la bas. Sur ceux, débutons notre partie par un état des lieux ! AN DE GRÂCE 1700, état des lieux du Royaume de France En ce début d'année 1700, en cette fin du XVII e siècle, le Roi Soleil, Louis XIV de Bourbon, roi de France et de Navarre entame sa 57e année de règne. A la tête d'un pays dont les frontières se sont agrandis et renforcer par de nombreuses fortifications toujours en cours notamment sous la direction de Vauban. L'Alsace, dont l'annexion s'est terminée en 1697 et la Lorraine en 1697 (en réalité non bien évidemment) constitue les dernières frontières acquises par Louis XIV. Monarque absolu, Louis XIV compte tout de même sur un gouvernement restreint pour diriger un royaume dont les possessions dépasse l'Atlantique : Le Gouvernement de sa majesté : A la tête de ce gouvernement, le Ministre en chef, Adrien-Marie de Marveau. Noble de 48 ans et l'un des hommes les plus proche du roi, il est réputé sévère et économe, peu apprécié par la population française, il permet néanmoins de maintenir les caisses de l'Etat à flot par des économies drastiques, permettant notamment de financer l'armée. Pour l'épauler, le contrôleur général des finances, Michel Chamillant, lui aussi âgé de 48 ans gère les finances de l'Etat. Capitaliste convaincu, il se démarque par une honnêteté y compris envers Versailles qui lui ont valu une ascension rapide dans le gouvernement. Louis le Tellier, jeune noble de 32 ans est parmi les plus jeune à avoir jamais occupé un aussi haut poste au gouvernement, Secrétaire des Armées, il est un stratège reconnu et ses exploits lors de la guerre de la Ligue d'Ausbourg lui ont valu cette ascension fulgurante. Jeunesse qui est aussi de mise pour la marine avec Jérôme Phélypeair, âgé de 26 ans, d'un caractère entêté, sa forte amitié avec Françoise d'Aubignée, femme du roi, lui à valut une montée fulgurante dans la marine jusqu'à en atteindre le plus haut poste. Ce gouvernement est enfin conclu par le Ministre des Amériques, chargés de diriger la Nouvelle-France mais aussi les îles des Caraïbes, il est le seul qui n'est pas en métropole mais à Québec, dans la ''Magistrature royale'' de Québec : Raimond Guiscard, homme honnête et économe, il est l'homme le plus important hors de France. l'Etat du Royaume de France et de ses armées Pays parmi les plus peuplés d'Europe, la France compte pas moins de 26 060 000 âmes dont la majorité se trouve sur le vieux continent. Les colonies, bien que s'étendant sur une territoire plus vaste que la métropole, des grands lacs nord-américains à Plaisance en Terre neuve sans compter les îles et la Guyane sont au final assez peu peuplées. Québec, capitale de la Nouvelle-France, compte à peine plus de 16 000 habitants en son sein, soit très peu comparativement à un grand nombre de villes françaises au rôle politique et stratégique bien inférieur. Montréal, lieu de stationnement de l'Armée de Nouvelle-France abrite une population 2 fois inférieur à celle de Québec. Enfin, pour terminer sur la Nouvelle-France, les territoires d'Acadie, dominé depuis Fort Nashwaak et Terre-Neuve depuis Plaisance compte respectivement 6700 et 7000 habitants. Faisant ainsi de la Nouvelle-France un territoire immense mais très peu peuplé d'un peu moins de 40 000 habitants soit autant que celle de Nantes. Le territoire des îles des Caraïbes est lui étonnamment peuplé pour sa petite taille avec ses 8150 habitants. Enfin, le territoire guyanais, le plus éloigné de Québec, compte lui à peines 4 200 français, principalement réunis à Cayenne. Afin de protéger tout ses territoires, le royaume possède plusieurs armées. le corps d'armée d'Hoston ou Armée Royale, 16 320 hommes, elle est le fer de lance de l'armée française sur le continent depuis Paris. Dirigée par le général Camille d'Hoston, 48 ans, né avec un sabre dans les mains, il est expert en siège du fait de ses nombreux sièges aux cotés de Vauban. son armée est composée de : - La garde du corps du général, 640 cavaliers, expérimentés eux aussi, elle comprends de nombreux officiers. L'Infanterie de ligne du corps d'armée comporte 12 800 hommes appartenant à la 1ère Brigade d'Île de France. Elle même divisée en 2 régiments : Le 1er Régiment de Paris avec 2 bataillons : - le 1er bataillon de St Denis, 3200 hommes - le 8e bataillon de Montmartre, 3200 hommes Le 2e Régiment de Paris avec aussi 2 bataillons : - le 5e bataillon de Provins, 3200 hommes - le 12e bataillon de Versailles, 3200 hommes Cette infanterie de ligne est soutenue par 1600 hommes du 3e Bataillon de la Loire, une unité spécialisée dans l'escarmouche, dont la chaine de commandement ne dépend pas de la 1ère Brigade d'Île de France. La cavalerie, comporte elle aussi une partie importante de l'Armée Royale : - le 1er Escadron de Berry, 1 200 cavaliers légers - le 10e Escadron de Gendarmerie, 1 200 cavaliers elle aussi. Enfin, l'armée se voit compléter par un corps d'artillerie fixe composé de 2 régiments de 480 hommes et 80 canons : - Le 2e Batterie d'Artillerie de Rethel - le 6e Batterie d'Artillerie de Reims Ces 2 batteries d'artillerie formant le 1er Régiment d'artillerie de Champagne Soldat d'infanterie de ligne classique en 1700. L'uniforme est standardisé. Le corps d'armée de VIllars, bien plus faible en ce début d'année, avec seulement 2 320 hommes stationnés en Alsace-Lorraine assurant surtout un maintient de l'ordre. Commandée par Claude de Villars, grand général de 32 ans elle comprends elle aussi la garde du corps de 640 hommes ainsiq ue : - le 2e Escadron de Gendarme , 1 200 cavaliers et le 3e Batterie d'Artillerie d'Aquitaine, 480 hommes et 80 canons. Pour la Nouvelle-France, malgré un territoire très étendu, une seule armée assure la souveraineté française, le Corps d'Armée de Vaudreuil. Stationnée à Montréal, elle compte 1 184 hommes, nombre relativement faible. Dirigée par Philippe de Vaudreuil, ayant passé presque toute sa vie en Nouvelle-France il est désormais au grade de Général en Chef des armées d'Amérique, bien que vu les hommes à sa disposition en 1700, ce titre reste surtout honorifique. Elle comporte une garde du général plus réduite : 128 hommes - Le 1er Bataillon d'Acadie, 320 hommes - La 5e Batterie d'Artillerie de Normandie, 96 hommes et 16 canons et enfin, seul régiment non professionnel, le 1er Bataillon de Montréal, 640 hommes, miliciens, composant la majeur partie de ce corps d'armée. Enfin, afin de protéger le commerce, notamment contre la piraterie et l'intégrité des territoires français, plusieurs flottes sont déjà en place, mais reste faible face à la Royal Navy ou la flotte hollandaise. La Flotte Royale, stationnée à Brest comprends l'Amiral de France, François Louis de Rousselet, 63 ans, à la tête du navire amiral de la marine royale : le 5e Rang Ville de Paris et ses 47 canons, faisant de lui le navire le plus armée de la Marine Royale. le Ville de Paris La Flotte Royale, qui est en réalité plus une escadre, comporte 3 autres navires : - les 6e rang (32 canons) Patriote et Le Malin et le Brick (25 canons) Entreprenant La seconde flotte, la Flotte de Méditerranée, sous commandement du vice-amiral Claude de Forbin, chargée de protéger la côte sud des barbares africains, comporte : - le Brick Le Fougueux, 25 canons, navire amiral et l'Aviso Mont Blanc et ses 18 canons. Dessin du Brick Le Fougueux au large de Marseille. la troisième et dernière flotte, la Flotte d'Amérique comporte elle l'espace de protection le plus étendu en ce début d'année, chose relativement problématique vu sa faible composition, qui place la Marine Royale en forte infériorité aussi bien face aux rivaux britanniques qu'aux pirates des Caraïbes. Dirigée par Victor-marie d'Estrée, amiral de 40 ans, elle est stationnée dans le port de Tadoussac en Nouvelle-France, à proximité de Québec. Elle comporte : - le 6e rang Aigle, navire amiral de la flotte, 32 canons - le 6e rang Séduisant, lui aussi 32 canons et enfin - l'Aviso Actif, 18 canons. l'état de la diplomatie française Nation la plus prestigieuse juste devant le rival britannique, le royaume est déjà allié à l'Espagne de Carlos II, protégeant ainsi la frontière nord avec les Pays-Bas espagnols et assurant un soutien important en Amérique. le protectorat de Louisiane, Louisiane fondée par Cavelier de la Salle en 1682, qui s'étend de la Nouvelle-Orléans aux nations iroquoise des grands lacs constitue un autre appuie important du roi, qui souhaite cependant intégrer la Louisiane dans la Nouvelle-France afin d'unifier les territoires d'Amérique du Nord. La France en est ainsi le protecteur et noue d'importante relations commerciales avec ses dernières. Enfin, la France dispose de bonnes relations avec l'Empire ottoman, la Suède (restant de l'alliance de la Guerre de Trente-Ans) ou encore la Pologne-Lituanie, sans que cela ne donne lieu à aucun accord sauf commercial avec la Suède et ceux malgré ses guerres conte le Danemark et la Russie. Le Royaume-Uni est le rival principal, notamment en Amérique avec les 13 colonies britanniques ou les îles de la Jamaïque et des Bahamas. La France n'est cependant pas en guerre, si des conflits l'oppose aux barbares africains et aux pirates, il s'agit de simple ''conflits locaux'' selon les termes du roi. ___ Comme on peut donc le voir, la France dispose d'une armée en grande majorité professionnelle mais peu nombreuse en Amérique. La flotte, bien que non négligeable reste elle insuffisante pour assurer la supériorité navale et notamment avec les voies de commerce que convoite Louis XIV Le golfe du fleuve Niger et les côtes de l'Amérique du sud. L'inde et les îles au sud est de celle-ci n'intéressant pas les autorités car jugés trop lointaines par rapports aux intérêts français. En ce début d'année 1700, le Roi décida de réunir à Versailles, dans les jardins puis dans les bureaux, les membres du gouvernement pour une réunion restreinte. Si Raimond Guiscard ne peut venir, le second ministre des Amériques, Louis Rethois est lui présent avec les indications de Raimond Guiscard transmise depuis Québec. De ces réunions qui dureront près de 10 jours à compter du 4 Janvier, débouchera plusieurs décrets et politique importante pour le royaume et un changement, certains, dans la politique de Louis XIV. HORS RECIT : Ce récit est nouveau mais celui sur l'Australie ne s'arrête évidemment pas, le rythme en est réduit du à la reprise des cours etc mais se poursuit. Concernant celui-ci, si vous avez des noms de bataillons, régiments, brigade et division d'infanterie, de cavalerie ou de canons n'hésitaient pas, c'est même la bienvenue tant que cela reste réaliste. Un régiment de Nice par exemple sera possible uniquement si la Savoie tombe. De même pour les bateaux ^^ en espérant que ce nouveau récit va vous plaire, comme d'habitude, les conseils et avis positifs ou négatifs sont bienvenus ^^
  7. 2 points
    Rhysaxiel

    [FPCRS] En Aveugle

    Sous la pluie battante L’artillerie soviétique commence à se faire entendre. Un des M1 postés au nord d’Unterweißenbrunn est mis hors service. Au sud de la ville, le peloton a plus de chance et s’en sort indemne, quoique secoué. La confusion permet aux T-80 de prendre l’initiative. Deux M1 tombent sous les coups des 125mm. Les représailles à longue portée depuis le village de Bischofsheim à l’ouest sont inefficaces. Le M1 restant rend en revanche la monnaie de leur pièce aux Soviets en détruisant deux chars ennemis. Les T-80 ne s’arrêtent pas, ils poursuivent au contraire droit vers l’ouest. Les M1 en avant se retrouvent isolés. Le premier peloton de la première compagnie perd son dernier char à 11h41, non sans avoir emporté avec lui deux T-80 de plus. Trois minutes plus tard, le second peloton est mis hors service. Le troisième peloton, en sous effectifs avec seulement deux M1, corrige sévèrement les T-80 qui se présentent à lui, mais pour chaque char qui tombe, dix apparaissent. L’artillerie soviétique continue son travail de précision. Sans doute repéré par les T-80 qui sont passés à moins de 500m, le premier peloton de TOW est détruit. Les M1 qui les accompagnaient s’en sortent indemnes. 11h46. Dans sa radio, Bannon comprend enfin le rapport du capitaine Allister. La situation s’est soudainement compliquée au nord. L’attaque par le centre était une feinte ! Coûteuse pour l’ennemi, certes, mais suffisante pour fixer toute la compagnie de Frey. Il ne peut s’empêcher de frapper le capot de son véhicule avec son poing. « Contactez immédiatement Frey, il doit envoyer sa compagnie au nord selon le plan prévu, et vite ! » Les difficultés avec lesquelles son équipe parvient à joindre Frey le rendent très pessimiste. Au nord, les ce qu’il reste d’habitants à Bischofsheim commencent à subir un enfer. M1 et T-80 sont engagés dans un combat urbain des plus brutal, sous la pluie battante, puis l’artillerie soviétique se joint à la fête, ajoutant toujours plus de confusion. Les équipages américains revendiquent 12 T-80 détruits. C’est un véritable corps à corps urbain qui s’engage. A 12h, les M1 revendiquent 7 T-80 de plus et semblent tenir leur position. Warthog arrive sur place, mais la visibilité atroce empêche l’Apache de fournir toute la force de frappe souhaitée. Deux T-80 tombent néanmoins sous les coups des Hellfire. C’est alors que Bannon reçoit une autre bonne nouvelle. « Capitaine Williams, 3e compagnie, vous m’entendez ? Ici capitaine Williams ! Répondez ! - Williams, ici Bannon ! Je vous reçois ! - Enfin lieutenant ! Rien ne passe, c’est incroyable ! On a perdu le contact avec le QG il y a plus d'une heure et il était impossible de vous joindre ! - C’est la même ##### ici capitaine, et vous arrivez au meilleur moment. - Quelle est la situation ? - Filez plein nord, vers Bischofsheim. Les Soviétiques ont lancé un assaut blindé sur cette ville et nos lignes tiennent à peine. - A vos ordres ! » Il faudra de longues minutes avant que tout ce beau monde n’arrive. Les voix des soldats percent occasionnellement le bruit qui recouvre toutes les communications, et les nouvelles ne sont pas bonnes. « On ne peut plus tenir. Plus de munitions. Ils sont trop nombreux, repli ordonné vers Haselbach. » « Ici Warthog, on voit que dalle ! On a besoin d'un visuel pour ne pas vous tirer dessus ! Impossible d’ouvrir le feu sans voler dangereusement bas, on reste sur place et on attend que ça s’arrange. » « On a perdu le char de commandement. Protégez le capitaine ! » Vers 12h10, en quelques minutes à peine, la pluie s’arrête. Ses troupes vont pouvoir s’en donner à cœur-joie ! Le ton de Warthog change brutalement. « Voilàààààà là on est d’accord ! Cibles en visuel, il va falloir se donner des priorités ! » Allister respire. L’Apache revendique en tout une demi-douzaine de cibles, alors que les Abrahms revivent et voient de nouveau au loin. Des colonnes de véhicules, ininterrompues. Et toujours pas de renforts à l’horizon. Surtout, les Soviétiques sont proches, sans doute trop proches.
  8. 2 points
    Rhysaxiel

    [FPCRS] En Aveugle

    Proies faciles Le lieutenant-colonel Bannon est fébrile. Il n’a pas reçu la moindre information du QG ni du reste du bataillon depuis trois heures. Plus rien ne passe. Même avec ses propres unités, à quelques kilomètres à peine, la communication est difficile. La 3e compagnie et les soutiens arrivent, il le sait, mais il ne sait pas exactement quand il pourra compter sur eux. « Lieut… nel, ici sold... …ton premi… recon… Contact… léments de… connais… ennemi. Je rép… tact avec éle… de reconnais.. enne.. - Ici Bannon, reçu. Je repète, reçu. » - On… pli. Donc l’ennemi approche par la NES51. - Contactez directement le capitaine Frey, 2e compagnie, coordonnez-vous avec lui. Contactez le capitaine Frey. - Rép…, je ne… ai pas… pris. Ce manège va durer longtemps… A 10h35, le capitaine Frey reçoit le dernier rapport des deux reconnaissances envoyées sur la NES51. Les Soviet y envoient un groupe de BRDM-2, classiques et anti-char. Le comité d’accueil est prêt. « 1er et 2e peloton surveillez à 3 kilomètres plein ouest la NES51, un groupe de reconnaissance ennemi approche. Réduisez-le en cendres. Les « reçus » se succèdent, grésillant mais audibles. Moins de cinq minutes plus tard, cinq épaves soviétiques jonchent la route. - Capitaine ici Connor. On a le reste du groupe en visuel, au moins six véhicules. - Tenez vos positions, restez à couvert. - Bien capitaine. » Cinq autres minutes plus tard, les reco soviétiques sont surprises. Le feu croisé des M1 et du 3e reco détruisent les fragiles BRDM. A 10h45, la radio de Bannon grésille de nouveau. Vu la qualité désastreuse du message, c’est le 2e reco, au nord. « Deuxiè… co. Con… ments de re… sov… long de… te B-deux…neuf. Pours… miss… Espérons que la 1ère compagnie aura le message en plus clair. Les rapports s’enchaînent, avant de cesser brutalement après 10h51. Fuite ou destructions ? Le capitaine Allister de la 1ère compagnie donne la réponse. Le signal est plus clair qu’avec les recos, mais pas exceptionnel non plus. - Lieutenant-colonel, le 2e reco a été neutralisé par l'ennemi. Nous engageons les éléments ennemis. #####, il faut renvoyer une reco au nord, ils ne peuvent pas continuer en semi-aveugle* comme ils le sont. Un peloton de reconnaissance s’infiltre dans Unterweißenbrunn tandis que les M1 reculent lentement comme prévu. Les rapports s’enchaînent et ne parlent que de destructions ennemies. Pas de trace de véhicules blindés ou de chars. L’artillerie soviétique répond et neutralise un M1 au sud d’Unterweißenbrunn. Un autre est surpris par un BRDM-2 en ville qui le neutralise sans trop que l’on ne comprenne comment**. A 11h29, le capitaine Frey rapporte la destruction du groupe de reconnaissance ennemi et l’absence d’autre véhicules, à en croire les Hummvees encore sur place. « 1-83 ici Warthog #1, en attente de vos ordres. Un Apache ! Le premier Apache est arrivé. - On a une situation qui se complique au nord, la 1ère compagnie a besoin de vous. - Envoyez les détails. » En parallèle, la première compagnie rapporte l’arrivée des premiers T-80. A 500m à peine des Abrahms. Ils étaient couverts par les habitations d’Unterweißenbrunn et l’absence de Hummvee a empêché de les débusquer. Ce n’est pas bon du tout. Les Abrahms ont ordre de se replier mais semblent pris de vitesse par un rouleau-compresseur soviétique lancé sur eux. 11h35. Une goutte de pluie tombe sur le pare-brise de son véhicule de commandement. Puis une autre, et une autre. Une pluie légère fait son apparition, réduisant progressivement la visibilité. Les optiques permettent de voir au travers, mais les lignes de vues sont réduites. Les minutes passant, la pluie ne fait que s’intensifier. Son bataillon peut dire au revoir aux tirs à longue distance pour le moment. Autrement dit, ses troupes viennent de perdre leur avantage technique alors que les chars soviétiques approchent. *Les M1 voient très bien avec leurs optiques, mais ils n’ont ni la mobilité, ni la discrétion, ni la rapidité de réaction, ni d'ailleurs le champ de vision des Hummvees. ** Un M1 qui succombe à un coup de 14.5mm ? Sans doute une chenille détruite ou une mal fonction due à un coup très chanceux. Première fois que je vois ça !
  9. 2 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    Maps : DarkGrazi RING OF KAFRENE
  10. 2 points
    darkgrazi

    Images de modèles

    Différent props pour les maps terrestres Meshes : DrakGrazi Maps : DarkGrazi DEVARON : TEMPLE JEDI
  11. 1 point
    surtous que celui si pensse etre trankil sur la coline
  12. 1 point
    Tes AAR sont toujours extrêmement bien réalisés. J'avais beaucoup apprécié ceux sur le Brésil et le Vietnam que tu avais fais sur EU4 également.
  13. 1 point
    Werther

    [Mini AAR Stellaris] L'Empire céleste de Kogi

    Je viens de remettre à jour les images qui ne s'affichaient plus. Cet AAR n'est pas parfait, mais je l'aime bien d'où le coup de polish. Il y aurait pu y avoir une suite (j'avais joué jusqu'en 200), mais je n'ai jamais eu le temps d'écrire plus, ce qui n'est pas grave puisqu'il se suffit à lui-même (il avait été écrit comme un one-shot sans suite). Bref, AAR retapé ! Un bonus tout de même, le brouillon d'un des chapitres de l'an 200 (ce n'est pas relu, donc attendez à vous à des coquilles et des "trous"): Pour infos, les chapitres prévus étaient :
  14. 1 point
    Werther

    [CK2] L'Empire byzantin

  15. 1 point
    Werther

    [CK2] L'Empire byzantin

    Le monde musulman n'existe pratiquement plus, quelques poches de résistances en Afrique de l'Est et dans quelques micro-provinces d'Asie centrale, mais c'est pratiquement la fin. Désolé pour (l'énorme) retard, j'étais très occupé au boulot.
  16. 1 point
    Drawar

    [DLC] Industries

    J'ai recommencé ville, mon autre devenait un peu trop chaotique à mon goût. Voici Daänok : La bourgade St-Moineau La zone industrielle Sombrepuits : Autre vue : Mes zones industrielles ne sont pas encore très développées, là, j'attends d'avoir les moyens pour bâtir une gare de marchandises proche de chaque zone pour limiter le déplacement des camions. Sans oublier de refaire mon réseau de transport en commun. D'ailleurs de ce côté, j'ai bien apprécier la «nouvelle» interface de gestion qui permet de voir efficacement l'activé de chaque ligne. J'ai aussi activé le mod ressource infinie, de souvenir, les ressources non-renouvelables disparaissent trop rapidement pour que ça vaille vraiment la peine de les exploiter. Une constatation, les revenues des industries spécialisées peuvent beaucoup fluctuer vu que cela dépend des livraisons, quand ça constitue une partie importante de ses revenus, le budget est alors assez instables à court terme. Aussi, c'est quand même assez dispendieux à développer, contrairement aux zones classiques, mais ça a plus de classe et ça se rentabilise sans problème avec le temps.
  17. 1 point
    Ackbar

    Images de modèles

    Très joli!
  18. 1 point
    Lakaoum

    Interview avec SpaceCrab Studio 2/3

      Parfois, vous découvrez un jeu. Vous jetez un coup d’oeil. Un rapide coup d’oeil … mais vous revenez, vous ne savez pas pourquoi. Ce jeu est un RTS.... Lire la suite
  19. 1 point
  20. 1 point
  21. 1 point
    Antalex

    Ultima ratio regum. (Empire Total War)

    AN DE GRÂCE 1700 Paris, 16 janvier 1700, Foire Saint Germain ''Mesdames, Messieurs, Au nom du Roy, à la suite de la réunion du gouvernement de sa majesté le Roy Louis XIVe du nom, il a été décidé pour la population de France, d'une réforme agraire importante afin de permettre de le nourrir et de participer au développement de la population. Ainsi, de nombreux travaux vont être lancé dans le royaume afin d'améliorer nos fermes, passant aussi par un réseau routier plus important." Réforme, qui est en réalité plus un décret, le plus significatif de la réunion de 1700, le décret Chamillart car fortement inspiré, comme d'autres lors de cette réunion, par le ministre des finances porte en effet sur le développement des fermes en France mais pas seulement. En effet, outre les fermes métropolitaines, il est aussi décider du développement des colonies, grande révolution pour la Nouvelle-France et grande réussite pour Raimond Guiscard qui fait valoir l'importance des colonies aux yeux du Roi. Carte représentant le réseau routier, dense et fournit notamment autour de l'Île de France dans le nord de la France. Le réseau routier n'est cependant pas développer uniquement en France, en effet, la prise de conscience de Louis XIV est bien plus importante que ça. Le roi, désormais conscient de l'infériorité numérique française face aux rivaux britanniques mais de la supériorité territoriale compte bien y remédier. Ainsi, le réseau routier de la région de Québec se voit lui aussi être amélioré à partir du 23 février, date d'arrivée du message à Québec. Mais c'est aussi Montréal qui en bénéficie ainsi que le gouverneur de Québec par une amélioration de sa résidence. Enfin, la Nouvelle-France se voit aussi attribuer un des décrets les plus importants, le décret de Tadoussac, sans doute très important pour le futur : - baisse générale des impôts au minimum dans les provinces suivantes : Terre-Neuves, Acadie, Montréal, Îles des Caraïbes et Guyane. - exemption totale d'impôt dans la province suivante : Québec, capitale de la Nouvelle-France l'objectif est simple : la baisse d'impôt doit permettre à la population de croître mais aussi de commercer plus. Si ce décret est très bien reçu, il l'est moins par la noblesse française qui y voit des privilèges pour les colonies. le troisième décret importants, dévoilé lui en Mars après les dépenses des premiers décrets est lui le décret de Bordeaux, qui constitue en un renforcement important de l'économie aussi bien industrielle que commerciale. Ainsi, une part la aussi importante du budget par dans le développement de l'industrie principalement à Bordeaux mais aussi en Lorraine, dans le domaine de la ferronnerie. En Amérique, ce décret se traduit par le lancement de l'exploitation de mines en Guyanes (or) et dans la région de Québec (fer) afin d'alimenter l'industrie. Les principaux décrets sont, comme on peut le voir, totalement dédié à l'économie bien que l'infrastructure ai aussi un rôle militaire non négligeable. Tandis que la fin du printemps approche, ce sont les dernières consignes du roi qui sont appliqués sous l'égide de Adrien-Marie de Morveau dans la diplomatie. Dès la fin du fin du mois de Janvier, les premiers émissaires furent envoyés, les réponses sont elles reçues en avril et en juin : - Alliance avec Maximilian II de Bavière, afin de faire contre-poids dans le SERG à la fois contre la puissance montante de la Prusse et contre l'Autriche-Hongrie. - Alliance avec Theyanaguin I, chef des tribus huronnes d'Amérique du nord, la aussi dans le but de faire contre-poids face à la puissance britannique, proche des iroquois. - accords commerciaux importants avec les ottomans et un refus de Louis XIV de s'allier avec eux. - accords commerciaux avec les Moghols indiens. Cette période, entre le 14 avril et le 18 juin est donc fortement marquée par de nombreux accords diplomatiques pour la France. Coté militaire, Louis Le Tellier, reçut et pour plusieurs années, la majeure partie du budget de l'Académie Royale, la recherche est ainsi directement dirigée vers l'armée et plus spécialement l'infanterie, l'objectif : développer une baïonnette pour l'armée. Durant l'été, relativement calme en France, dont rien n'est à signalé, est cependant marqué par la déclaration de guerre entre l'Espagne et les Provinces-Unies au sujet des Pays-Bas Espagnols, faisant ainsi planer le doute sur la sécurité de la frontière nord du royaume. Si le corps de Camille d'Horton n'est pas déplacé vers le pré-carré du roi, il est mis en alerte à Paris. l'autre événement majeur de l'été est la chute du Khanat de Crimée, petit protégé de l'Empire Ottoman, il tombe sous la domination russe dès le 15 août par Pierre 1er, alors en guerre contre les Ottomans et la Suède. prisse de la Crimée par Pierre le Grand. Dernier acte de cette année, de calme et de paix en France, sous l'impulsion des ministres en chef, des finances et d'Amérique (le représentant) et face aux bonnes nouvelles du décret de Tadoussac : 5% de croissance de population en Guyane, plus de 2,5 à Québec, le roi promulgua un décret assez innatendu : une baisse d'impôt pour la noblesse mais aussi pour les classes inférieures en métropoles dans le même but que celui du décret de Tadoussac. Enfin, le 22 décembre, le général de Villars avec son corps d'armée arrive à Strasbourg après des inspections à Metz ou encore Nancy. AN DE GRÂCE 1701 12 février 1701, port de Marseille Dans le cadre des précédents accords commerciaux, le roi à promulguer plusieurs décret visant à la construction d'au moins 2 navires de commerces indiaman par an, en métropole ou en amérique, à destination de l'Afrique ou encore du Brésil portugais. Indiaman français. Cependant, peu de temps après cette nouvelle, le 28 février, une flotte barbare composé d'un Chébec et d'une galère légère vint se placer au large de Marseille, dans le but de piller le réseau commercial du port. Ainsi, le 29, au matin, la flotte de Claude de Forbin sorti du port pour affronter ses barbares, incivilisés qui croient pouvoir gêner le commerce de sa majesté. Bataille de Riou (car ayant eu lieu au large de l’île de Riou) Forces du royaume de France : - Brick Le Fougueux, 26 canons - Aviso Mont Blanc, 18 canons Force de la flotte barbare : - Chébec, 28 canons, endommagé par une tempête et réduit à 12 canons avant la bataille. - Galère légère, 4 canons. Le Fougueux au 1er plan faisant feu sur le chébec ennemi (veuillez pardonné la faible puissance de mon ordinateur ne faisant pas tourner le jeu au delà de moyen ^^') Bataille de petite envergure, elle se soldat par une victoire totale de la flotte française, sans la moindre perte. Les navires barbares s'étant rendu, leur équipage est réduit en esclavage, ils sont ensuite vendu, permettant notamment la construction d'un second Indiaman, cette fois-ci en Guyane. _____ Le 24 août, à Orléans, la recherche militaire est terminée, dès la fin de l'été, la baïonnette à bouchon, modèle de baïonnette se fixant sur le canon du soldat de ligne, est standardisé et est produit dans les industries d'Aquitaine, et équiperont bientôt l'armée royale. La recherche se poursuit ensuite sur un nouveau modèle, l'objectif est simple, développer une baïonnette sous le canon, n'empêchant pas à l'artillerie de tirer. Face à l'avancée technologique, à Paris, la construction d'un observatoire royale est lancée le 30 septembre, d'un coût relativement élevé (1/6e du budget annuel du royaume), il est relativement important et permet à Louis XIV de démontrer la puissance du royaume et d'augmenter son prestige. Enfin, en fin d'année, les dernières dépenses des décrets de 1700 sont effectuées par l'amélioration du réseau en Alsace-Lorrain, tandis qu'en Amérique, Québec fait l'objet d'une grande dépense budgétaire. La construction d'une caserne, afin de permettre l'amélioration de l'Armée d'Amérique, la construction d'un marché aux fourrures à Saint Jean et proche du St Laurent, l'amélioration de la résidence de Raimond Guiscard. En cette fin d'année, les premiers résultats des réformes promulguées il y a bientôt deux ans plus tôt tombent : - la population de français est passée de 26 060 000 à 26 500 000 d'habitants. - Québec a connue croissance importante et compte 1000 habitants supplémentaires, en partie d'Alsace-Lorraine, ayant émigré afin, probablement, de bénéficier de l'exemption d'impôts. En effet, près de 1500 alsaciens quittent chaque année la métropole pour l'Amérique, phénomène surprenant mais pas déplaisant pour l'Amérique. Cette période de prospérité économique et démographique française, qui connais une réelle expansion est ainsi le nouvel objectif de Louis XIV pour le moment, qui ne cherche pas à étendre le royaume du moins...pour le moment
  22. 1 point
    Loup

    Dev Diary 105 – Carnet du 19 octobre 2018

    par Silfae Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui nous allons parler d’une amélioration de qualité de vie sympa de... Lire la suite
  23. 1 point
    tguyon

    J.Edgar Hoover's FBI

    J'ouvre ce thread pour poster le carnet de développement de J.Edgar Hoover's FBI un spin off de Cold War orienté roleplay et centré sur Hoover et le FBI. Plus d'infos ici Le joueur incarnera Hoover et devra rester à son poste sans se faire virer par les président successifs qui rêveraient de le faire et sans craquer mentalement, parceque vous être une personnalité bordeline, à deux doigts de la folie. Au programme : infiltrations et coups tordus contre tous les groupes d'agités des USA dans les années 60
  24. 1 point
    darkgrazi

    Images de modèles

    TRANSPORT GOZANTI Meshes : WARB NULL Textures : WARB NULL AT AT Meshes : DarkGrazi Textures : DarkGrazi Rigging : DarkGrazi
  25. 1 point
    Mouchi

    Top septembre 2018

    Comme tous les mois, nous vous proposons un top mensuel des récits de parties les plus vues et commentés de notre forum et de celui de Paradox. Ces... Lire la suite
×