Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 14/09/2018 dans toutes les zones

  1. 2 points
    Rhysaxiel

    [FPCRS] Ouverture Fatale

    Rive droite Libérés du feu des M1, les T-80 du 2e bataillon s’en donnent à cœur-joie. En quelques secondes, deux ou trois M3 sont neutralisés par le feu des blindés, et un ou deux autres par l’artillerie. La traversée de la Streu se poursuit. A Bad Neustadt, l’ennemi concentre son feu. Blindés et artilleries réduisent lentement la 1ère compagnie, mais elle tient le coup. A 6h38, Chernavin reçoit un message du 2e bataillon. « Général, deux de mes compagnies ont traversé la Streu ! - Pas de trace des Abrahms ? - Négatif, ils ont vraisemblablement été détruits. - Parfait. Vous avez vos ordres, bousculez l’ennemi. J’ai un petit cadeau pour vous. Scrutez le ciel dans les prochaines minutes. » La troisième compagnie, sur les hauteurs de Heustreu, réduit au silence un peloton de M3 qui a ouvert le feu sans succès avec ses missiles. Tous les véhicules sont détruits, l’infanterie démonte et se met à l’abri. Avec les QG et autres DCA bousculés, et surtout localisées, l’aviation peut intervenir. Un, puis deux stingers partent des bois mais ratent complètement les deux MiG-23, qui larguent leurs bombes sur la zone. Difficile d’évaluer le bilan de l’attaque, les pilotes revendiquent deux destructions et rapportent la présence d’une unité de QG à Wollbach même. Nouveaux tirs de missiles à Bad Neustadt, cette fois ce sont les BRDM-AT qui ouvrent le feu et détruisent un M3. Un M1 en embuscade détruit en représailles un, puis deux des tireurs. Au nord-ouest, deux M3 qui tentaient d’évacuer un QG en urgence sont détruits. Les Hummvee repérés au nord de la NES14 sont mis hors service. L’ennemi est bousculé. Les M1 autour de Camp Lee semblent filer vers le sud au lieu de rester autour du camp. Un peloton ouvre le feu depuis la colline au nord-nord-ouest de Bad Neustadt, sans succès, tandis qu'un autre apparaît au nord de la ville. Peut-être cherchent-ils à couper la B279 à l’ouest de la ville ? La situation est claire pour Chernavin. Si les M1 filent au sud comme l'indiquent les rapports, alors ses troupes, T-80 inclus, les attendront en embuscade. Le deuxième bataillon doit poursuivre sa poussée vers Wollbach, et le premier son redéploiement dans Bad Neustadt.
  2. 2 points
    Socros

    Nouveau site pour RGS

    Quelques modifications ont été apporté sur le site. Vous pouvez accédez facilement grâce au menu sur la droite à l'ensemble des jeux référencés pour le moment sur notre site. Autre ajout : vous pouvez trouver les derniers articles d'un jeu quand vous lisez un article de ce dernier dans la colonne de droite.
  3. 1 point
    Rhysaxiel

    [FPCRS] Ouverture Fatale

    Et comme d'habitude, un bilan et un épilogue ! Epilogue et bilan : 92%, succès décisif Il faut moins d’une heure au reste de la 79e division pour arriver sur place et avec elle les véhicules de réparation et de récupération. La population reste très calme, calfeutrée chez elle. Hormis aux entrées est et ouest, frappées plusieurs fois par l’artillerie américaine, les destructions sont minimales. Les quelques carcasses jonchant la B279 sont évacuées sans difficultés. Plusieurs M1 sont récupérés en excellent état, avec seulement leur chenille de détruite, les équipages les ont abandonnés, ou pire, ont été capturés. Le GRU sera ravi de mettre la main sur ces exemplaires ! La victoire prompte permet même de réaffecter l’artillerie à la percée soviétique, ce qui n'était pas prévu dans le plan initial. Lorsque la dernière unité du dernier régiment quitte Bad Neustadt pout l’ouest, la vingtaine de véhicules endommagée dans les combats est réparée et de nouveaux véhicules sont commandés à la réserve pour remplacer ceux détruits. Ce premier affrontement est un succès incontestable, mais il n’est pas du tout représentatif de ce qui attend l’Armée Rouge. L’ennemi était surpris, les interférences électroniques quasi inexistantes, et la force totalement inadaptée pour faire face à un régiment blindé. Le coup infligé n’en est pas moins violent. Le 11e ACR est une unité de vétérans, ils se sont pourtant montrés très fébriles, cédant à la panique, voire se lançant dans une contre-attaque totalement vaine et inutile. Espérons seulement que ce succès ne monte pas à la tête du Politburo et des gros bonnets de l’Armée. Evaluation – côté soviétique Salutations de l’Inspection d’Etat-major. Dans la bataille, vos forcent, totalisant 7.037 points, ont sécurisé 92% (20.545 vs 1.782) des points de victoire attribués, contre une force ennemie valant 4.590 points. L’Inspection vous félicite et évalue votre performance comme excellente. Votre force revendique la destruction de 39 reco, 23 chars, 2 transports blindés, 8 QG, 3 défenses aériennes et 1 artillerie autotractée. En surclassant l’ennemi à la fin de la bataille, en alignant plus de quatre fois sa force de combat, vous avez pleinement sécurisé le champ de bataille. L’ennemi doit abandonner les véhicules endommagés mais non détruits qu’il aurait pu récupérer. Forces restantes : Actives : 5 reco, 45 chars, 34 transports blindés, 28 infanteries, 1 antichar autotracté, 11 QG, 8 défenses aériennes, 14 artilleries autotractées, 2 chasseurs-bombardiers. Hors de combat : 3 reco, 8 chars, 6 transports blindés, 1 infanterie, 3 antichars autotractés et 1 défense aérienne. Détruites : 1 reco, 9 chars, 1 infanterie et 5 antichar autotractés. A la fin du combat, vos unités disposaient d’un niveau de préparation de 81% et un cycle de commandement de 17 minutes. Votre force achève l’engagement en relativement bonne force et n’a besoin que de peu de temps pour récupérer les 22 unités hors de combat. Evaluation terminée. Evaluation – côté américain Salutations de l’Inspection d’Etat-major. Dans la bataille, vos forcent, totalisant 4.590 points, ont sécurisé tout juste 8% (1.782 vs 20.545) des points de victoire attribués, contre une force ennemie valant 7.037 points. Vous devez savoir que l’Inspection considère votre performance comme désastreuse. Votre mort héroïque nous attriste tous. Votre force revendique la destruction de 4 reco, 17 chars, 6 transports blindés, 2 infanteries, 8 antichar autotractés 1 défense aérienne. L’ennemi aligne à la fin de la batille plus de quatre fois votre force de combat et a donc sécurisé le champ de bataille. Vous devez abandonner tous les véhicules que vous auriez pu récupérer. Forces restantes : Actives : 1 reco, 2 artilleries autotractées. Hors de combat : 4 QG. Détruites : 39 reco, 23 chars, 2 transports blindés, 4 QG, 3 défenses aériennes et 1 artillerie autotractée. A la fin du combat, vos unités disposaient d’un niveau de préparation de 34% et un cycle de commandement de 32 minutes. A notre consternation, votre force a pris des pertes permanentes à un niveau suicidaire, 92%, et a cessé d’exister en tant que force combattante. En reconnaissance de vos efforts, votre famille recevra une plaque commémorative. Evaluation terminée. Destructions revendiquées En rouge, l’excellente performance du peloton dont fait partie le Caporal Volkov. Petit compte rendu perso. Les BRDM-2 sont beaucoup, beaucoup trop fragiles pour être vraiment utiles. Mes AT, censés attaquer les chars ennemis, se sont surtout fait détruire par les M1 qui peuvent les engager de plus loin, plus vite et plus efficacement. Le fait d’être l’attaquant donne à l’ennemi toute latitude pour tendre des embuscades et placer ses unités de reconnaissance de manière à guider le feu de ses unités lourdes. Malgré l’utilisation des recos près de mes unités combattantes, je n’ai jamais pu avoir une vision précise du champ de bataille, c’était souvent quand l’ennemi se dévoilait que mes propres unités (ré)agissaient, ce qui est très dangereux. J’ai surtout obtenu mes renseignements, et donc planifié, en fonction des tirs subis et du mouvement apparent de quelques unités, que j’ai extrapolé au reste des troupes avec pas mal de succès, particulièrement lors de la contre-attaque finale des américains. Les BRDM-2 AT sont sans doute plus efficace en embuscade, en défense… Mais le but des rouges est quand même d’attaquer ! Je crois, sans trop me vanter, que j’ai pu superbement manœuvrer les T-80 pour leur permettre de frapper à bout portant dans la plupart des échanges avec les M1 – ceux qui comptent le plus. Le terrain est dégagé, mais pas complètement. Cela m’a permis de réduire les lignes de vues juste comme je le souhaitais. Vous aurez remarqué les capacités impressionnantes du M1 à longue distance. Faute d’avoir pu les repérer à longue distance, mes T-80 n’ont pu utiliser leur missile Refleks. Avec un ratio de 17 T-80 détruit/hors de combat pour 23 M1 détruits, j’ai mérité une grosse médaille :D Mais trêve de plaisanterie. Dans ce scénario, je bénéficiais de la surprise et d’interférences électroniques limitées, avec un cycle de commandement court et que j’ai pu garder court tout au long du combat. Cela vient atténuer le désavantage de devoir traverser une rivière. Ça ne va pas durer.
  4. 1 point
    Elfryc

    Traduction/Correction : Indiquez les erreurs

    Juste à temps Je fais rapide : + pour les deux premiers, malheureusement je peux pas faire grand chose ; + pour l'entregent: j'ai modifié la première phrase, pour que ça soit effectivement moins lourd : "Une fois encore, les jaïns subissent leur manque d'entregent." + pour les virgules dans les infobulles : oui, va falloir que je re-re-regarde ça encore une fois. Ça commence à m'agacer ces bricolages... + pour le prince râjpoute qu'arrive pas à trouver de province: il y a un petit problème dans le script, que j'ai donc voulu rapporter -- je dis bien voulu rapporter, puisqu'un développeur était déjà passé par là il y a quelques jours. En tout cas, ça sera résolu à un moment ou un autre (peut-être pas pour le patch malgré tout). Si c'est pas résolu avant que je trouve le temps de sortir une nouvelle Pléiade, ça sera corrigé dedans malgré tout.
  5. 1 point
    Mouchi

    Old World Blues

    Old World Blues est un mod de conversion totale pour Hearts of Iron 4, le jeu de grande... Lire la suite
  6. 1 point
    laurentlefou

    parties du 27 aout au 9 septembre 2018

    Bon j'ai mis à jour teamspeak et donc j'ai plus accès au serveur ts du forum. #####
  7. 1 point
    Frgo

    Dev Diary 16 – Carnet du 10 septembre 2018

    L'avant goût pour le carnet de demain
  8. 1 point
    darkgrazi

    Images de modèles

    Je suis sur plusieurs projet : terminer la map de RING OF KAFRENE et d'autres surprises Comme celle là AT AT vu dans STAR WARS REBELS Meshes : DarkGrazi
  9. 1 point
    Antalex

    Advance Australia Fair (HOI3)

    Suite aux recommandations de lecteurs, le nom de l'intégralité des divisions est désormais en anglais et cela afin de permettre une meilleure immersion dans l'AAR étant donné que je joue l'Australie. Cela permettant aussi une meilleure cohérence : le nom des escadrilles et escadrons étant en anglais. Les différents changement seront visible dans cet épisode et notamment à la fin où sera présent un nouvel organigramme de l'armée australienne. Les changements de nom de divisions : Division d'Infanterie DI = 5th Infantry Division, soit la 5th ID par exemple Division d'Infanterie de Marines, DIMa = 1st Royal Australian Marines Division, soit la 1st RAMar par exemple Division d'Infanterie de Montagnes, DIMo = 1st Australian Moutain Division, soit la 1st AMD par exemple Division Blindée, DB = 1st Armoured Division, soit la 1st AD 101e Division de Parachutistes = 101st Airborne Division, soit la 101A j'espère que cela ne gênera pas trop à la lecture du nouvel épisode, bonne lecture ^^ Italie, du 21 août au 26 Septembre 1945 Des la chute de l’Italie Mussolinienne le 21 août 1945, l'EMA doit prendre une décision rapide : placer la ligne défensive ainsi que la ligne de repli. La situation en Italie est alors relativement complexe, près de 20 000 allemands sont encore présent en Italie mais ne sont plus ravitaillé, leur élimination sera donc avantageuse mais retardera la mise en place de la ligne. Le nouveau gouvernement italien en en exil à Tirane en Albanie mais n'a plus d'armée à proprement parler après sa destruction en Lybie, Ethiopie et Italie. Une réaction rapide de la Werhmarcht ou d'autres armées comme Suisse ou Yougoslave peut permettre une arrivée de l'ennemi en moins de 2 semaines selon le commandement australien. 3 décisions sont donc finalement prise au soir du 21 août : former une ligne défensive de Savonne à Venise en passant par Milan, former un corps de garnison pour les villes italiennes au sud de la botte et engager les divisions allemandes en Italie et les défaire avant le 1er Septembre, dès lors l'offensive sera stoppée. Dès la prise de cette décision, les différentes divisions proche des troupes allemandes passent à l'offensive entamant la bataille du Lac de Garde pendant que le reste de l'armée se met déjà en position défensive sur la ligne 'Isaacs' comme elle fut dénommée. Les troupes allemandes, non ravitaillées et fortement désorganisée sont rapidement défaite en à peine une semaine, et au matin du 28 août, soit peu avant la date du 1er Septembre, la Bataille du Lac de garde se termine par la reddition allemande. La bataille aura causée 109 morts australiens contre 896 allemands et faisant 19 000 prisonniers. Les troupes ayant à peine eu finie la bataille que déjà les premières troupes de la Wehmarcht traversaient les Alpes et atteignaient la frontière italienne, non défendue. Afin de ne pas se faire prendre par surprise, la formation d'un corps de garnison, le Italian Garnison Corps fut lancée dès le 21 août. Il devra se composer de 4 divisions de garnison de 6 000 hommes chacune, les 2 premières entamant leur formation dès le lendemain. Elles devront protéger les principales villes et port du sud : Naples, Rome, Palerme et Tarente. Si ils n'empêcheront pas un débarquement, elles pourront néanmoins retarder ce dernier ou encore lutter contre des révoltes. Cependant, en attendant l'arrivée des premières divisions prévues pour Novembre, c'est au Second Infantry Corps du général Fergusson de se charger de cette tâche, enlevant ainsi 20 000 hommes à la ligne de défense pendant plusieurs mois. Premières arrivées allemandes. Le même jour, le 1er Septembre, la 2nd Armoured Division finalise son entrainement, forte de 10 000 hommes, elle complètera la Armoured Army. Spécialisé dans la lutte anti char avec sa brigade de 105 mm Gun Motor Carriage T95 ainsi que d'une brigade de Char Moyen Centurion MKI amélioré, elle est renforcé par 6 000 hommes en infanterie motorisé pour la lutte contre l'infanterie mais est toutefois plus lente que la 1st AD et est ainsi un bon mélange entre armement américain et britannique. Un 105 mm GMC T95 lors de sa sortie d'usine. le Char Moyen d'assaut Centurion MK1. L'arrivée de la division en Europe est prévue pour la mi-septembre. Le lendemain, avec 20 000 hommes contre les 10 000 de la 3rd Australian Moutain Division (AMD), les allemands attaquent Milan, déclenchant ainsi la 2e Bataille d'Italie. Dès lors, la RAAF se met en marche et bombarde les positions allemandes pendant toute la journée ainsi que pendant la nuit. Au petit matin, les allemands se replient, la bataille de Milan aura coûté la vie à 189 australiens contre 526 allemands. La semaine qui suivie, les allemands ne font que prendre tout les territoires non défendus, tandis que les premières divisions Suisses et Yougoslaves arrivent, rapidement, l'avantage numérique australien disparaît. "Ils n'étaient que 20 000 il y a une semaine, voilà qu'ils sont presque 200 000 aujourd'hui...Nos aviateurs reviennent toujours avec les mêmes infos depuis une semaine 'des nouveaux boches traversent la frontière', à croire que dans une semaine ils seront un demi million. Quand je pense que nous allons devoir nous défendre à 1 contre 2 dans le meilleur des cas, sans fortifications, juste de simple tranchées le long d'une rivière, je me demanderais presque si c'est peine perdue si on ne reçoit aucune aide de ses yankees, à part vendre du matériel, même pas nous le donner, à quoi servent-ils ? je me le demande bien." Journal de bord d'un officier des rapports aériens, 7 septembre 1945, Venise. Le 8 septembre, l'intégralité du front fait désormais face à des troupes allemandes. Le 8, ils repassent à l'assaut sur Milan. La 3rd AMD doit de nouveau se défendre à 1 contre 2. Cependant, malgré l'intervention rapide de la RAAF les allemands ne stoppent pas leur assaut, qui augmente en intensité. Le 11 août, la 3rd Royal Australian Marines Division (RAMar), arrivant tout juste de Venise est dépêchée en urgence sur Milan. Pour autant les combats se poursuivent encore, à l'avantage de la Wehrmacht, aidé notamment par l'usage de la radio. Il faudra alors l'arrivée de la 1st Armoured Division (AD) le 14 pour mettre fin aux combats le lendemain. La 2e bataille de Milan est bien plus meurtrière que la première : 2007 australiens contre 3716 allemands. Sur tout le reste du front, le calme est absolu et rappelle à certains les récits de leur grands pères, lors de la Première Guerre Mondiale, dans des tranchées. Seul le bruit nouveau des blindés de la 2nd AD se positionnant au sud est de Milan viennent troubler ce silence. Une compagnie de la 3rd AMD dans un bois près de Milan. Scandinavie, du 21 août au 26 septembre 1945 Le moral remonté par l'annonce de la chute de l'Italie les troupes norvégiennes sont alors persuadés que la Wehrmacht repliera des troupes de Scandinavie vers l'Italie. Et cette intuition est la bonne, en l'espace de quelques jours, plus de la moitié des forces allemandes quittent le front, laissant la place à ses alliés cependant moins expérimentés et moins bien équipés. Les norvégiens et britanniques tirent alors parti de cet avantage momentané, le 3 septembre, Narvik est brisé de son isolement et dans le même cadre, 30 000 allemands sont isolés au bord de la mer dans la contre-attaque norvégienne. En Suède, les britanniques parviennent à progresser de nouveau, à combler les trous tandis que les norvégiens et le Corps expéditionnaire américain progressent eux aussi mais lentement étant donné le terrain et les températures descendant petit à petit. Observation du recul général en Scandinavie. Le 26 marque une nouvelle victoire pour la Norvège et l'Armée du Nord en général : les 30 000 allemands, et yougoslave finalement. Italie, du 26 septembre au 4 décembre 1945 "Le front est calme, tout est calme. Cela fait plus d'un mois que je n'ai pas entendu le son d'un fusil, d'une mitrailleuse ou d'une bombe que j'en oublierais presque à quoi il ressemble. Je me rends compte que finalement, l'Italie est un pays plutôt joli dans mes temps de pause que je pourrais presque penser être en vacances. Malheureusement pour moi, pour nous, les vacances sont loin d'arriver, si elles arrivent un jour. Le calme me fait peur, plus même que les combats, il n'augure rien de bon." Soldat de la 1st RAMar, 10 octobre 1945. Sur terre, rien n'est à signaler tout le long du mois d'Octobre. Seules 2 nouvelles le 20, et pas des moindre pour les soldats ; l'arrivée des premières radios dans les divisions et une amélioration de l'équipement des brigades d'ingénieurs, cependant leur arrivée dans l'intégralité des forces demandera plusieurs semaines. En Mer, le manque de convois commence à se combler. Volontairement cacher aux soldats, le manque de convois inquiétaient le commandement depuis juillet à la suite de la perte de plusieurs convois au large de la Crète, de nouveaux sont alors de suite lancer, retardant la production des nouveaux sous marins et croiseurs légers, plus de 80 sont commandés progressivement et devant arrivés entre octobre et février. Bien qu'il y ai eu une pénurie de convois, ce sont les forces stationnées en Thaïlande qui ont subit des restrictions et non le front pour des raisons évidentes de priorité. Les alentour de Vérone, investi par la 1st RAMar est attaqué le 19 novembre. Si l'on pense premièrement à un assaut de couverture ou pour tester les défenses, il s'avère en fait bien plus grand. 57 000 soldats fondent sur les 10 000 hommes que composent la division composée de 4 divisions allemandes, 1 suisse et 1 yougoslave la force d'assaut est près de 6 fois supérieur en nombre. dans l'heure qui suivit, le repli fut ordonné pour éviter toute perte inutile, toutefois 52 marines perdront la vie ainsi que 25 soldats de l'axe. 2 jours plus tard, les premières divisions de l'Italian Garnison Corps sont formés et doivent arrivés à Tarente début décembre, permettant ainsi le lancement, pour la première fois depuis des années, d'une nouvelle division d'infanterie la 8th Infantry Division, pour le Second Infantry Corps qui sera déployé sur le front dès l'arrivée de la garnison. le 23, les allemands et leur alliés accélèrent le rythme lancent 2 nouveaux assauts : à Parme, 47 000 hommes et à Alexandrie avec 37 000 hommes. Et sur ces deux assauts, les forces australiennes sont inférieures en nombre, se battant à 1 contre 5 et à 1 contre 4. Toutefois, les troupes résistent, et l'arrivée de la 2nd AD le 25 viens mettre fin aux combats d'Alexandrie tandis qu'il faudra attendre le 27 pour voir le repli et la défaite allemande. En 4 jours de combats dans seulement 2 villes, 535 australiens perdront la vie contre 555 ennemis. Les pertes sont élevés car la RAAF n'a pas pu réellement intervenir. Lors de l'envoi du Dive Bombers Squadron et du 1/3 Fighter Group sur Parme, 3 escadrilles de chasses allemandes sont intervenues, détruisant en 3 heures près d'un tiers de l'escadron des Samouraïs Killers. La RAAF se retrouve alors vaincu. BF 109 allemand en vol au dessus des plaines italiennes. Quelques jours plus tard, le 3 décembre, les 12 000 premiers hommes de l'Italian Garnison Corps sont déployés à Tarente puis Naples, permettant le lendemain le déploiement du Second Infantry Corps au nord. Fondation de l'ANZAC, 19 Octobre 1945 En Octobre, le 19, à Wellington, se tient la réunion entrainnant la fondation de l'ANZAC pour Australian New-Zealand Army Corps. Après de long débat entre chefs d'états et chefs d'états major, la Nouvelle-Zélande accepta finalement le 19 octobre la remise en marche de l'ANZAC, rendu célèbre pendant la Première Guerre Mondiale et notamment à Gallipoli. Cette réunion marque donc un acte important, la rentrée dans l'effort de guerre de la Nouvelle-Zélande jusqu'alors relativement discrète. L'accord qui s'en suivit, permis la mise en place du New-Zealand Expeditionnary Corps, composé de 4 divisions pour un total de 36 000 soldats. Ces derniers se préparant ainsi à partir directement pour l'Italie, après un bref passage à Perth. Néo-zélandais à leur départ de Wellington. De son coté, l'EMA, content de cet accord et félicitant la Nouvelle-Zélande, espère cependant que cela incitera les Etats-Unis à faire de même, voir mieux, à intervenir réellement et directement en Europe avec leur armée désormais composée de 2,5 millions d'hommes. Scandinavie, du 26 septembre au 21 décembre 1946 L'avancée Allies fut fortement ralenti dès la fin du mois de septembre, les allemands venaient renforcer leur anciennes positions suite au recul des hongrois, cependant, l'avancée ne fut pas stoppée pour autant. Et le 19 Novembre après diverses manœuvres en Suède, 26 000 soldats hongrois et allemands furent encerclés, amenant rapidement à leur reddition marquant une nouvelle victoire Alliés Importante. Elle sera le seul fait marquant des semaines suivantes, marqués par un ralentissement de l'avancée et l'entame d'une nouvelle année sous un hiver relativement froid. Italie, du 4 décembre 1945 au 21 Janvier 1946 Dans la matinée, les 6th et 7th ID viennent de débarquer à Gênes pour être déployée et le front reste calme, mais pas pour longtemps. A 12h30, un barrage d'artillerie de seulement 5mn s'abat sur Milan, ratant les positions australiennes mais faisant plusieurs victimes civiles, quelques instants plus tard, une marée humaine fond sur la ville. 89 000 soldats, allemands, yougoslaves, suisses mais aussi grecs attaquent la ville alors défendu par la 3rd AMD et la 1st AD , dès cet instant, le repli est directement ordonné, Milan est abandonné donnant lieu à une 3e bataille de Milan éclaire marquée par sa prise par l'Allemagne Nazie. Ce sera la dernière offensive de l'année 1945 en Italie. Le 21 décembre, peu avant Noël, les divisions néo-zélandaises débarquent à Gênes. Elles sont déployés dans la région de Venise, sous équipée, avec des armes datant d'avant guerre parfois, elles reçoivent petit à petit l'armement australien alors bien meilleur. Reste du Monde : Le Front russe, n'ayant pas eu d’événements importants, marque toutefois la poursuite de l'avancée russe, qui est bientôt en phase de rallier la côte nord de l'URSS, mais l'avancée reste, la aussi comme sur tout les autres fronts, lente avec l'hiver rude par des températures de -30° voir -40° dans la Sibérie. Au Japon, une nouvelle révolte éclate à la mi-décembre et oblige les forces de garnison à intervenir, la répression durera jusqu'au 21 janvier 1946, le temps d'interveneir ayant compté pour beaucoup. L'année 1946, la 8e année de guerre mondiale s'entame, mais pour autant aucune issue ne semble se montrer, seule une intervention américaine ou un affaiblissement soudain du IIIe Reich pourrait alors entraîner une victoire Alliées. Situation des fronts Scandinaves et Russes le 21 Janvier 1946.
  10. 1 point
    HK 47

    Images de modèles

    Toutes ces cartes ont l'air bien sympa.
  11. 1 point
    darkgrazi

    Images de modèles

    Maps Planète D'QAR BASE DE LA RESISTANCE Mapping : DarkGrazi Props model : DarkGrazi
×