Ormace

Membre
  • Compteur de contenus

    649
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    19

Ormace a gagné pour la dernière fois le 18 avril

Ormace a eu le contenu le plus aimé !

3 abonnés

À propos de Ormace

  • Rang
    Membre actif

Information de Profil

  • Région
    Non spécifié

Visiteurs récents du profil

1 967 visualisations du profil
  1. Mwahahaha Shame on you ! Je comprends, j'ai joué mamelouk juste avant ce patch si alors qu'il a eut un ptit boost sympathique.
  2. Justement l'écart est moins grand avant 1460, ensuite ça c'est déjà vu de la hongrie+mamelouk+venise battre ottoman (liquid unnul et moi en témoigneront) justement à ce timing là, donc pas besoin d'autriche dans toutes les situations. 10k de cannons à moi tout seul je les ais tranquillement alors sur 4 joueurs (5 ou 6 plutôt dans votre cas), 2 forts en plus partagé sur 2 joueurs, quand tu as une république marchande avec toi c'est pas la mer à boire. Oui Emacab aurait râlé mais je lui aurait dit : tu as fait la même chose dans d'autres gpo. Donc oui je fais le mariole mais je le fais bien ! Sinon Unnul, je pense que ca aurait du genre : OHHHH il est monstrueux coalition !!! Quand le mamelouk ne sait plus rien faire.
  3. Bon je vais vite expliquer mon point de vue et pourquoi je suis intervenu. Le déséquilibre est inévitable, on essaye de le combler, on fait avec mais il est inévitable. Bien sûr que cette guerre était déséquilibrée, vous vous êtes faits roulés dessus, sauf que c'était logique et préparé de la part d'Emacab (âge d'or, dissensions dans l'empire, timing du pick de puissance des unités anatoliennes, ...) et surtout que vous avez fait des erreurs importantes (pas de concentration sur milan qui est sortable en peu de temps, pas de fort à Zeta permettant l'accès direct sur la capitale Hongroise, aucune initiative pendant que l'ottoman était prenable). Je suis intervenu c'était pour punir ce que je trouve quand même assez sale, appeler encore un joueur à la rescousse par derrière pour se faire sauver les miches (sans oublier que apparemment des condottières Français étaient demandés encore en plus alors que des saxon étaient déjà présents, avant même que j'intervienne) alors que vous avez foiré votre coup, alors que Emacab n'a rien prit sur la Hongrie dans le stabhit. Moi je rejoins la guerre pour vous rendre la pareille, faire comprendre que c'est pas propre de rajouter des gens comme ça en fin de guerre juste pour ne pas perdre. Dans la gpo il n'y pas que question d'équilibre, parfois il faut admettre la défaite, alors qu'une paix avait été proposée, que la situation était toujours à l'avantage de l'ottoman, que vous étiez à bout de souffle vous avez rien voulu savoir d'une paix sans même négocier, ca a été un non catégorique (pas de ok mais 1 province en moins par exemple), aucune contre offre.
  4. Bah c'est difficile de se soucier de l'asie car de base c'est compliquer à équilibrer, il y a beaucoup moins de joueurs, on ne les voit pas et surtout bah il y a déjà un joueur du coin qui est partit.
  5. Let's the tiers begins ! Si des gens veulent faire les indiens (et autres), sinon ces pays risquent de rester bloqués dans l'inconnu.
  6. Désolé mais pour moi après le cap vert il n'existe plus rien xD.
  7. Voici les tiers de la première session ! Vu la quantité de joueurs je n'ai pas eut le temps (ou le courage) de faire tous les pays, j'en rajouterais peut-être avant la prochaine session. Merci à Princesse-sandwich pour sa contribution. La quantité de texte est inégale car parfois il n'y a pas grand chose à dire sur les pays vu leur taille ou ressemblaient simplement trop à leurs voisins. Le tier 1 regroupe les pays très puissants dominants leur zone, le tier 1.5 les pays concurrents au tier 1 ayant le potentiel de leur faire face, le tier 2 les pays secondaires avec certains avantages mais devant subir la diplomatie des pays plus puissants, le tier 3 (si j'arrive à le sortir) reprend les pays avec beaucoup de retard, le tier de la déchéance (je compte sur de généreux bénévoles) comprend les pays ayant presque été sabotés volontairement par leur joueur. Tier 1 : L’Ottoman pas méchant. L’Ottoman a prit un départ classique, c'est-à-dire bien cheaté en début de partie, même s’il reste pacifique avec les autres joueurs pour le moment. Le pays a blobbé toute sa zone d’expansion, voire plus en comptant la prise d’Azerbaican sous le nez de la Perse, tout en ajoutant la vassalisation de la Valachie, de Byzance et des régions d’Anatolie. Cependant, malgré la présence de la source infinie de points qu’est Mehmet 2 et l’avancée en doctrine défensive, la renaissance n’est toujours pas apparue et les provinces restent peu développées. De plus le pays manque encore de bâtiments malgré son revenu important, effet secondaire de l’expansion rapide du pays, sans parler d’une grosse alliance qui se forme face à lui. L’empire Ottoman est donc très fort, mais possède toujours des défauts à corriger qui l’empêchent d’atteindre le God-Tier. La Castille tranquille. Avec l’union personnelle sur l’Aragon sécurisée et la plupart de ses voisins réduits à l’état de minions, la Castille bénéficie d’un départ tranquille et sans aucunes difficultés. Le pays possède déjà beaucoup de bâtiments et a donc les moyens de se payer des conseillers plus efficaces, ainsi qu’une armée de bonne taille sans compter celle de ses nombreux serviteurs IA et humains. De plus, la colonisation semble être à portée de bras avec une avance raisonnable dans la doctrine d’exploration. Malgré ce monde rose des bisounours, le pays possède certains défauts, un prestige dans les abysses (c’est couteux de se débarrasser des incompétents qui héritent de la couronne) et une démonstration de force inexistante due à la couardise du joueur, ne se permettant pas de mettre beaucoup de rivaux. Le pays est aussi assez proche du God-Tier, cependant il ne distancie pas encore assez ses concurrents pour l’atteindre. La France absente. Séance très calme pour la France, qui malheureusement n’a pas pu jouer la moitié de la session (à cause d’une bande d’égoïste refusant le rehost alors qu’il restait encore 45 minutes). Le pays n’a donc pas pu se développer sous la régence de l’IA, cependant il reste assez puissant grâce à une force limite plus grande que celle de ses voisins et la récupération gratuite de quelques territoires sur l’Anglais. Heureusement le pays possède encore beaucoup de points de monarque et de Manpower, malgré l’IA qui s’autorise à attaquer l’anglais (n’oubliez pas de régler vos IA bande de chiens), sans oublier ses revenus qui restent plus que correct. Il est donc difficile de juger la France, qui aurait surement pu monter plus haut dans le classement, cependant son bon état et ses alliances italiennes lui permettent de rester dans le tiers 1, devant certains de ses concurrents. Tier 1.5 : Le bœuf Bourguignon. Le plus beau et majestueux pays du monde réalise un départ assez habituel, mort du souverain 5/5/5 après quelques années, annexion en partie de l’Alsace-Loraine et matraquage d’allemands du nord sont au programme. Le pays vient d’intégrer son premier vassal, ce qui lui permettra de faire d’autres choses avec la relation diplomatique libérée. La Bourgogne bénéficie d’un prestige et d’une démonstration de force élevés, cependant l’expansion agressive due à l’empire ralentit fortement l’agrandissement des frontières, sans oublier des revenus moindres que ses voisins ne lui permettent pas de faire autant de bâtiments que voulu. Le pays bénéficiant de ses unions personnelles possède donc une force armée conséquente, difficile à attaquer et évite les dépenses de Manpower dans les petites guerres. Cependant la Bourgogne s’est engagée dans beaucoup de conflits afin d’aider ses voisins allemands, investissement qui peut s’avérer risqué. Le pays manque malheureusement le Tiers 1 de peu à cause de son revenu trop faible, mais aussi de sa dépendance envers ses unions qui ne bénéficieront pas du moral Bourguignon. L’Angleterre scandinave. La perfide Albion semble avoir fait un départ très frénétique, avec une stratégie très agressive orientée vers la Scandinavie et le nœud de Lubeck. Le pays s’est emparé du Jutland et des iles norvégiennes, sans oublier sur le passage Bergenshus, laissant l’Ecosse et l’Irlande pour plus tard. L’Angleterre semble bénéficier d’un accord habituel avec la France (que l’IA semble ignorer), lui permettant d’éviter des guerres longues et sanglantes avec elle, cependant elle ne bénéficie pas d’alliés lui permettant une meilleure force de frappe sur le continent. Quant au pays lui-même il bénéficie d’un revenu, d’un prestige et d’une démonstration de force conséquents, même si le Manpower maximal est plus faible que celui de ses voisins. Quant à la guerre contre la ligue de Lubeck, la situation semble délicate car elle attire l’attention de tous les pays de la région, estimant une Angleterre intouchable sur son île, comme un voisin indésirable. Le pays échappe de peu au Tiers 1 de part sa force armée plus réduite que celle de ses voisins, mais aussi de part son choix controversé des idées économiques qui certes sont utiles, mais ne font que creuser l’écart militaire avec les autres pays, alors que la stratégie adoptée semble très agressive. Le Mamelouk, roi du désert. Au Moyen-Orient le sultanat Mamelouk a bien progressé dans son blobbing intensif, accumulant des vassaux et s’étendant de la Syrie jusqu’à l’Oman, en passant par l’Ethiopie. Cependant même s’il est beaucoup plus grand que ses voisins, il n’est pas évident de régner sur des étendues de sable. Le pays bien qu’il ait une limite de force très grande, manque encore cruellement de revenus avec l’impossibilité de récolter efficacement dans le nœud d’Alexandrie. Le sultanat reste presque à jour technologiquement et l’institution ne tardera pas à se débloquer via le voisinage de Venise, sans compter l’investissement dans des conseillers plus couteux, permettant de rester à jour en doctrines et dans les technologies, mais empêchant la construction de bâtiments qui seraient peut-être plus rentables à moyen et long terme. Au niveau diplomatique c’est la grande inconnue, le pays n’ayant pas d’alliés, mais ne tombant toujours pas en conflit contre l’ogre Ottoman. L’Autriche, PLS ou pas PLS ? Surement le départ le plus controversé, contradictoire, malchanceux et même ridicule qu’une Autriche peut faire. Le pays en lui-même reste assez fort, avec une force limite convenable, des revenus élevés permettant de créer beaucoup de bâtiments, l’institution à portée de main et un suzerain absolument BROKEN. Cependant, la tragique perte du titre impérial et de la couronne de Bohème font perdre un temps fou au pays, qui doit recommencer ce qu’il a déjà réalisé. L’équilibre du nord de l’Allemagne est rompu, la perte du titre d’empereur laisse le libre passage à toutes les puissances extérieures dans l’empire. Au niveau diplomatique le pays compte de nombreux alliés, cependant il devra sûrement faire un choix au cas où un double conflit éclate à la fois en Italie et contre l’Ottoman. C’est un bilan très mitigé, pour le pays qui se doit d’apporter l’équilibre dans le centre de l’Europe, qui ne réussit au final à récupérer que deux provinces sur la Bavière et laisse la Silésie à la Pologne. Heureusement la récupération de la Bohème reste possible et le titre impérial semble à portée. Venise marchand de tapis. La république marchande est sans aucun doute la nation ayant le revenu commercial le plus élevé de la partie, ce qui rend le pays très riche malgré sa petite taille. Venise s’est bien étendue en blobbant la plupart des côtes à sa portée, il ne reste plus que Ferrare à manger avant d’être obligé de combattre des joueurs. L’institution a été adoptée et quelques bâtiments construits, seule manque la première doctrine pour compter un sans faute. A cette grande richesse on peut ajouter une limite de force qui n’a rien à envier à celle de ses voisins, malgré une flotte encore assez réduite. Du coté diplomatique la situation est tendue, avec l’Ottoman qui est rarement un voisin très agréable et un Milanais qui se place en tant que concurrent, heureusement la république peut compter sur son réseau d’alliances pour se protéger des diverses menaces. Tier 2 : La Hongrie stressée. La Hongrie est un cas particulier, en effet malgré ce que le joueur affirme elle bénéficie d’un départ correct, en sécurisant une bonne partie des Balkans ainsi qu’un réseau d’alliances le protégeant de l’Ottoman (même s’il est regrettable de ne pas passer par la vassalisation). Quelques bâtiments sont construits et l’institution est très proche grâce à Venise et la Pologne, cependant les revenus du pays restent assez faiblards comparés à ceux de ses voisins (si on oublie la Pologne). Sans compter le roi actuel qui laisse vraiment à désirer, cependant cela n’empêche pas le pays d’être presque à jour en technologie et de conserver une bonne réserve de points. La limite de force est convenable et les idées hongroises rendent les armées assez redoutables, sans parler des nombreuses montagnes et collines aux frontières lui permettant d’assurer une bonne défense contre ses agresseurs. Le pays se retrouve donc en première place du tiers 2, malgré qu’il soit dans un meilleur état que ses voisins de l’est mais reste plus faible que ceux du sud et de l’ouest. De plus sa situation est assez précaire car il est en première ligne face à l’ottoman. Le Maroc dans son coin. Dans le Maghreb le Maroc semble avoir fait un très bon départ, avec une expansion via des vassaux jusqu’en Tunisie, sécurisant les centres de commerce de nœud de Tunis. Le pays semble étonnamment riche avec beaucoup de bâtiments, mais cela s’explique par la mine d’or qui a été développée et donc assure des revenus confortables, sans compter le choix des doctrines économiques qui empêcheront l’inflation de grimper trop haut. L’institution semble encore loin, principalement à cause de la rivalité avec le Portugal. D’un point de vue diplomatique le pays s’en sort relativement bien, si l’on apprécie la position de minions du castillan, ce qui assure une tranquillité au prix de devoir céder Tanger gratuitement. Malgré tous ces points positifs le sultanat n’atteint pas le tiers 1.5 à cause de son impossibilité de faire quelque chose contre n’importe quel de ses voisins, malgré une limite de force convenable, la Castille ne semblant pas vouloir faire de vraie alliance pour le moment. Les trois perdus, Pologne, Lithuanie et Moscovie. La Pologne, la Lithuanie et la Moscovie sont toutes des puissances militaires similaires. En effet, les trois pays ont tous une force limite et un revenu très proches, ce qui les rend difficile à départager en cas de conflit. Cependant, chaque nation possède ses atouts et défauts : -Lithuanie : qui est à jour technologiquement, sans compter les vassaux les plus gros de la région. Par contre, le pays est surement le plus difficile à défendre et compte le plus gros retard au niveau des forts. L’alliance avec la Pologne permet au pays de se concentrer sur un seul côté, ce qui rend le territoire moins horrible à défendre. Sans oublier les nombreuses provinces orthodoxes à convertir. -Pologne : Peut-être l’armée la plus forte et l’institution débloquée, cependant un gros retard technologique qui empêche la création de bâtiments. Sans compter le voisinage de l’Ottoman, qui ne semble pas pour le moment vouloir s’étendre dans cette région. Je dois insister sur la couardise similaire à celle du joueur castillan, le joueur polonais évitant de mettre ses voisins en rivaux. -Moscovie : Le plus gros développement du coin, même s’il semble légèrement en retard au niveau du Blobbing. La province de Battograd en cours de développement pour l’institution. Sans oublier le Manpower le plus élevé de la région et la position défensive la plus forte du trio. Malheureusement le pays semble manquer d’alliés, face à une union entre la Pologne et la Lithuanie qui peut s’avérer dangereuse. La Perse sous pression. La Perse semble assez en retard, avec beaucoup de choses à améliorer dans le pays. Premièrement la capitale commerciale qui doit être déplacée, la capitale toujours en cours de développement, de nombreux bâtiments à faire. Ne parlons pas du désir de liberté de l’Irak ou de l’Ottoman qui s’étend dans le nord, la Perse passe sans aucun doute un sale quart-d’heure. Cependant elle s’avère presque à jour en tech, et a une petite avance militaire sur les autres pays d’orient, sans oublier son alliance avec l’Afghanistan couvrant l’un de ses flancs. Naples, la botte. Le Royaume de la Mafia, de la Pizza & du Citron se porte plutôt bien. Ce dernier a eu l'honneur de voir la Dynastie de Médicis gouverner son pays, avec Force et Honneur ! L'Héritier semble avoir une bonne éducation et est prêt à prendre ses Royales fonctions, bien que la légitimité de celui-ci soit mise en doute par quelques Grands. La Cour Napolitaine regorge de Conseiller, tous aussi compétents les uns que les autres, permettant au pays de conserver un niveau de technologie égal à ses voisins. Le Pays sort vainqueur de ses guerres, augmentant le Prestige des de Médicis à travers l'Europe; néanmoins, cette gloire n'est pas sans conséquence, le Très Saint-Père n'apprécie pas de se faire attaquer et spoiler ainsi ses terres. L'Assemblée Générale des Etats Napolitain pourrait être amélioré en rassemblant plus souvent ces derniers; quant à l'armée du Général Pizaiolo, celle-ci se porte bien, permettant peut-être à ce dernier de négocier Palerme. Il manque peu au pays afin de se hisser dans le haut du panier des puissances européennes. La Suisse serrée. La petite république se porte plutôt bien en réalisant un bon départ. La Suisse a doublé la taille de son territoire, possède une armée efficace, en comptant ses nombreuses montagnes le pays est une véritable forteresse. Les revenus sont un peu faibles mais cela n’empêche pas la construction de quelques temples. L’institution est encore loin, mais le pays peut compter sur son dirigeant 6/6/6, pour ne pas être en retard technologique ou doctrine par la suite. Le principal défaut du pays est l’isolement diplomatique, en effet il ne compte aucun allié et doit gérer une Autriche qui s’étend dans sa direction. Milan, les bâtiments c’est surfait. Duché de Milan, mort de décès, le Duc Visconti laisse le pays moribond. Des Hordes de Bourgeois malveillants s'emparent du pouvoir afin d'instaurer une République. Cette dernière semble toutefois, comme son prédécesseur incapable d'accepter localement la culture Romagnole; tout comme elle est encore incapable de redresser le pays économiquement via la construction d’infrastructures qui pourtant sont très rentables. Voisins à la fois amicaux et inamicaux. De vives tensions se ressentent entre la République Sérénissime de Venise et la Fédération Helvétique; mais de l'autre la France semble avoir trouvé des intérêts communs avec les dirigeants Milanais. Face à ses rivaux, le réseau de fortifications est à revoir, car trop faible, et ce n'est pas bonne stabilité gouvernementale qui arrêtera les envahisseurs ! Les Bourgeois dirigeants de Milan sont en plein essor marchands et cherche de nouveaux centres commerciaux, et risquent de s'emparer des comptoirs de Gênes et Florence, permmettant peut-être d'unir la République de Milan et de Florence sous une seule et même bannière, la République Toscane...
  8. Concernant le joueur de Lubeck c'était un choix il me semble.
  9. J'avoue, pourquoi j'ai ramené la Russie ? Sinon merci à toi aussi Tithub pour ton aide, et enfin un peu de reconnaissance xd.
  10. Effectivement, un plan de démantèlement de l'empire a déjà été accepté par la France, la Moscovie, la Pologne, la Bourgogne et l'Empire Ottoman. Mettons fin à la tyrannie de l'empereur !
  11. On parle surtout de la foule de gens ayant choisis Portugal et Angleterre ^^.
  12. Je me souviens à un moment j'ai dit : ouai faut un truc que Trump a dit ... Et après quelqu'un a laché d'un air fanatique : MAKE GPO GREAT AGAIN !