Aller au contenu

Freya

Membre
  • Compteur de contenus

    49
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Freya

  • Rang
    Membre

Information de Profil

  • Région
    Non spécifié

Visiteurs récents du profil

835 visualisations du profil
  1. Jade Dragon - Adopter l'impérialisme chinois

    Donc en gros, avec l'Impérialisme Chinois et une religion permettant de tenir des Temples (comme les sunnites) et c'est full power quoi. Merci pour les infos
  2. Jade Dragon - Adopter l'impérialisme chinois

    J'ai pas trop de soucis avec l'anglais, et j'ai choisi de passer le jeu dans cette langue parce que j'en avais marre des event tronqués ^^ Du coups j'avais bien compris le coups de pouvoir gérer sois même des villes, mais c'est l'avantage que je ne vois pas trop. De bien meilleurs revenus ? Pourvoir à fond profiter de la route de la soie ?
  3. Bonjour, Je suis actuellement dans une partie CK2 avec JD, et j'ai une décision que je peux prendre, soit adopter l'Impérialisme Chinois. J'ai tenté de prendre, pour voir, mais ça m'a l'air " tout pourris " et j'ai regardé un peu sur les sites anglais, mais là aussi c'est le grand flou, apparemment, le seul gros avantage c'est en cas de conversion vers EU4, ça permet d'avoir le CB " unification de la Chine ", un autre est le fait que d'avoir une nation muti-religieuse n'a pas d'impact. Mais globalement, je n'en sais pas plus, et actuellement, dans ma partie, ce serait plus d'inconvénients que d'avantages. Est-ce que vous en savez plus ?
  4. [EU4] Espagne, Gloire et déclin

    On continue donc avec le règne de Charles Quint. En Aout 1536, l'Empereur décide d'imposer le Castillan à tous en favorisant l'usage de la langue de l'Empereur à l'ensemble de l'administration, ce qui aura sans doutes des conséquences pour l'avenir. L'Espagne, pendant ce temps, tâche de maintenir les états du Saint Empire dans le rang en menant de nombreuses guerres contre les princes cherchant à s'étendre aux dépends de leurs voisins. En 1543, une excellente nouvelle arrive de nouveau monde, un légendaire citée d'or est découverte. En 1549, le cousin polonais nous appelle à l'aide dans une guerre défensive face à l'Ottoman. guerre qui sera couteuse en hommes et en ressources, en attendant, en 1551, l'Empereur choisit de changer sa Capitale. En 1552, l'Espagne engage plus de troupes dans la guerre face à l'Ottoman, en cherchant à affaiblir son allié Tunisien. A l'est, les armées espagnoles et polonaises se font décimer par les forces turques. Une paix blanche séparée avec les turques, vécues en Espagne comme une humiliante défaite, est signée, laissant le pays endetté et de nombreuses bonnes troupes manquantes. Dans la foulée, l'Empereur, se sentant vieillir (plus de 60 ans quand même) juge qu'il n'est plus apte à diriger un aussi vaste Empire et décide de donner l'Autriche à son neveu. Sachant également que sa fille ne sera jamais acceptée à la tête de l'Empire, il en profite mise sur l'avenir des Habsburg en nommant l'Autriche comme électeur (j'ai du cheaté pour remettre à Habsburg sur le trône d'Autriche à ce moment là de la partie) et bien vite, la force diplomatique autrichienne se met en marche. En septembre 1556, l'Espagne décide de lancer une expédition visant à faire le tour du monde, un mois après, le port de Manilles est développé. Dans le courant de l'année 1557, plusieurs événements arrivent pour la grandeur de l'Espagne et des Habsburg. Partout en Europe, l'Empire espagnole est considéré comme un Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais, le port de Séville devient le principal port du commerce du nouveau monde. A l'est, un Habsburg est élu à nouveau sur le trône de Pologne. Cependant, on parle déjà de la fin de l'Age d'Or espagnol. En Octobre 1558, la flotte d'expédition arrive à boucler son tour du monde, Gloire à l'Espagne !! Cependant, une épidémie de peste éclate le même jour. Au fil des années, le neveu autrichien continue de montrer son soutient à la couronne espagnole et impériale. En 1564, les Lois de Burgos sont votée, de manière à mieux gérer les nombreuses colonies. Mais en janvier 1570, l'Empereur Charles Quint, 80 ans, s'éteint dans son palais de l'Alcazar à Madrid. Ferdinand II Wenzel Von Habsburg devient Empereur du Saint Empire et Maria Von Habsburg devient Reine des Espagnes et tous les autres titre de Charles Quint. En cette fin de règne, l'économie est stable mais assez faible, plusieurs emprunts en cours, une armée renouvelée et une flotte puissante. Les technologies sont bien avancées mais le développement commence à accuser un retard certain. Très peu d'investissements effectués également.
  5. [EU4] Espagne, Gloire et déclin

    Effectivement, c'est normalement censé arriver avant 1500 pour la Bourgogne, mais ce n'est pas la première fois que ça arrive après dans mes parties. J'ai aussi la guerre des deux roses qui est arrivée surper tard. Pour Milan, clairement pas eu le temps avant que ça ne devienne une République, je n'ai pas vraiment suivi parce que je m'occupais du reste, mais c'est devenu la République d'Ambroise après 30 ans de jeu, un truc comme ça.
  6. [EU4] Espagne, Gloire et déclin

    De la chance pour l'Autriche, bon, ça fait la seconde fois qu'elle tombe sous PU depuis le début de la partie, j'ai l'impression que ce n'est pas sa partie. Elle a néanmoins réussit à unir ses territoires entre le Sundgau et le reste de l'Archiduché. Pour la Bourgogne, c'est un event qui arrive pratiquement tout le temps, je l'ai un peu poussé en lui donnant le plus de territoires possibles lors de ma victoire sur la France pendant la guerre de succession d'Autriche. Ca lui a collé une coalition, et bien qu'allié dans la guerre, je n'ai rien fait pour l'aider. Ensuite, la partie impériale de la Bourgogne est héritée soit par l'Empereur, soit par l'Espagne, suivant certaines conditions, j'étais les deux. Bohème et Hongrie, ce n'est pas dans mes projets, j'ai pratiquement obtenu la base que j'espérais, me manque que Milan, mais je ne sais pas si je vais le faire, c'est un gros morceau, et ça va retarder d'autant le début du déclin espagnol. Car c'est tout de même ça le but, à la fin du Règne de Charles, je vais libérer l'Autriche, comme historiquement, ayant une fille comme héritière, je suis exclu du prochain vote impérial (et même si je le voulais, je ne peux pas prendre la décision de la pragmatique sanction, il semblerait qu'il faille, en plus d'être Empereur, être un prince d'Empire). Je vais voir si l'Autriche a des cores sur la Hongrie ou la Bohème histoire de l'agrandir, et une fois libérée, je continuerai à l'avoir comme alliée. Ca devrait aider à repousser les turcs, ils sont alliés à la Tunisie, frontière est de mon Espagne Africaine.
  7. [EU4] Espagne, Gloire et déclin

    Carlos, Charles, Karl, ça revient au même, et compares pas notre Carlos avec le Carlos espagnol C'est mon premier AAR, et je rate des choses importantes, genre la mort d'un souverain Je vais essayer de m'appliquer pour la suite. En novembre 1492, la Bourgogne attaque l'Angleterre, et me demande son aide. J'accepte bien volontiers. De toute manière, en cas de victoire, ça permettra à la France d'augmenter sa puissance Je m'occupe des territoires en Aquitaine, comme d'hab, et je bloque les forces de débarquement anglaises qui ne font que tomber en Castille. J'y perds néanmoins mes navires lourds qu'il me faut régénérer. Deux ans après, l'Angleterre se rend compte que les territoires continentaux sont indéfendables, et signe une paix humiliante. En attendant, Charles 1er d'Espagne succède à Isabelle. Le développement des Colonies continue, et le premier juin 1502, le port de Carthagène Le 23 septembre 1507, l'Archiduc d'Autriche meure sans héritier, rien de plus logique que son cousin, Karl, en devienne le souverain, mais la France ne l'entend pas de cette oreille. La France, seule, se prend mes dépendances, Naples, Aragon et l'Autriche, ainsi que mes alliés, Bourgogne et Portugal. Les troupes Castillanes se sont contentées de protéger les frontières pyrénéennes. La guerre fut plutôt expéditives. Cette victoire a part contre donné des ailes au Roi Charles des Espagnes, et son implantation au Saint Empire lui ont donné l'idée de briguer le trône impérial. Cela prend du temps, mais en 1513, j'arrive à m'assurer du soutien de quatre électeurs. Le 2 novembre 1516, les paires du Royaume d'Aragon acceptent d'unir définitivement les Royaumes d'Aragon et de Castille sous l'autorité du Grand Roi Carlos 1er, Roi d'Espagne ! Le 8 janvier 1523, la Curie a élu un Archevêque espagnol, la Gloire, Dieu lui-même pose un regard bienveillant sur Carlos et l'Espagne. En 1527, Naples est partie intégrante de l'Espagne, on commence d'ailleurs à parler d'Empire d'Espagne. On peut même parler d'Age d'Or espagnol ! La consécration arrive, elle, le 2 octobre 1530. Charles a rempli son ambition et est devenu l'Empereur du Saint Empire. Sa puissance est reconnue dans toute l'Europe, il ambitionne même de mettre son frère sur le trône de Pologne, ce qui portera ses fruits. A l'Alcazar de Todèle, palais reconstruit à la Gloire de l'Empire d'Espagne, nait la princesse Maria. Le 1er mai 1534, le Duc de Bourgogne meure tragiquement sans héritier, les Terres Bourguignonnes impériales reviennent à l'Empereur Charles V du Saint Empire, les terres françaises de Jure au Roi de France. Cela renforce la puissance Espagnole sur l'Europe, mais cela renforce aussi la puissance française. L'Empire des Habsburg en 1534 : « Charles par la divine clémence Empereur des Romains, toujours Auguste, roi de Germanie, de Castille, de León, de Grenade, d’Aragon, de Navarre, de Naples, de Sicile, de Majorque, de Sardaigne, des îles Indes et terres fermes de la mer Océane, archiduc d’Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg et de Gueldre, comte de Flandres, d’Artois, de Bourgogne palatin, de Hainaut, de Hollande, de Zélande, de Ferrette, de Haguenau, de Namur et de Zutphen, prince de Zulbanc, marquis de Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins, de Malines, le dominateur en Asie et en Afrique, roi de la Nouvelle-Espagne, du Pérou, de la Nouvelle-Grenade et du Rio de la Plata et suzerain des vice-rois de ces mêmes pays. » (Dixit Wiki) Tout semble briller pour l'Empire d'Espagne, domination totale en Europe, en Afrique et en Amérique, domination de la Curie. L'avenir semble brillant, mais le vers est déjà dans la pomme, l'Espagne dépense tout ce qu'elle gagne, aucun investissement n'est fait, la politique de factorisation des Castillans sur les autres cultures va forcément avoir un impact, et la religion prétendue réformée s'étend au nord et dans le Saint Empire.
  8. [EU4] Espagne, Gloire et déclin

    Bon, début de partie, il m'a fallut plusieurs essais pour avoir des rivaux qui me satisfassent, surtout de ne pas y avoir la Bourgogne ! Très vite, j'ai pu avoir mariage+alliance avec l'Autriche, mariage avec la Bourgogne, mariage+alliance puis vassalisation de la Navarre, et le Portugal qui vient lui même me demander alliance+mariage. J'ai découvert d'ailleurs le +25 d'amitié séculaire, et vu que je joue souvent la France ou l'Autriche, ça fait bizarre Jusqu'en 1457, ça reste globalement calme, je termine la Reconquista, avec l'aide involontaire du Portugal (il a fait la guerre de son côté) qui attendri l'allié de Grenade, le Maroc, assez pour que je l'emporte sur lui aussi, mais le Portugal y perd l’Algarve. Le successeur du début de partie meure assez vite, tant mieux, c'était un mauvais, et je reçois assez vite une fille, nommée Maria, que je renomme Isabelle. En 1455, Naples cherche son indépendance, après avoir essuyé le refus de la Castille, le Royaume obtient celui de l'Angleterre ! Maudite Albion ! 1456, Enrique IV meure, laissant Isabelle, Reine de Castille, de Léon et de Grenade au bon soins de sa maman, parce qu'à 11 ans on n'a pas le droit de gouverner ! Le 23 Mars 1457, l'Union Ibérique à lieu, l'Aragon s'en remet à la jeune Isabelle, et surtout à sa régente. Le 18 juin 1457, Naples se rend compte que la donne à changer et réclame une paix pas trop humiliante pour elle, que j'accepte sans qu'une seule de mes armées ne bouge les fesses. Deux ans plus tard, l'Autriche tombe sous PU sous l'Angleterre ! Triplement damned ! C'est l'Angleterre, pourquoi ? C'est la France qui peut contester, et ça m'éloigne la possibilité d'avoir des Habsbourg d'Espagne. La France perd, 'fin, à cette étape du jeu, se prendre Angleterre+Autriche, ça doit faire vraiment mal. Surtout que l'Angleterre a une province de plus par rapport à avant. Le 2 février 1460, du haut de ses 15 ans, Isabelle est apte à gouverner (0/5/0). Isabelle 1ère, Reine des Espagnes et de Naples. J'annexe la Navarre et je contracte une alliance avec la Bourgogne, tout en soignant mon autre allié, le Portugal, et continuant de montrer mon soutien à l'Autriche. Dès la trêve entre le Portugal et le Maroc terminée, je déclare la guerre au Maroc et j'invite le Portugal en échange de territoires. Ma flotte, qui est celle du début de partie, et largement suffisante pour maintenir la flotte marocaine dans ses ports. L'Aragon occupe l'Algarve, dont je transfère le contrôle au Portugal. Au final, la participation du Portugal à cette guerre reste anecdotique, mais il récupère au final sa province et moi je maintiens de bonne relations avec (et accessoirement je pose pied en Afrique). En 1472, avec mon soutien, l'Autriche déclare la guerre à l'Angleterre. J'occupe rapidement le Portugal et les territoires anglais en Aquitaine. Tout en planquant mes navires, je massacres les corps expéditionnaires anglais qui débarquent sur les côtes de Galice (c'est quoi cette acharnement à débarquer stack de 8k par stack de 8k, c'est juste un massacre !). Le Portugal fait rapidement la paix, et on wascore du fait que les anglais n'arrivent pas à prendre pied sur le continent, comme souvent d'ailleurs. En parallèle, mes explorations continuent, et je finis, je ne sais malheureusement plus quand, par poser pied aux Bahamas et me répandre. Je continue régulièrement à prendre des territoires au Maroc et ses voisins. 10 juin 1487, je participe à une Croisade (sur event) et continue de m'étendre sur les côtes barbaresques, plus à l'est, c'est la Tunisie, alliée aux Ottomans. Le temps passe, et Isabelle n'a toujours pas d'enfants, pas d'héritier aux Espagnes et à Naples. Le 21 Août 1490, alors que la Bourgogne vient tout juste de déclarer la guerre à l'Angleterre et de m'y inviter, cet event que je ne connaissais pas vient de se produire. Une excellente nouvelle pour mon projet !! Surtout avec le nom que le jeu lui a donné.
  9. Bonjour, je vais débuter une partie particulière de Europa Universalis IV. Je me donne toujours un objectif précis lors de mes parties, et pour une fois, je vais faire une partie " perdante ", le but étant de recréer l'histoire de la Castille, de l'Espagne, de son passage en première nation mondiale pour devenir une nation de second plan dans le courant du XIXème. Pour cela, j'ai pas mal étudié les causes du déclin espagnol, et j'ai vu que la plupart des choses ayant entraîné ce déclin étaient parfaitement reproduisibles dans le jeu. A voir si le résultat sera le même. Objectifs principaux : - Obtenir la Bourgogne Impériale (l'event ayant été revu, c'est plus facile de l'avoir avec l'Espagne) - Former l'Espagne et intégrer Naples. - Colonisations au plus proche possible de la réalité, en Amérique et aux Philippines principalement. - Devenir Saint Empereur, au moins une fois. - Devenir un Habsburg sur quelques générations. - Perdre Naples et tout ou partie des Pays Bas sur révolte mal réprimée. - Tomber en Banqueroute, au moins une fois (Trois fois historiquement rien que sous le règne de Philippe II) - Avoir une invincible armada immense, couteuse, et la perdre dans une guerre idiote face à l'Angleterre. - Perdre quelques colonies avant la fin de la partie à cause de taxes trop élevées. - Mener la Ligue Catholique. Objectifs secondaires : - Avoir une PU sur l'Autriche et la libérer. - Avoir une PU sur le Portugal et la perdre. - Avoir le Duché de Milan d'une manière ou d'une autre et finalement le perdre. - Gagner une guerre couteuse face à la France, pour au final ne rien en retirer, pensant la France définitivement battue (historiquement, elle se sera relevée en 20 ans alors que l'Espagne n'aura pas pu s'en remettre). Pour arriver à cela, et coordination avec les faits historiques : - Ne jamais changer ni accepter les cultures différentes. - Ne pas ou peu développer les territoires - Avoir une flotte supérieure aux capacités de ravitaillement et ne pas faire évoluer les navires avant la perte de l'Armada - Taxer au maximum les colonies. - Finir par s'isoler diplomatiquement pendant plusieurs décénies. - Être le plus intolérant possible envers les hérésies et ne pas convertir les territoires ailleurs que dans la péninsule hibérique. Bref, faire tout ce qu'il ne faut pas faire dans une partie normale
  10. Modèle politique - quel est votre préféré à CKII ?

    Pour ma part, Primogénité (parceque les souverains ont toujours tenté de rendre leurs titres héréditaires) Cognastique, (parce que maman c'est sur papa peut-être, et aussi que Swompy a raison :p). Je me débrouille pour avoir des filles en héritiers, je joue presque que Catho et vassaliser le Pape aide pour ça (Excomunier les ainés mâles pour les emprisonner et les forcer à entrer dans les ordres). Autorité souvent max, je n'autorise pas mes vassaux à se mettre dessus, et quand j'estime avoir la taille voulue pour mon Empire je ne les autorise pas non plus à aller s'étendre à l'extérieur (mais des fois ils le font quand même) Impôts/troupes médiants, sauf les nobles avec levées un peu plus hautes, et bourgeois avec impôts un peu plus haut. La Centralisation, ça dépend de mon objectif de partie, un " petit " HRE j'aurais un gros domaine personnel, alors que si je fais mon gros Empire Romain Carolingien Catholique je vais avoir 4 comtés max, deux mini, pour pouvoir gérer de nombreux vassaux. L'électif, j'aime en général pas, ça me casse mes objectifs de partie en fait. Et pas parce que je ne me fais pas élire, mais au contraire, parce que je me fais élire. J'ai même eu une partie, Roi de Bourgogne dans le HRE où une faction à laquelle je n'avais rien à voir m'a placée sur le trône impérial. D'ailleurs j'ai noté que depuis quelques temps, les titres de Roi deviennent très souvent électifs, même ceux de mes vassaux.
  11. Conclave : vos retours

    D'autres retours suite à ma partie en cours. Actuellement, j'arrive à la veille des croisades, avec un start Charlemagne, j'ai l'Empire Byzantin, le pape en vassal, le Royaume d'Afrique et l'Egypte. Actuellement, si je lance une guerre sainte pour un duché, je prends d'entrée de jeu entre 80 et 120 d'infamie, mais c'est plafonné à 100 quoi qu'il arrive, j'ai noté que la coa ne se forme qu'une fois la paix signée, du coups, je peux assumer avec les escorte d'enchainer plusieurs guerres de suite, j'en déclenche une après avoir fait la paix avec une autre, j'arrive à enchainer 3 à 5 guerres comme ça suivant qui je tape, et là, la coa se forme avec le plafond à 100 d'infamie, je me prends donc la même " attente " pour 3 à 4 duchés que pour un seul si je faisais preuve de plus de patience. Ensuite, ça me laisse le temps d'absorber ses duchés et d'assoir ma dynastie dessus. J'ai eu plusieurs fois le cas de titres qui quittaient l'Empire, malgré mes lois, mais à chaque fois c'était des titres qui ne faisaient pas encore partie de mon Empire de Jure, don je ne sais pas si c'est lié ou pas. Les lois du royaume étaient aussi en " bloqué " pour la sortie des titres lors de l'héritage. L'éducation des gamins, c'est vrais qu'on a plus la main dessus, par contre je me retrouve à éduquer des gamins dont j'ignore la " provenance " et ça manque un peu d'event lors de l'éducation. Le Conseil, le gros point fort de cette extension MAJ, j'adore, plus complet, plus " subtile " et au final plus facile de faire passer des lois. Ca m'arrive souvent de jouer des parties comme vassal et d'y rester, grand Duc ou Grand Roi dans un Empire, je pense que cette extension rendra ça encore plus marrant.
  12. Conclave : vos retours

    Tu te prends de l'infamie lors des héritages.
  13. Conclave : vos retours

    Niveau traduction, ce qui m'embête le plus c'est les textes incomplets. Bon, à Victoria 2, on a droit à " DESC 34525 " dans pas mal d'endroits ... Pour revenir au sujet, j'ai un peu avancer dans ma partie, Guerre Sainte pour Tunis, 90 d'infamie ! Et du coups, même le Pape rejoint la coalition ... Cela dit, j'ai vassalisé militairement le Pape et ça ne m'a pris que 38 points d'infamie ... j'avoue que là non plus j'ai pas compris j'aurais cru que ça allait me couter beaucoup plus cher ! Par contre, ça embêtes les Musulmans et les Païens ... Vassalisation pacifique, on prend de l'Infamie tout pareil. Et on en hérite aussi. Je sais que c'est avant tout censé représenter la peur que nous donnons à nos voisins, mais ça donne des trucs assez illogique, le Pape qui a peur parce qu'on apporte le Catholicisme à des infidèles ou des Païens, bof bof ... Bon, après, ça me force à jouer de manière différente, du coups, je plonge plus dans les affaires internes de l'Empire.
  14. Conclave : vos retours

    Bon, après quelques heures de plus de jeu, à part ce qui me gêne et que j'ai déjà souligné ici, globalement, j'aime bien les nouvelles fonctionnalités. J'ai l'impression que les factions se lancent plus tôt qu'avant, et du coups sont plus faibles.
  15. Jouer : Byzance

    Ahhh, Byzance, au bout de plus de dix tentatives, j'ai réussit à survivre 10 ans, en fait, l'Ottoman ne m'a pas attaquée pendant les 10 premières années, ça a été du coups son erreur, alliance avec Gêne et l'Autriche, résultat, 50 ans de jeu de plus et il n'y a plus d'ennemis costauds proches. Bref, assez d'accord, au début c'est plus que dur, mais très vite ça devient super facile. Cela dit, c'est le cas d'un peu tout.
×