Jump to content

North

Membre
  • Content count

    1
  • Joined

  • Last visited

About North

  • Rank
    Nouveau

Information de Profil

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Quelque part au Canada
  • Centres d'intérêts
    Les état-majors ennuyeux.
  1. I. Situation II. Briefing 1. Mission: Notre Force doit reconnaitre la Route 279 en passant par Wulfershausen, Rodelmaier et enfin, au travers de Bad Neustadt. Notre Force, 17e Régiment de Tanks de Garde (RTG), 79e Division de Tanks de la Garde (DTG) va diriger l’attaque, afin de nettoyer la Route 279 du feu et de l’observation ennemie. 2. Renseignements 2e Escadron, 11e Armored Cavalry Regiment occupe le Camp Lee en dehors de Bad Neustadt, attendez-vous à des postes de gardes devant la frontière. Les seuls champs de mines dont nous connaissons l’existence sont les nôtres, qui ont été retirés au cours des 3 derniers mois. Le 11e ACR est une unité d’élite équipée de chars M1 Abrams et d’IFV Bradley, pleinement soutenus par l’artillerie, les hélicoptères et l’aviation ennemie. Ils vont surement tenter une action de retardement, afin de vous faire perdre votre énergie kinétique (ou mouvement vers l'avant - y a pas vraiment d'équivalent en français). Estimation de la force ennemie par le renseignement : 3. Force alliée Red Storm Battle Group: 17e GTR QG (Col. Y. Akhmedov) 1/17 Bataillon de Tanks de la Garde (BTG) QG 3 * Coy (10*T-80U[m] chq.) 1 Bat. DCA 2/17 Bataillon de Tanks de la Garde (BTG) QG 3 * Coy (10*T-80U[m] chq.) 1 Bat. DCA 4/17 Bataillon Mécanisé de la Garde (BMG) QG 3*Coy d’Inf. Mech. (10*BMP-2 chq.) Recon Coy QG 3* Plt de Recon (3*BDRM-2 chq.) 3* Plt de Recon AT (3*BDRM-2 avec AT-5 Spandrel chq.) 1/17 Bataillon d’Artillerie Automotrice (1/17 SPA) 6*2S3M (122mm) 2 véhicules utilitaires 2/17 Bataillon d’Artillerie Automotrice (2/17 SPA) 8*2S3M 2 véhicules utilitaires Aviation Tactique (Arrive à H+ 69minutes) 2* MiG-23MF Flogger Aucun Renfort attendu. Ci-dessous : La moitié Nord de la Carte Ci-dessus : La partie Sud de la map. Notes : Les zones rouges sont celles où on peut déployer des unités. Mettre plus d’une compagnie par case n’est pas recommandé. Les drapeaux avec les nombres représentent les points de victoires, nos objectifs. III. Plan : Le Colonel Youri Akhemdov, avait reçu la tâche ingrate glorieuse de nettoyer le chemin de la 8e Armée de Tanks de la Garde, le groupe de manœuvre opérationnel du front [groupe d'armée], la force chargée d’atteindre les arrières de l’ennemi et y semer le chaos. La pression sur ses épaules était donc immense, d’autant plus qu’il lui manquait un bataillon, le 3/17 RTG, probablement perdu dans un embouteillage à l'arrière, ce n’était peut-être pas si mal après tout, son commandant n’était pas un garçon particulièrement agressif ou talentueux, mais il devrait faire sans ses 31 tanks. Sa plus grande inquiétude était les tanks américains, Akhemdov, un vétéran de l’Afghanistan, ne doutait pas de la supériorité technologique des américains notamment concernant les équipements électroniques. Ces tanks modernes, étaient présents en grand nombres selon le Nain, son officier de renseignement. D’après lui, ils auraient une supériorité numérique de 3 ou 2 contre 1 en tanks. Mais ce n’était pas assez pour calmer Akhmedov, au contraire, car sa nervosité semblait augmenter. La seconde peur du colonel était l’aviation américaine, il avait tenté d’apprendre autant qu’il pouvait sur la doctrine américaine, qu’il avaient pompeusement nommés «AirLand Battle » se traduisant crument en «Bataille Terre-Sol », de ce qu’il comprenait, les américains comptaient utiliser massivement leur aviation tactique afin de compenser pour leurs nombres inférieurs. C’était tout cependant, la force ennemie était constituée surtout de véhicules légers de reconnaissance. D’après le Nain, les véhicules de reconnaissance américains n’étaient tout simplement pas comparables aux BDRM-2 attachés au 17e RTG, et encore moins à leurs BMP-2, par ailleurs l’ennemi avait peu d’IFV comparables. Le Nain était, par ailleurs, convaincu que la rive ouest de cette satanée rivière n’abritait que des véhicules légers. Triste affaire pour Akhemdov. Ses tanks auraient eu l’avantage du nombre face aux américains en milieu urbain. À découvert, ils seraient à la merci des tanks américains et le colonel n’osait pas imaginer le massacre… Au moins il avait de bons T-80, rapides et modernes pas des déchets kharkovites [il pense aux T-64 conçus à Kharkpv qui souffraient de problèmes de fiabilité au début de leur carrière]. Il faudrait attirer les américains dans Bad Neustadt ou vers les fôrets alentours, il aurait peut-être une chance… Mais Akhmedov était sceptique. Laisser l’initiative à son ennemi allait à l’encontre de tout ce qu’on lui avait appris et de son instinct. Il fallait ordonner à ses subordonnés d’attaquer les tanks ennemis peu importe leur force. Les forcer au combat rapproché et les écraser sous une supériorité numérique locale. Car à l’inverse des soviétique les américains avaient tendance à manœuvrer leurs tanks en pelotons plutôt qu’en compagnies. Surement parce qu’ils faisaient plus confiance à leurs sous-officiers. En Union Soviétique, au contraire les officiers faisaient tout. Après tout à quoi s’attendre d’un conscrits Kirghiz de 18 ans incapable d’aligner deux mots de russe? Non pas que ses compères russes furent beaucoup plus fiables, cependant. Celà signifiait surtout qu'il était un peu plus probable que les capitalistes contre-attaques pêle-mêle. Soupire Le colonel se reconcentra sur son plan d’opérations. En gardant tous ces facteurs à l’esprit, Akhemdov envisageait d’agir ainsi : 1. Envoyer 1/17 et 2/17 BTG sur la Route 279 2. Utiliser les éléments de reconnaissance pour couvrir les flancs du convoi et trouver un passage au travers de la rivière Streu 3. Utiliser le 4/17 MTG pour défendre une tête de pont de l’autre côté de la rivière 4. Les cibles de son artillerie allaient dans cet ordre : a. Artillerie ennemie b. Les QGs ennemis c. Leurs tanks* d. Les véhicules plus légers. *Du à des rapports selon lesquels les véhicules ennemis utilisent des systèmes de vision thermique, ils tireront directement sur les tanks au lieu d’utiliser du fumigène. Les variantes : A. BG Red Storm rencontre des tanks ennemis sur la rive Ouest de la rivière Streu (donc surement à découvert) : 1. Faire accélérer les tanks pour aller au plus près de l’ennemi que possible 2. Envoyer l’infanterie mécanisée chercher la couverture la plus proche. 3. Appeler l’Artillerie. 4. Prier Marx et Lenine qu’ils ne détruisent pas tous ses tanks à des distances extrêmes. [On n’oublie jamais le traumatisme de se faire prendre à découvert par des M1 Abrams pour la première fois.] B. L’aviation ennemie arrive en force pour gâcher sa fête : 1. Prier que la DCA des BGT serve à quelque chose. (Akhmedov en était sceptique.) La reconnaissance : Akhmevod disposait de 6 pelotons de BDRM-2 Spandrel, dont 3 équipés d’AT-5 en qui il n’avait absolument pas confiance. Néanmoins, il aurait été sot de ne pas les utiliser. Aussi Akhmedov les gardera comme réserve anti-tank. Les autres BDRM-2 auraient pour mission d’affronter les patrouilles de reconnaissance ennemies et de trouver un point où la rivière serait traversable, des travaux du génie sont une possibilité mais elles ralentiraient le tempo de l’opération. Ce qui, cela va sans dire, est probablement la pire chose qui puisse arriver [1]. Aussi avait-il insisté sur ce point quand il avait briefé le capitaine de la compagnie de reconnaissance. D’après le Nain, il y avait des chances que tous les ponts sur la Streu n’aient pas étés détruits, et puisque le gros des objectifs du Battle Group Red Storm se trouvait de l’autre côté… Il faudrait traverser un jour. Le trajet des unités de reconnaissance. 1. La Manoeuvre : Le colonel a disposé ses forces comme se ceci : Avant-Garde : Avance typiquement en avant de la force principale mais derrière le détachement avancé (je n’en fait pas pour ce scénario) qui sert à la reconnaissance en force/à fixer en place les forces trop grosses pour qu’il puisse les détruire et faciliter leur destruction par la force principale avec le moins de ralentissement possible. Si y a des obstacles ou des mines, l’A-G va les prendre et permettre à la FP de faire un détour. Mission : Avancer sur la Route 279 et pratiquer une reconnaissance en force devant la force principale 1/1/17RTG (1ere Compagnie de Tank , 1er Bataillon de Tank, 17 RTG) Force principale, 1er échelon: Tout est dans le nom. Le 1er échelon à pour but d’ouvrir un chemin par la force dans les lignes ennemis, pour permettre au second échelon d’avancé frais et à pleine vitesse dans les arrières ennemis. Mission : Engager et détruire l’ennemi le long de la Route 279. Le reste du 1/17 RTG (Bataillon de Tank) 4/17 RTG (Bataillon Mécanisée) moins une compagnie (3/4/17 RTG) Force principale, 2e échelon : En charge de l’exploitation et de la destruction des réserves ennemies. Ce n’est pas une réserve, son introduction dans les arrières de l’ennemi une fois ses lignes ouvertes est préprogrammée Mission : Suivre le 1er E., attendre les instructions. 2/17 RTG (Bataillon de Tanks) 3/4/17 RTG (Compagnie Méca.) Réserve : À envoyer en cas de pépin/d’imprévus. Mission : Suivre le 1er E., par un autre chemin, attendre les instructions. 3/2/17 RTG (Compagnie de Tank) Réserve Antitank : 3*BDRM-2 avec AT-5 Spandrel. [2] Artillerie : 1*Batterie de SPA 122mm en support direct du 1er échelon 1*Batterie disponible pour tir sur ordre du colonel. La disposition des troupes du BG Red Storm La scène est prête pour l’épique combat des hommes du Battle Group Red Storm contre les capitalistes corrompus et leurs tanks terrifiants. [1] Les commandants soviétiques étaient obsédés par l’idée de mouvement vers l’avant [ou d'énergie cinétique - comme dit plus haut traduire ce terme, "momentum" est pas simple], qui leur permettait de gagner du temps et de prendre leur adversaire au dépourvu. D’où l’idée de l’attaque échelonnée où un échelon attaque l’ennemi et le pousse à l’épuisement, pour permettre l’introduction d’un second échelon qui ne sera pas ralentis par le combat initial avec l’ennemi. [2] Il est fort probable qu’Akhmedov les envoient chasser la première ombre d’Abrams don’t il entend parler
×