Aller au contenu
Bibrax

Seconde guerre mondiale (repères chronologiques)

Messages recommandés

Voila des repères bien sympas pour s'y retrouver,

piqué de Wikipédia (très instructif quand on veut appronfondir ses connaissances de base sur le sujet).

 

Merci de les compléter dans le même principe : DATE + petit descriptif, car il y en d'autres bien sûr.

 

2 octobre 1935
La seconde guerre italo-éthiopienne ou campagne d'Abyssinie est un conflit opposant l'Italie fasciste de Benito Mussolini à l'Empire d'Éthiopie de Haile Selassie I du 2 octobre 1935 au 5 mai 1936. Elle s'inscrit dans le cadre de la seconde tentative de l'Italie de s'emparer du pays après la défaite d'Adoua en 1896, qui avait fait du pays l'un des derniers pays libre d'Afrique.

 

17 juillet 1936
La guerre d'Espagne est un conflit qui, du 17 juillet 1936 au 1er avril 1939, opposa, en Espagne, le camp des républicains, composé de loyalistes à l'égard du Gouvernement légalement établi de la IIe République, et les nationalistes, un groupe de rebelles putschistes orienté à droite mené par le Général Francisco Franco.

 

7-8 juillet 1937 
Incident au pont Marco-Polo, près de Pékin, entre Chinois et Japonais. Dans les jours qui suivent, les Japonais entament la conquête de la Chine.

 

12 mars 1938
L’Anschluss ou AnschlußNote est l’annexion de l’Autriche par l'Allemagne nazie.

 

30 septembre 1938
Les accords de Munich furent signés entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie représentés respectivement par Adolf Hitler, Édouard Daladier, Neville Chamberlain et Benito Mussolini (qui s'était commis en intermédiaire) à l'issue de la conférence de Munich, tenue du 29 au 30 septembre 1938. Ces accords avaient pour but de terminer la crise des Sudètes mais, indirectement, ils scellent la mort de la Tchécoslovaquie comme État indépendant.

 

15 mars 1939
La Tchécoslovaquie, le 15 mars 1939, les troupes allemandes envahissent la Bohême et la Moravie. La jeune Tchécoslovaquie est alors éclatée pour une période de 6 ans.

 

7 avril 1939
L’invasion italienne de l'Albanie (7 avril - 12 avril 1939) a été une brève campagne militaire menée par le Royaume d'Italie contre le Royaume albanais. Le conflit a été une conséquence de la politique expansionniste de Mussolini.

 

1er septembre 1939 
L'armée allemande entre en Pologne. Français et Britanniques mobilisent le lendemain et déclarent la guerre à l'Allemagne le 3.
L’invasion de la Pologne ou campagne de Pologne (opération "Fall weiss") est une opération militaire entreprise par le troisième Reich contre la Pologne,le 1er septembre 1939 à 4h30.

 

9 avril 1940
L'opération "Weserübung" était le nom de code allemand désignant l'attaque par l'Allemagne nazie du Danemark et de la Norvège, marquant le début de la campagne de Norvège.
Aux petites heures du 9 avril 1940, l'Allemagne envahissait le Danemark et la Norvège, opération menée ouvertement comme une manœuvre préventive allant à l'encontre de l'occupation planifiée et ouvertement discutée de ces deux pays par une force franco-britannique.

 

10 mai 1940
Le nom de bataille de France désigne l'invasion allemande des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg et de la France. L'offensive débute le 10 mai 1940, mettant fin à la « drôle de guerre », et, après la percée allemande de Sedan, se termine le 22 juin par la défaite des forces armées françaises et la signature de l'armistice par le gouvernement Pétain.
Le nom de code de cette opération : "Fall Gelb".

 

L'opération Lion de mer (en allemand : "Seelöwe", en anglais : Sea Lion) était un plan d'invasion allemand du Royaume-Uni au début de la Seconde Guerre mondiale. Retardé à fin 1940, il fut définitivement abandonné en 1943. La bataille d'Angleterre faisait partie de l'Opération Adler initialement prévue pour donner à la Luftwaffe la supériorité aérienne sur le front ouest et permettre l'invasion des troupes au sol. Mais ces plans changèrent et l'Opération Adler devint le Blitz, c’est-à-dire le bombardement stratégique et intensif des villes britanniques.

 

L’invasion de l'Islande, du nom de code opération "Fork", est une opération militaire britannique menée par la Royal Navy et les Royal Marines le 10 mai 1940. Elle visait à assurer une présence britannique dans l'Arctique et de garder un contrôle sur les convois alliés dans l'Atlantique nord dans le cadre de la bataille de l'Atlantique. Elle fait suite au refus du gouvernement du Royaume d'Islande (alors dépendant du Danemark sous occupation allemande jusqu'à la déclaration d'indépendance de l'Islande en 1944), d'être un co-belligérant des Alliés et de permettre aux Britanniques de s'installer sur l'île et de garder ainsi un avant-poste dans l'Arctique. Il devenait évident pour les Alliés que l'Islande serait une cible privilégiée du Troisième Reich après ses succès contre le Danemark et la Norvège.

 

17 juin 1940 
Quelques jours après la déclaration de guerre de l'Italie au côté de l'Allemagne (10 juin) et l'entrée de la Wehrmacht à Paris (14 juin), le maréchal Pétain, nouveau chef du gouvernement français, demande l'armistice. Le lendemain, depuis Londres, le général de Gaulle lance à la B.B.C. un appel à poursuivre la guerre.

 

28 octobre 1940
l'Italie envahit la Grèce à partir de l'Albanie qu'elle occupe.

 

avril 1941
L'invasion de la Yougoslavie par les forces de l'Axe, dite également Guerre d'avril, a eu lieu en avril 1941 et marqua le déclenchement de la campagne de Yougoslavie.
L'invasion était désignée par l'Allemagne et ses alliés sous le nom de code "opération 25".

 

La bataille de Grèce (opération "Marita" en allemand) est une bataille qui s'est déroulée sur le territoire grec et en Albanie. Elle a opposé les forces de l'Axe aux Alliés (Grèce et Commonwealth). La bataille de Grèce est la suite de la guerre italo-grecque commencée à l'automne 1940. Le 28 octobre 1940, l'Italie envahit la Grèce à partir de l'Albanie qu'elle occupe déjà depuis avril 1939. Cependant, l'armée grecque prouve qu'elle peut résister et contre-attaque, forçant l'armée italienne à battre en retraite. Vers la mi-décembre, les Grecs occupent à leur tour un quart du territoire albanais. En mars 1941, une nouvelle offensive italienne échoue, mettant fin aux prétentions italiennes en Grèce, et obligeant l'Allemagne à intervenir pour venir en aide à son allié. Le 6 avril 1941, l'Allemagne envahit la Grèce depuis la Bulgarie afin de sécuriser son front sud. L'armée grecque largement inférieure en nombre et en équipement s'effondre.

 

22 juin 1941 
Après deux années d'entente bienveillante, Hitler s'en prend à l'Union soviétique. L’opération "Barbarossa", nommée en référence à l'empereur Frédéric Barberousse, est le nom de code de l'invasion. Elle est déclenchée le 22 juin 1941, un an jour pour jour après la signature de l'armistice entre la France et le IIIe Reich.

 

7 décembre 1941 
Attaque aéronavale japonaise contre la flotte américaine du Pacifique, basée à Pearl Harbor, dans les îles Hawaii. Les États-Unis entrent en guerre contre le Japon (8 décembre) et l'Allemagne (11 décembre).

 

23 octobre 1942 
Déclenchement d'une contre-offensive britannique victorieuse à El-Alamein, à l'ouest d'Alexandrie. L'Afrika Korps de Rommel est mis en déroute. Au même moment, les Anglo-Américains débarquent au Maroc et en Algérie (opération "Torch", le 8 novembre).

 

2 février 1943 
Capitulation allemande à Stalingrad, sur la Volga. L'avance germanique à l'Est est définitivement stoppée.

 

10 juillet 1943 
Débarquement allié en Sicile, qui entraîne la chute de Mussolini (25 juillet). Le nouveau dirigeant italien, le maréchal Badoglio, entame les négociations avec les Alliés.

 

6 juin 1944 
Débarquement allié en Normandie (opération "Overlord"). Le front de l'Ouest est ouvert.

 

20 octobre 1944 
Belgrade est libérée par Tito et la résistance yougoslave.

 

4-11 février 1945 
Conférence à Yalta entre Staline, Roosevelt et Churchill : les futures frontières orientales de la Pologne et le principe des zones d'occupation en Allemagne sont adoptés. L'Union soviétique s'engage à déclarer la guerre au Japon dans les trois mois.

 

8 mai 1945 
Capitulation sans condition du IIIe Reich à Berlin, quelques jours après la prise de la ville et la reddition des troupes allemandes d'Italie (2 mai).

 

6 août 1945 
Explosion d'une bombe atomique américaine à Hiroshima, suivie d'une seconde à Nagasaki le 9. Entre-temps, l'U.R.S.S. est entrée en guerre contre le Japon (8 août).

 

2 septembre 1945 
Signature de la capitulation sans condition de l'Empire nippon : la Seconde Guerre mondiale est terminée.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

20 janvier 1942

La conférence de Wannsee réunit dans une villa de Berlin quinze hauts responsables du Troisième Reich, pour débattre de l'organisation administrative, technique et économique de la solution finale à la question juive, voulue par Adolf Hitler et mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann Göring, Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Adolf Eichmann.

 

 

Je mets cette date pour mettre en lumière un des aspects les plus compliqués à gérer pour les concepteurs de jeux de simulation historique ayant pour thème la Seconde Guerre Mondiale, à savoir la politique génocidaire et "la destruction des Juifs d'Europe", pour reprendre la formule d'une des meilleurs historiens de la question, Hilberg. Je travaillais il y a quelques semaines sur cette question de la Shoah dans les jeux vidéos, et j'étais tombé sur une page d'un des forum Paradox, où les admins, de façon très catégorique non seulement expliquaient pourquoi la Shoah n'avait pas sa place dans un jeu vidéo, mais aussi menaçaient d'exclusion toute personne qui évoquerait le sujet. On comprend bien leurs raisons légitimes: le risque de voir un tas de trolls  néo-nazis et/ou négationnistes venir polluer les forums, des points Godwin atteints à chaque post... Mais en même temps cette absence de la Shoah dans la simulation pose de sacrés problèmes. On comprend bien la préoccupation de Paradox: un jeu qui est un produit du divertissement de masse n'est pas forcément l'endroit idéal pour évoquer la Shoah. Mais cette absence du coup s'apparente lui-même quasiment à un déni de l'existence de la Shoah, ou à "un point de détail" si on reprend la formule de sinistre mémoire. Je me demandais ce qu'en pensent les gamers des jeux de grande stratégie de la Seconde Guerre Mondiale...

Modifié par ElDesdichado

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso en effet cela serait bien de la mettre "pour la mémoire".

L'ennui c'est qu'on peut jouer l'Allemagne Nazi donc il faudrait que le joueur n'ai aucun contrôle sur ces camps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Max pour ta réponse et ta suggestion. C'est vraiment un problème compliqué je crois qu'il n'y a que de mauvaises solutions, que l'on choisisse d'intégrer ou non la dimension de la shoah et plus généralement des crimes de guerre sur les populations civiles dans les jeux de stratégie. Mais je ne vais pas plus loin ici pour ne pas trop parasiter le sujet de chronologie de la WWII de Bibrax.

Modifié par ElDesdichado

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

28 mai 1940, capitulation de l'armée Belge à l'Allemagne le gouvernement embarque pour Londres tandis que le roi refuse de quitté le sol nationale et se rend aussi au allemands. Le roi et la famille royale sont enfermées au palais de Laeken. Cette présence royale empêchera la mise en place d'un gouvernement fantoche en Belgique comme Norvège

Modifié par Endwars

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

20 janvier 1942

La conférence de Wannsee réunit dans une villa de Berlin quinze hauts responsables du Troisième Reich, pour débattre de l'organisation administrative, technique et économique de la solution finale à la question juive, voulue par Adolf Hitler et mise en œuvre, sur ses instructions, par Hermann Göring, Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Adolf Eichmann.

 

 

Je mets cette date pour mettre en lumière un des aspects les plus compliqués à gérer pour les concepteurs de jeux de simulation historique ayant pour thème la Seconde Guerre Mondiale, à savoir la politique génocidaire et "la destruction des Juifs d'Europe", pour reprendre la formule d'une des meilleurs historiens de la question, Hilberg. Je travaillais il y a quelques semaines sur cette question de la Shoah dans les jeux vidéos, et j'étais tombé sur une page d'un des forum Paradox, où les admins, de façon très catégorique non seulement expliquaient pourquoi la Shoah n'avait pas sa place dans un jeu vidéo, mais aussi menaçaient d'exclusion toute personne qui évoquerait le sujet. On comprend bien leurs raisons légitimes: le risque de voir un tas de trolls  néo-nazis et/ou négationnistes venir polluer les forums, des points Godwin atteints à chaque post... Mais en même temps cette absence de la Shoah dans la simulation pose de sacrés problèmes. On comprend bien la préoccupation de Paradox: un jeu qui est un produit du divertissement de masse n'est pas forcément l'endroit idéal pour évoquer la Shoah. Mais cette absence du coup s'apparente lui-même quasiment à un déni de l'existence de la Shoah, ou à "un point de détail" si on reprend la formule de sinistre mémoire. Je me demandais ce qu'en pensent les gamers des jeux de grande stratégie de la Seconde Guerre Mondiale...

Oui et c'est voulu par paradox.

 

Ensuite c'est vraiment compliqué de traité ce sujet sur ce type de jeux.

Il reste un wargame , et non une simulation de la persécution et l'extermination de millions de personnes et cela se comprend.

 

@ Bibrax excellent cette Chrono , cela servira je pense à pas mal de joueurs 

Modifié par Alan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

30 novembre 1939 - 15 mars 1940 : Guerre d'Hiver entre la Finlande et l'URSS. Les soviétiques tentent d'étendre leur contrôle sur leurs frontières et par conséquence sur la mer Baltique. Faisant suite à la partition de la  Pologne en septembre 1939 et à l'annexion des pays baltes et de la Bessarabie sur la Roumanie par l'Union Soviétique en 1940, l'agression est lancée face au le refus catégorique des autorités finlandaises à se plier aux exigences russes. Les soviétiques patinent durant tout l'hiver et la Finlande tient bon en attendant une hypothétique aide des alliés. Poussée aux négociations avec le retour du printemps et des offensives soviétiques, elle perd l'isthme de Carélie avec la deuxième ville du pays Vyborg et d'autres territoires le long de la frontière mais conserve son indépendance.

 

précisions sur la disparition de la Tchécoslovaquie en 1938-1939 : La Slovaquie est crée en tant qu'état fantoche de l'Allemagne Nazie en 1939, la Hongrie récupère des terres au sud du pays, le long de la frontière en 1938 et annexe la partie orientale en mai 1939 et la Pologne occupe Těšín le 2 octobre 1938.

 

25 juin 1941 - 19 septembre 1944 : Guerre de continuation entre la Finlande et l'URSS. La Finlande tente de récupérer ses territoires perdus lors de la Guerre d'Hiver. Les mois suivants l'offensive de l'Allemagne et de ses alliés, elle recouvre ses objectifs mais refuse d'aller plus loin. Elle participe néanmoins au siège de Leningrad. En 1944, les soviétiques contre-attaquent mais sont arrêtés lors de la bataille de Tali-Ihantala. Une paix séparée est alors conclue, laissant une fois de plus son indépendance à la Finlande, contre son entrée en guerre contre l'Allemagne.

 

1er Août- 2 octobre 1944: insurrection de Varsovie. L'AK (armée de l'intérieur polonaise) tente de devancer le gouvernement polonais communiste voulu par Staline en libérant le pays avant l'arrivée des troupes soviétiques. La répression est terrible et la ville est quasiment entièrement rasée devant les soldats de l'Armée Rouge se trouvant à quelques kilomètres. La ville est vidée de ses habitants et cesse de vivre jusqu'à la fin de la guerre.

 

Septembre 1944 - Avril 1945 : Guerre de Laponie. Le corps expéditionnaire en Finlande se bat contre ses anciens alliés en vertu de l'accord de paix entre la Finlande et l'URSS. Peu à peu, le conflit se porte au nord, en Laponie, les allemands profitants de leurs lignes de ravitaillement en provenance de la Norvège. Les combats cessent définitivement en avril 1944, après que la région fut dévastée.

 

En passant, j'imagine qu'il y a sans doute déjà eu mille et une discussion sur le sujet "faut-il intégrer la Shoah au jeu ?", ce qui d'un point de vue réaliste est tout à fait défendable : les trains de déportés passaient avant ceux de munitions et de ravitaillement et influait directement sur l'économie de guerre, mais d'un point de vue éthique, même sous la forme d'événements incontrôlable, c'est dérangeant.

Modifié par Antoni

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

27 mai 1941
Le Bismarck est un cuirassé allemand de la seconde guerre mondiale, fleuron de la Kriegsmarine du IIIe Reich et qui porte le nom du chancelier Otto von Bismarck (1815-1898). Il est célèbre pour avoir coulé le HMS Hood et pour avoir été pris en chasse par les navires britanniques à la suite du naufrage du Hood, jusqu'à ce qu'il sombre lors de l'engagement du 27 mai 1941. Il fut, avec son navire-jumeau le Tirpitz, le bâtiment le plus puissant du régime nazi et la fierté de son pays.

 

5 juillet 1943
La bataille de Koursk constitue la plus grande bataille de chars de l'histoire. Elle oppose du 5 juillet au 23 août 1943 les forces allemandes aux forces soviétiques sur un immense saillant de 23 000 km2 situé au sud-ouest de la Russie, à la limite de l'Ukraine, entre Orel au nord et Belgorod au sud. C'est l'une des batailles qui ont déterminé l’issue de la seconde guerre mondiale en Europe. Cette offensive fut nommée opération Citadelle.

 

septembre 1944
L'opération Market Garden est une opération militaire alliée essentiellement aéroportée de la Seconde Guerre mondiale qui se déroula en septembre 1944. Il s'agissait d'une tentative principalement menée par les armées britanniques (proposée par le maréchal Montgomery) de prendre des ponts franchissant les principaux fleuves des Pays-Bas occupés par les Allemands. Le succès aurait permis aux Alliés, de contourner la ligne Siegfried et d'accéder à l'un des principaux centres industriels du 3e Reich, la Ruhr et donc de terminer plus rapidement la guerre.

 

16 décembre 1944
La bataille des Ardennes est l'appellation donnée à l'ensemble des opérations militaires qui se sont déroulées en Ardenne belge et dans le nord du Grand-Duché de Luxembourg pendant l'hiver 1944-1945. La bataille commence le 16 décembre 1944 par une attaque surprise allemande à laquelle on a donné le nom d'« offensive von Rundstedt ».

Modifié par Bibrax

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

5-7 juin 1942 bataille de Midway point d’arrêt a l’expansion japonaise dans le pacifique

3 mars- 7 juillet 1944 opération U-Go qui vit se dérouler la bataille Imphal et de Kohima

23-27 octobre 1944 bataille du Golfe Leyte destruction de la flotte Impérial Japonaise

7 avril 1945 Opération Ten-Go qui est la dernière opération naval japonaise qui verra la destruction du Yamato

9 aout 1945 offensive Soviétique contre les Japonais en Mandchourie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

22 juin 1944

L’opération Bagration est le nom de l'offensive générale d'été de l'Union soviétique du 22 juin au 19 août 1944, visant à nettoyer de toute occupation militaire allemande la République Socialiste Soviétique de Biélorussie (Russie blanche). C'est la plus grande opération militaire de l'année 1944. On peut résumer cette opération en quelques mots : «les Russes déferlent ».

 

22 septembre 1940
L’invasion japonaise de l’Indochine (22 au 26 septembre 40), précédant d'un an le déclenchement de la guerre du Pacifique proprement dite, aboutit à l'occupation d'une partie de l'Indochine française par l'Empire du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les Américains n’avaient pas pris au sérieux les projets japonais d’occupation de l’ensemble de l’Asie orientale ; pourtant, l’occupation de l’Indochine française (en deux temps, en septembre 1940 et juillet 1941) s’était traduite par des représailles économiques : gels des avoirs japonais aux États-Unis, un embargo sur l’essence et l’acier…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un bonne idee de faire ce memo mais je crois que maintenant il est suffisant, le faire trop long et c'est noyer le sujet dans une multitudes d'info

que plus personne ne liras :marto:

Arreter d'en rajouter ,peut etre meme serait-il souhaitable d'en enlever pour ne garder que ce qui peut-etre conciderer comme  vraiment  les momments

clefs de la IIeme GM, les moments "etapes"  

on pourrait aussi ne se contenter que de le surligner .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×