Aller au contenu
Loup

[EU4] Que Dieu protège le Roi, le Parlement et la Nation

Messages recommandés

((Du coup, Xilot est parlementaire de Londres jusqu'à nouvel ordre, et Swompy de Meath, tandis que Lunarc pour Guyenne (c'est le plus proche du Poitou) et Endwars, labtedlc et Urghar dans leurs fiefs respectifs ))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Période 1455 - 1461 pour ce chapitre, donc juillet 1461))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Nouveau chapitre que j'ai publié rapidement, peut-être un peu bizarre à cause des passages écrits en juillet. Inauguration pour demain))
med_gallery_52256_88_53523.jpg
 
Nom : Mary Lancastre
Naissance : 16 mars 1445
Religion : Catholique

Nationalité : Anglaise
Ordre : Noblesse
Poste : Reine d'Angleterre et de France, duchesse de Normandie et d'Aquitaine et dame d'Irlande
Titre : (contrôle ingame Londres, sinon pareil)
Biographie : L'une des deux sœurs du couple royal anglais, le père de Mary était fou, et sa mère assez éloignée de ses enfants. Mary est douée en matière diplomatique, avec la possibilité de négocier et discuter avec habileté. Cependant, elle manque cruellement de compétences en matière administrative, et ses capacités militaires ni excellentes ni mauvaises. Déterminée mais incertaine en début de règne, elle a besoin de s'entourer de conseillers compétents et avec de l'expérience pour mieux comprendre le jeu politique. Ses seules véritables références pour le moment son grand-père René d'Anjou et le Pape Xylitus IV, qui la soutient. Elle est aussi très pieuse. 

Modifié par Loup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nom : Thomas III Nebredge

 

Naissance : 1420

 

Nationalité : Anglais

 

Ordre : Bourgeois

 

Religion : Chrétien catholique

 

Poste : ?

 

Biographie : fils cadet de Thomas II, ancien président du parlement.

Il a suivi des études de droit et de théologie à Oxford, puis a participé à une ambassade à Rome, où il a aussi bien participé aux discussions diplomatiques qu'approfondi ses connaissances, en passant par les universités de Bologne, ou par Florence...

Il est revenu d'Italie quelques jours avant l'incident qui a rendu son père sénile et impotent (sans doute un avc), et il lui a fallu le temps de remettre en ordre les affaires familiales...

Il a alors brièvement pris le commandement d'un corps d'armée anglais dans la guerre contre la Picardie, conflit où il n'a pas démérité, mais sans briller.

Par la suite, il a officié comme diplomate à la cour d'Autriche, ce qui l'a inévitablement éloigné de la cour, et du parlement...

 

Maintenant, c'est un siège au parlement qu'il souhaite... Soit Oxford, qu'il connait bien, Londres où vit sa famille, ou le Lincolnshire où son frère est toujours évêque...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chapitre 3 - 1455 - 1461

 

Inauguration du Parlement - 1461

 

bbo_rm_1926_50_1_large.jpg

 
Mary, reine d'Angleterre et de France, duchesse de Normandie et d'Aquitaine, dame d'Irlande, déclare la session parlementaire de 1461 est ouverte! 
 
La session parlementaire, débutée par une déclaration royale, suivie d'une déclaration du Président des deux chambres, puis d'une présentation par les conseillers royaux de leurs conseils en matière de gestion, continuera avec un débat et une discussion générale et se terminera par un vote décisif et finalement une clôture de la session par le Président et puis la reine.
 
Pour débuter, la reine Mary confirme Sir Edmund Richard en tant que président des deux chambres du Parlement. Le duc Johan Ondor garde sa position en tant que conseiller royal responsable des finances et du commerce est Thomas de Pembroke en tant que conseiller royal responsable de la marine et de la diplomatie. À eux de, après la déclaration du Président, présenter leurs conseils devant ce Parlement de 1461. Cependant, étant donné qu'il n'y a pas de conseiller royal responsable de l'armée et commandant en chef, c'est en collaboration avec de nombreux proches de son père, le feu roi Henri VI, roi d'Angleterre et de France, duc de Normandie et d'Aquitaine, seigneur d'Irlande, que Mary propose les choses suivantes dans ce domaine:
 

1. Armée

 

La reine Mary propose de consolider l'armée pour pouvoir défendre le royaume. Elle propose de laisser le temps pour consolider les effectifs. Si nécessaire elle préconise un recrutement de mercenaires pour renforcer les rangs de l'armée. 

 

2. Fortifications
 

La reine Mary propose de garder les forts continentaux en état, mais de pour le moment diminuer la garnison des forts de Meath et Marches au strict minimum pour pouvoir économiser de l'argent en temps de paix. 

 
3. Commandants 
 
La reine Mary propose de ne rien changer en matière de généraux, puisqu'elle leur fait pleinement confiance et qu'ils ont bien assisté son père lors des précédents conflits. 

 
Voilà donc la suggestion royale dans le domaine du militaire, étant donné qu'il n'y a pas de conseiller membre de ce Parlement responsable de ce domaine. Les deux conseillers royaux vont ensuite pouvoir présenter leurs projets pour leurs domaines respectifs. 
 
Comme sujets de discussions pour cette session parlementaire de 1461, en outre de ses propositions et celle des conseillers à venir, Mary propose de traiter la question de comment le royaume devrait être dirigé lors d'une éventuelle régence, l’attitude à adopter vis-à-vis de l'Écosse et la Bretagne, la question du trône français suite au traité de Troyes, la direction politique de comment le royaume doit être dirigé pendant les années à venir ((les idées, c'est bientôt, donc vous pouvez déjà commencer à réfléchir)), comment traiter le duché de Connacht en Irlande dont Mary est la suzeraine; de quelle façon nous devons d'un point de vue de commerce interagir avec les nouveaux duchés dans les territoires avant sous le contrôle bourguignon, puis comment gérer l'expansion des cités et la centralisation. 
 
Mary nomme Thomas III Nebredge parlementaire d'Oxfordshire et Nestor de Raineix Comte de Meath, ainsi que diplomate. À Nestor de Raineix le contrôle de cette province, et la possibilité de faire des rapports réguliers en tant que diplomate et comte. Thomas III Nebredge est invité à participer à cette session du Parlement.
 
Au tour du Président des deux chambres, Sir Edmund Richard, de faire sa petite déclaration d'ouverture, pour ensuite permettre aux conseillers de présenter leurs suggestions pour les années à venir et puis permettre aux parlementaires de discuter des sujets à traiter. Après cela ((et non avant!!!, si vous voulez faire du blabla vous pouvez, il y a la chaîne HS exprès )) les membres vont pouvoir débattre librement.
 

À tout moment, la reine peut imposer l'une de ses décisions ou trancher, voire fermer la session prématurément. 

 

Les décisions finales de cette session restent valables jusqu'au maximum 1470. 
 
((Pour me contacter, par MP ou message sur la chaîne. Je laisse donc à Xilot, en tant que président, la possibilité de dire un mot avant les conseillers))
 
Modifié par Loup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Swompy, faut lire les règles avant de poster. :P))

Modifié par Lunarc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((D'où le message masqué. À Xilot de faire un message d'abord, et puis les deux conseillers))

Modifié par Loup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((arthur portland va revenir :P ))

((? Quoi? Le personnage de syluri?))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Quoi? Un deuxième compte?  :surpris: Je ne comprends plus rien maintenant.. ))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sir Edmund Richard se lève et pris une forte inspiration :

 

Tout d'abord, je souhaite remercier notre Reine de m'avoir proposé le Poste de Président et je lui assurerait une dévotion sans faille à cette tâche.

 

Concernant la politique en cours, je préconise pour ma part de renforcer notre position sur le continent le plus possible avant que les français annexent ses territoires avant. Notamment donc la Bretagne qui fera sans doute une bonne marche militaire. Quand à la France, il vaudra sans doute mieux attendre une opportunité pour l'attaquer et ceci en priorité.

 

Quand à l'Ecosse et aux différents seigneurs irlandais, cette question reste pour moi secondaire : même si l'Ecosse n'est pas négligeable, il est fort probable que l’intégralité des îles britanniques soient anglaises sans trop de difficultés. D'ailleurs, il vaudra mieux incorporer le plus vite possible le duché de Connacht au royaume afin de pouvoir tourner nos efforts diplomatiques dans une autre direction.

 

Concernant les idées, je propose soit de se tourner vers une armée axée sur la défensive afin de combattre les Français ou alors se tourner vers le commerce, l’idéal sera sans doute les deux.

 

Pour le commerce, nous devrions sans doute tenter de transferer une part du commerce des Flandres (voire de la Hollande) vers nos ports et ceci en échange de relations privilégiées avec ses pays voire d'une alliance.

 

Enfin, la gestion de l'expansion des cités devrait être au main du gouvernement et qui devrait idéalement encourager les initiatives privées de constructions. Quand à la centralisation, elle devrait primer afin que les ressources du royaume soient utilisées le mieux possible.

 

Merci de m'avoir écouté et je déclare la scéance ouverte !

 

((PS : Heu rappelle moi Loup, il y avait un héritier ou pas ?))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre Majesté est trop bonne de m'avoir donné ce que je vous implorait de m'offrir.

Je demande,comme première mission en tant que diplomate de notre royaume,a être envoyé en Bretagne afin d'étudier la possibilité de vassalisation du Duché, et, s'il refuse, de l'attaquer.

Le trône français revient à son propriétaire légitime, pas a une loi créé en vitesse par les "nobles" français.

A mon humble avis,le duché de Connacht doit unifier l'Irlande sous sa bannière, afin de rendre plus douce l'inévitable intégration dans le Royaume d'Angleterre.

La garnison de mon fort de Meath ne me sert point,vous pouvez la prendre, pour l'envoyer, par exemple, sur le front français, si vous envisagez une attaque.

Il faut centraliser un peu plus le pays, mais par étape,et sans se presser.

Vous êtes avisée, ma reine, de discuter du sujet de la Régence, délicat s'il en est, car ces périodes sont souvent troublés par des coquins tentant de cueillir le pouvoir quand il est affaibli.Je pense donc qu'il faut établir une Règle d’Airain qui ne pourra pas être modifié, dans l’intérêt du pays.

 

Nous avons appris via des sources fiables que les Portugais et les Castillan avaient entrepris l'exploration des mers a l'Ouest, et y avaient découvert de grandes richesses.Il serait bon de nous y mettre le plus vite possible.

 

- Nestor de Raineix

Modifié par Loup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((PS : Heu rappelle moi Loup, il y avait un héritier ou pas ?))(

(Oui, la sœur de Mary est l'héritière))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Au tour de Endwars et Heknerr de présenter leurs suggestions en tant que conseillers)

 

((Déclaration de Swompy:))

 

 

 

Gégoire de Raleigh
 
Ma chère reine.
Je tiens à vous rendre hommage et à vous servir de la même manière que sa très regrétée Majesté.
Ma loyauté vous est entière.
 
Je vous propose dans un premier temps d'exhumé la dépouille de Robert III et de le faire enterré en Artois, comme il semblait le vouloir.
Il était un homme fidèle à la couronne, et le peuple appréciera certainement, car encore aujourd'hui ses récits et ses histoires le rendent populaire.
 
Je suis contre les licences d'exportations :
elles seront responsables de la monté des prix pour le peuple, et la rente que nous obtiendront ne permettra jamais de couvrir les pertes dût à l'affaiblissement de notre économie.
De plus, ce système tend à favoriser la corruption. Nous avons trop à y perdre. Annulons au plus vite les licences
 
1- Pour : Consolidons nos armée. Attaquons la France au moment où elle voudrait le moins
 
2- Pour : Nous devons fortifier le rivage des côtes françaises, y faire débarquer nos troupes et attendre le Grand Soir et l'Aube Glorieuse.
 
3- Des alliés comme l'Autriche seraient d'une grande aide.
Le meilleur serait également d'excommunié ce prétendu Roi de France. Je connais bien le Pape actuel. Il est plus porter sur la braguette que sur les jupes, je peux vous l'assurer.
Il a aussi un faible pour l'argent, l'or, et la richesse en général. La corruption et la peur seront certainement efficace sur lui.
Nous devons porter la mort et la guerre en France. Laissons l'Ecosse aux écossais, ils ne sont pas une menace, et leur terre est pauvre.
Pareil pour les Irlandais. Concentrons nous sur la Grande Ennemie pour enfin prendre ce qui nous reviens légitimement.
Misons sur un développement technologique militaire. Que ce soit en qualité ou en quantité, nous devons faire mieux que la France. Ce royaume nous appartient, je proférerais que nous nous consacrions exclusivement à la Grande Ennemie que de perdre notre temps à l'étranger.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le vieille hommes se leva et prenant place dit d'une voix faible et fatigué.

 

Moi Johan Ondor, Duc de Northumbrie, 

 

Je m'oppose a tout développement de notre armée terrestre pour éviter la perte de brave gens dans des Terres qui ne sont plus a nous depuis que les barons français nous ont reniés. De même que le peuple croule déjà sous de forte taxes. Nous devons devenir la nouvelle Athènes de notre époque, la démocratie du peuple anglais dirigé par notre Reine doit éclairer le monde connus et inconnue. 

 

Trop de fois le peuple anglais à souffert de cruel perte dans des guerres inutiles, la France est un lieux maudit pour nous. Par deux fois déjà nous en avons été chassé, je pense qu'il suffit. 

Notre rempart n'est pas le corps de nos fils, frères et cousins mais notre flotte. Si Dieu nous a mis sur une îles c'est pour que nous gouvernions les mers et non pas les terres d'Europe.

Il nous faut pour cela unifier les îles britanniques en annexant l'Irlande et en faisant juré fidélité les terres d’Écosse à la couronne d'Angleterre comme le fit faire Edouard I votre glorieuse ancêtre.

 

Nous devons donc privilégier le contrôle des îles britannique avant de penser a une guerre sur le continent. Laissons donc de faible garnisons en Angleterre et fortifions les terres d'Europe mais sans plus de dépense que nécessaire. 

 

Pour les commandements, je me fais vieux, je laisse à la jeunesse la lourde tache de choisir les hommes qui devront se battre pour la Reine. 

 

Pour votre demande sur la Régence, je pense que le fait de préparer un testament avec la nomination d'un conseil de 3 membres issus du Clergé, de la Noblesse et du Peuple de Londres devrait permettre de gouverner sagement en attendant le moment venu.

 

Lord Ondor, descendit alors de l'estrade puis se dirigeant vers sa place mais à mis chemin s'écroula sur le sol tremblant 

 

Un jeune homme qui observait la conversation se lança dans la direction 

 

Grand-Père, appeler un médecin vite je vous prie, me grand père souffre et brûle d'une forte fièvre mais n'a pas voulu remettre se prestation en l'Honneur des titres donner par le Roi et la Reine. 

Modifié par Endwars

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Ce conseiller sans aucun programme dans son domaine, sauf de la critique... :siffle: Faudrait peut-être démissionner avec pour cause un désaccord avec la ligne des autres conseillers de Sa Majesté, par ce que sinon il n'y a aucune ligne pour l'économie et le commerce))

Modifié par Loup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nom : Philippe Leroux

 

Naissance : 12 novembre 1435

 

Nationalité : française

 

religion : catholique

 

Ordre : bourgeoisie

 

Biographie :

fils d'un riche marchand de Calais, héritier des possessions de son père, mort en 1458.
Il possédait des ateliers de dentelle et autre textile ainsi que d'un réseau de commerce international et un bureau de change à Calais.

Son père a beaucoup profité de la désignation de Calais comme port exclusif pour s’enrichir.
Leroux est favorable à ce qu'un roi anglais soit sur le trône de France car l'animosité entre les deux royaumes gêne le développement de son réseau commercial en France. Il privilégié ses intérêts propres ainsi que ceux de la partie continentale européenne.
Comparativement, les affaires en cours au sein des îles britanniques lui sont secondaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((Bienvenue! :) Ton poste sera celui de parlementaire de Calais.))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

((C'est OK de le garder (même préférable)))

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×