Aller au contenu
tguyon

Cold War 2

Messages recommandés

Bonsoir. Je commence juste le scénario avec Reagan. Une faute de frappe signalé dans l'évent ''le plan Volcker''

 

 

La machine s'est emballée, il faut lui donner un coup d'arrêt !
La Réserve Fédérale vien tde relever fortement ses taux d'escompte et le montant des réserves obligatoires des banques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Collectionneur a dit :

Bonsoir. Je commence juste le scénario avec Reagan. Une faute de frappe signalé dans l'évent ''le plan Volcker''

 

 

La machine s'est emballée, il faut lui donner un coup d'arrêt !
La Réserve Fédérale vien tde relever fortement ses taux d'escompte et le montant des réserves obligatoires des banques.

Merci mec !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et j'ai vu le drapeau du Sud Viet Nam sur la liste des actualités

 

Event Jeux Olympiques

 

La polémique est vite retombée et notre gouvernement n'a pas cédé à la solution de facilité d'un boycott.
C'est au contraire parceque la tension est à son comble qu'il faut maintenir le contact et les relations.
Notre participation à ces jeux devrait permettre de faire retomber la tension.

Modifié par Collectionneur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Von Huntzer a dit :

Je me demandais, est-ce possible de gagner la bataille de Dien Bien Phu avec la France ?

Oui, mais honnêtement il faut un Viet minh a bout de souffle et sans armes lourdes

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour.

 

Petit message pour signalé trois gaffes sur le scénario 1980-1985 avec Reagan.

Il y a des forces franco-britanniques en Libye, un contingent américain encore en Autriche, et quand la Papouasie Nouvelle Guinée devient indépendante 1985, elle est classée comme monarchie constitutionnelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors : très bientôt une grosse maj européenne 

avec dedans :

-3 nouvelles idéologies (démocratie chrétienne, syndicalisme "libre", gaullisme)

-les Stay Behind

- Irving Brown

- Un système d'aide plus développé et détaillé pour les écrans de pays

La maj est finie mais est en attente de traduction en anglais pour être livrée (parcequ'elle impact le contenu déjà en ligne)

 

Ce sera suivi d'une maj afghane

- les groupes afghans seront tous dans le jeu avec des traits plus fins.

- 2 nouveaux événements majeurs afghans pour le soviétique en 1982 et 1983

- Des scripts de comportement spécifique pour les guérillas afghanes 

 

Ensuite, au choix :

1985-1989 ou France jouable jusqu'en 56,58 ou 62

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, tguyon a dit :

Alors : très bientôt une grosse maj européenne 

avec dedans :

-3 nouvelles idéologies (démocratie chrétienne, syndicalisme "libre", gaullisme)

-les Stay Behind

- Irving Brown

- Un système d'aide plus développé et détaillé pour les écrans de pays

La maj est finie mais est en attente de traduction en anglais pour être livrée (parcequ'elle impact le contenu déjà en ligne)

 

Ce sera suivi d'une maj afghane

- les groupes afghans seront tous dans le jeu avec des traits plus fins.

- 2 nouveaux événements majeurs afghans pour le soviétique en 1982 et 1983

- Des scripts de comportement spécifique pour les guérillas afghanes 

 

Ensuite, au choix :

1985-1989 ou France jouable jusqu'en 56,58 ou 62

Merci pour les informations :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous. Passage après une longue absence

 

J'indique juste un e en trop à l'event ''éliminez les contre révolutionnaires'' en jouant coté chinois:

 

La grande campagne a été lancée !
Les experts soviétiques nous ont aidé à mettre en place notre propre système de goulag : le Lao-Gai.
Les ennemis de classe qui n'ont pas été exécutés sont envoyés en camp de rééducation par le travail.
Les membres importants du KMT qui nous avaient rejoint sont au contraire traités avec honneur et égards. Déjà des hauts dignitaires du régime de Taïwan nous ont fait part de leur désire de revenir en Chine continentale.

 

Je signale également un article qui peut vous intéressez sur le ''retour'' de familles réfugiés en Occident venant de l'ex empire russe après la Seconde Guerre mondiale. On peut peut etre imaginé un event ou les conditions de retour sont corrects donnant une + à l'économie du pays et en prestige au lieu de ce gâchis ?  :

 

https://www.romandie.com/news/ZOOM-Au-B-larus-l-histoire-oubli-e-des-enfants-de-France-rapatri-s-en-URSS/950220.rom

 

Au Bélarus, l'histoire oubliée des "enfants de France" rapatriés en URSS

 

Quand elle a embarqué dans un bateau pour l'URSS il y a 70 ans, Ianina Statchko était loin de s'imaginer qu'elle ne reverrait plus son pays natal: la France.

Cette retraitée de 88 ans vivant au Bélarus fait partie de ces "enfants de France", comme les a surnommés la presse bélarusse, emmenés par leurs parents qui avaient cru aux sirènes de la propagande soviétique et répondu à la vague de rapatriement lancée par Moscou.

A leur arrivée en URSS, ils ont perdu leur nationalité d'origine, découvert le dénuement et, pour les moins chanceux, la répression politique.

"J'aurais pu bien sûr accomplir plus de choses en France qu'ici. Mais il est évidemment trop tard pour revenir. J'aimerais revenir au pays, retrouver notre maison. Et peut-être voir Paris… Je n'ai jamais été à Paris", soupire Ianina Statchko, rencontrée par l'AFP dans une ferme de l'ouest du Bélarus, près des frontières polonaise et lituanienne.

Comme de nombreuses autres, sa famille est arrivée en France en 1929, en provenance de Pologne, pour pallier le manque d'ouvriers dans les mines du Nord alors paralysées par des grèves.

"En France nous vivions bien. Nous avions une maison que mon père avait obtenue de la mine", se souvient l'octogénaire.

- Arrestations dès l'arrivée -

Mais son père, après la Deuxième guerre mondiale, perd son travail. Et la région bélarusse dont il est originaire est rattachée à l'URSS. Commencent alors des discussions dans le foyer, qui lit la presse soviétique et sa propagande.

A l'époque, l'URSS entreprend une grande campagne de rapatriement: prisonniers, travailleurs forcés, réfugiés de guerre soviétiques; mais aussi immigrés et exilés ayant fui après la révolution bolchévique.

En 1952, les statistiques soviétiques estimaient à 4,3 millions le nombre de rapatriés - déplacés de guerre et anciens exilés - venus principalement d'Europe continentale (Allemagne, Autriche, Roumanie, France, Pologne, Italie) mais aussi du Royaume-Uni et même des États-Unis.

"Mon père a finalement dit qu'il souhaitait rentrer à la maison. Mais moi, personne ne m'a demandé mon avis", raconte Ianina Statchko, qui était devenue couturière en France.

En 1948, la famille quitte Marseille pour Odessa, en Ukraine, avec 2.800 autres rapatriés.

"Nous voyagions comme des ouvriers, en troisième classe. Des personnes en première et deuxième classes emmenaient avec eux leur voiture, d'autres leurs biens, certains laissaient en France une entreprise. Il y avait des médecins, des ingénieurs, des enseignants...", énumère Ianina Statchko.
A l'arrivée, les passagers des première et deuxième classes subissent immédiatement la répression stalinienne.

"Ils les ont arrêtés et ont confisqué leurs biens", résume la vieille dame, dont la famille, privée de passeports français, est transportée dans des wagons à bestiaux au Bélarus.


Devenu employé d'un kolkhoze, son père ose un jour s'exprimer: "Lors d'une réunion de paysans, mon père a craqué et s'est mis à gronder le président (du kolkhoze). Il a pris un an de prison pour +subversion contre la collectivisation+".

"Nous avons été très effrayés et nous sommes restés silencieux. Où aurais-je pu étudier? Pendant cette période, on essayait juste de vous faire taire. J'envoyais des lettres en France mais j'ai arrêté parce que nous avions peur", poursuit Ianina Statchko.

- Retrouvés par la France -

Grâce à une machine à coudre française miraculeusement conservée, la famille de Ianina survit à la faim et aux maigres rations d'après-guerre. Jusque dans les années 1970, elle coud des robes à la mode française des années 1940.

En 1973, la France retrouve la trace de son père et lui verse jusqu'à sa mort, puis à sa femme, une retraite confortable pour son travail dans les mines françaises.

Mais avec la dislocation de l'URSS, la trace de ces anciens Français se perd dans les années 1990.

En janvier dernier, la presse locale bélarusse fait resurgir l'histoire de Ianina Statchko. Début juillet, elle est invitée à l'ambassade de France à Minsk avec une dizaine d'"enfants de France" et leurs descendants.

De l'ambassadeur français, l'ancienne couturière a obtenu la promesse d'un dernier voyage dans le village du nord de la France où elle a vu le jour il y a près de 90 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×