Aller au contenu
laurentlefou

'' Palmiers, Rhinocéros et Mig21'' (DCS)

Messages recommandés

Empire Centre-africain 

 

Bokassa 1er Empereur de centre-afrique est à la tête du plus puissant état de la région. Riche en Diamants, en Uranium, solidement allié à la France ancienne force coloniale mais aussi à la Roumanie et la Bulgarie la Centrafrique est la grande puissance régionale.  l'Empire dispose d'une armée de terre très nombreuse mais manquant de qualité et d'une solide armée de l'air. Après sa prise de pouvoir en 1962 à 40ans Bokassa 1er réussit un véritable miracle économique ''Les quatre glorieuses années''. Redistribuant l'entièreté de la rente diamantifère à l'éducation et aux besoins basiques durant quatre années ainsi que l'abandon des taxes sur le petit commerce. Alors que le cours du diamant atteint des sommets à Anvers (prononcer : Anvairss) et que Bokassa remporte succès politique sur succès économique il continue à vivre et sa popularité augmente rapidement.  Trois années de suite la jeune république connaît une croissance de 9 à 13% est cité en modèle à l'international. 
 

A cela s'ajoute le coup de maître politique de Bokassa la fusion avec l'ancienne colonie allemande gérée par la Belgique le Urumbi. Les français, les belges,les roumains, les bulgares viennent investir dans les infrastructures à mesure que la centre-afrique prends de la mesure et son président une carrure internationale. Les mines d'uranium de l'est sont à plein rendement. La réforme agraire planifiée est un franc succès. Alors que Bokassa se couronne Empereur en 1967 c'est à la suite d'un référendum populaire triomphal sans soupçon de fraude, il obtient 73% de votes positifs et promets un référendum tous les quatre ans. Le peuple choisira tous les quatre ans le successeur, pourra démettre ou rappeler l'Empereur ou un parent sur le trône et à défaut élira un conseil de régence. 
 

 Les médias occidentaux si ils moquent le faste du sacre sont obligés de reconnaître le succès politique du ''Soudar couronné'' comme disait le vénérable général de Gaulle, mort il y a quelques mois. La république française et son nouveau président Valéry Giscard d'Estaing sont intimement liés à l'Empire point d'appui de la France-Afrique-Nouvelle et pourvoyeur d'Uranium. En 1967 après la croissance et la redistribution succède trois années d'investissements dans les forces armées à mesure que les cours du diamants s'effritent et qu'il faut de plus en plus renforcer la répression pour faire marcher à coup de trique la lourde administration impériale. 
 

Aujourd'hui les écoles, les dispensaires construits sont très lourdement sous-financés. Le petit commerce, la petite industrie sont alors taxées pour financer la construction du palais impérial de Bangui et l'entretien des troupes. La vente d'un bail de 50ans sur les mines d'Uranium à un conglomérat industriel belgo-francais ''Belgareva'' permet à l'Empire de respirer économiquement. Mais pas assez pour l'Empereur qui alors lance une politique discriminatoire de taxations et de pillages des terres et commerces de la minorité Louandaise musulmane soufi de l'est. La France est de plus en plus coincée entre d'un coté un Bokassa 1er à l'image écornée alors qu'un début guérilla louandaise révolté est rudement réprimée à la frontière de l'autre coté des intérêts stratégiques fondamentaux pour son secteur nucléaire civile et militaire sur le long terme. Si il y eu un début de polémique et que le président français évita l'Empereur de Centrafrique durant toute la cérémonie c'est un Bokassa en larmes sincères et modestes portant un pieu costume noir qui apparaît sortant d'une limousine sans prétentions aux funérailles nationale du général. '' Devant L'illustre homme et prestigieux français personne ne peut porter de couronne'' dis l'Empereur ex adjudant des armées de la France libre. Ce jour là dans la pluie triste il ne portait qu’une décoration. La légion d'honneur. Le voyage est un franc succès. 

 

Deux jours plus tard Bokassa 1er rebaptise le Mont Centre-africain sommet le plus haut d'Afrique ''Mont Bokassa'' alors que des Mirages IIIC et des Mystères IV récemment achetés au rabais le survol au soleil couchant la majorité pilotés par des mercenaires, des Français évidemment mais aussi des bulgares, trois sud-vietnamiens déserteurs ayant côtoyés Bokassa en Indochine, des russes, un israélien et même un turc. Un tiers des appareils sont effectivement pilotés par des centrafricains mais la formation en France d'une quinzaine de nouveaux pilotes va accélérer les choses.
 

Comme son Empereur d'abords homme providentiel et dictateur l'Empire à deux visages d'une part une population nombreuse bien nourrie par une agriculture vivrière efficace de l'autre une économie rentière essoufflée et un lourd outil militaire. L'Empereur vient d'annoncer son nouveau projet de lancer de grandes mono-cultures d'exportation à l'aide de fermiers afrikaans rejetés depuis les chutes du de la Rhodésie du Centre et de la Tombie en cette année 1969. Au niveau de la politique régionale l'Empereur est fixé sur le Louandara base arrière de la guerria Louandaise dans son empire, bien sur il y a aussi son port accès à la mer et au Monde et une armée faible. N'oublions pas sa foi chrétienne et la visite du Pape de 1967 qui redore les armes impériales. Ainsi la théocratie Louandaise est souvent attaquée dans la propagande impériale. Au sud les relations avec la République populaire d'Ingalie sont détériorées par la guerre froide. 

 

Mais le Président Maahandi et Bokassa en chefs avant tout africains entretiennent des liens personnels discrets mais continus notamment la traditionnelle chasse au Tigre d'Ingalie et des rumeurs obscures d'opérations communes. Au sud-Est la frontière avec la Rhodésie du Nord est calme alors que les rhodésiens construisent une route sérieuse pour relier Bangi à Broken-Hill capital de l'Etat esclavagiste. La route servira à exporter les tonnes de cuivres que la Rhodésie du Nord à Promis à l'Empereur en échange d'un couloir de communication. Les rhodésiens du nord pensent trouver en Bokassa leur seul allié régional noir ou en tout cas ami ou ne fusse que neutre ou pas trop hostile leader noir dans la région, et ainsi une amélioration d'image internationale et pourquoi pas une reconnaissance internationale qui sait. La fédération Bas-Rouana est un allié au sein de la guerre froide, mais le président-Tribal actuel  Zirongo Uru et Bokassa 1er se détestent depuis un cocktail lors du dernier sommet régional de Batumi qui à mal tourné. L'URSS qui soutien massivement la république populaire d'Ingalie, ne supporte pas l'idée d'un empereur en tant qu'ami et ses relations avec les satellites notamment la Roumanie. 

 

Empire Centre-africain :
            Capitale : Bangui 
            Habitants : 22 millions
Niveau de vie : 1,9$ par jour 
Budget : Diamants, Uranium, aide francaise : 12milliards de $  
Langue : Francais langue administrative et militaire. 12 langues reconnues
Religions : Chrétiens 60% Animiste 20% Musulmans 20%
Alliés étrangers : Roumanie, Yougoslavie, Bulgarie, France 
Relation USA : Modestement bonnes
Relation URSS : très mauvaises 

 

            Forces Armées  : ''Armée Impériale Centrafricaine'' 
Général en chef : Maréchal Désiré Terrengue Grand Duc de Bambari 
Budget : 2,5milliards de dollars
Armée de terre : (entraînement minimum)

1 : Trois brigades d'infanterie légère : Jeeps, Infanterie, armes légères 
2 : Deux brigades blindées
''Lions Furieux'' : Armement français : Blindés à roues ''Sagaies'', Blindé de l'avant,
''En Avant ! En Avant !'' : Transports de troupes blindés soviétiques, T55 Roumain 
 Force Aérienne Impériale 
1 : 1ère escadrille de chasse :13xMystère IV (simulé F86 sans missiles, pilote bon)
2 : 2ème escadrille de transport : 2x Hercules C130
3 : 2xMi8 Bulgare


             Garde impériale : Troupes d'élites directement sous le commandement de l'Empereur

1 : Groupe de chasse : 2xMirage IIIc (Simulé mirage 2000, 1 missile léger+armes AS, pilote bon)
2 : Groupe aéroportée commando ''Bigeard'' : 4xMig8 avec troupes d'élites, 3xAllouètes anti-char, 
3 : La Garde Impériale : Chars AMX, Sagaie, Systeme AA Strela, BMP3, infanterie d'élite

Modifié par laurentlefou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Louandara :

 

Ancien Royaume de pécheurs musulmans. Le pays est réputé pour ses mosquées de terre damées aux minarets scintillants illuminant tels des phares une cotes paradisiaques toujours tournées vers le commerce. Parsemé dans les montagnes des tombeaux de saints soufis, des caravanes et villes-étapes. Les parfums de l'orient envahissent les plages généreuses hérisées de petits ports et villages ensoleillés. Le plus grand d'entre eux Sukhumi-Babush, centre religieux avec la grande Mosquée noire est redevenue la capitale en 1963 une fois l'indépendance proclamée envers le Portugal. L’ethnie principale et minorité musulmane dans la région sont les louandais. Présent massivement dans l'ouest de l'Empire de Centre-Afrique le peuple louandais fais fi des frontières coloniales et les réseaux économiques et sociaux sont importants. D'ailleurs l'Empereur Bokassa fait régulièrement pression sur les Louandais minorité musulmane de centre-afrique, payages, taxes et présence importante de l'armée impériale sont le lot quotidien. Le régime actuel est une démocratie parlementaire dominée largement par le parti musulman SoufiOlouandara. La discipline interne de ce parti dominant reposant sur l'assemblée de cinquante clercs musulmans l' ''Alouma'' majoritairement soufis fais du Louandara une quasi-théocratie élective.

L'opposition est formée de la jeunesse nationalistes louandaise éprise de modernité dans ce pays très conservateur mais elle est actuellement concentrée sur la résistance aux persécutions des louandais de centre-afrique. La figure de proue du parti soufi et premier imam de l'Alouma est le grand Imam Salim al-Ouata. Economiquement le Louandara bénéficie de son port de Sukhumi-Babush le plus grand de la région en concurrence avec Batumi de la fédération du Bas-Rouana. La pèche, le transport maritime et les cultures de cafés sont ses principales ressources. Mais doués d'un talent éternel pour le commerce les louandais ont des relations commerciales nombreuses, toutes les villes de la région ont leur ''Louandais du coin''. Ceci explique le niveau de vie globalement supérieur d'un pays traditionnelle plate forme de l'exploitation mondial des richesses africaines autant que de l'ancestral commerce africain. Niveau politique étrangère le Louandara est clairement en opposition forte avec l'Empire centre-africain. Le pays des mosquées tente donc diverses avances diplomatiques en direction de Kutaisi. En effet le récent pacte d'amitié Ingalo-Soviétique à très grandement augmenté la puissance militaire et le prestige de la république populaire d'Ingalie. Et depuis la percécution des chrétiens par les jeunesses communistes de 1964 de nombreux ingalais catholiques se sont réfugiés au Louandara.

Les imam's sont tiraillés entre l'aide à des réfugiés croyants et une alliance avec une dictature athée pour les soutenir d'un Empereur Bokassa menaçant. Autre carte les imams jouent habillement leur ex puissance coloniale avec qui ils entretiennent de bons rapports après une indépendance obtenue diplomatiquement et un soutien logistique durant la guerre en Angola. Le portugal conserve ainsi diverses possessions et une importante diaspora à Sochi-Adler anciennement Sao-Pedro alors que le Louandara obtient au rabais divers équipements pour se constituer comme la seconde plus puissante marine de la région en concurrence encore avec la terrifiante Marine Fédérale Bas-rouanaise.

Car la cote des diamants pourrait être aussi celle de l'or noir. Les prospecteurs hollandais et américains sont formels ''Ça pue le pétrole dans toute la région''. L'Arabie Saoudite à lancé les négociations avec le Louandara pour la construction des plusieurs plate-formes de forage en mer. L'Aluma et le grand imam Salim al-Ouata jouent la carte religieuse et des pakistanais ont été envoyés en conseillers militaires. Le pays des mosquées espère devenir celui des puits de pétroles. Bien sur les frontières maritime entre le Louandara, la RPI (république populaire d'Ingalie) et la FBR (fédération Bas-Rouanaise) sont très disputées alors que les arrangements coloniaux de la conférence de Berlin floue indubitablement la RPI. C'est ainsi que habilement Salim Al-Ouata veut offrir quelques part du gâteau pétrolier en échange d'un pacte défensif avec la RPI pour se prémunir contre l'Empire.
 

LOUANDARA
 

Niveau de vie : 2,6$ par jour

Budget : Port, Peche, Café : 6milliards de $

Langue : Louandais, Ingalais, Portugais

Religions : Islam Souffi 80%, Catholiques (ingalais) 20%

Alliés étrangers : Portugal (bonnes relations)

Relation USA : Neutre

Relation URSS : Trés Mauvaises

 

Forces Armée : ''Sainte Forces Armées du Louandara''
Général en chef : Cheik Abim-Taladin

Budget : 0,7milliards de dollars

Armée de terre :

1 : Trois brigades de mujhaiidines : AK47, JEEPS, RPG, DOUSHKA

3 : Une brigade d'élite ''Saint Abdul Sarhaa'' : Véhicules blindés légers et rapides et AA léger Marine : ''Sainte Marine Louandaise''

1 : NSML ''' Malamati'' anciennement destroyer portugais NRP Gonçalves Zarco modernisé et armé d'un système AA par missile et guidage radar. La perle de la sainte marine.

2 : NSML ''' Simbad'' anciennement destroyer portugais NRP Graciosa. Modernisé avec système Vulcain AA

3 : Une vingtaine de vedettes rapides Armées d'une mitrailleuse lourde

4 : Une péniche militaire et une flotte marchande de cinq cargos

5 : Troupes spéciales : Nageurs de combats ''Al Aksar''

 

Armée de l'air : ''Sainte Armée de l'air Louandaise''

1 : 8 F84 portugais de deuxième main : (simulé F86 entrainement moyen, sans missiles)

2 : 2 Avions cargos démodés

3 : 4 Véhicules AA Shilka et une vingtaine de canons légers AA

4 : 2 Hélicoptères alouettes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

=== Mission 1 ===

 

1er Vol en Mig21b d'un Pilote Ingalais dans le ciel national et présentation des appareils. 

- La presse occidentale qui se moque des forces aériennes ingalienne devra être impressionnée par un vol de démonstration le plus parfait possible

tout ceci en préparation du grand défilé militaire de la fête de l'indépendance. 

 

Modifié par laurentlefou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien sur ! 

Après avoir 

1 : Introduit ''L'Histoire'' de chaque pays de la région

2 : Introduit l'escadron de Mig21b de la république Ingalaise 
3 : Créer une crise internationale. 

 

Pour l'instant je m’entraîne beaucoup (quand j'ai le temps de jouer) pour savoir ce que je pourrai faire et pas faire durant la future guerre africaine. 

Et je travail sur la grande parade nationale Ingalienne ^-) 

 

Mais promis  bientôt les premières missions opérationnelles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

SENAKI.jpg

 

- Deux coquilles ont été repérées dans la dernière publication de l'office national de presse. 

1 : Son excellence Van Humsbeek est évidemment l'ambassadeur du Royaume de Belgique. 

2 : La date est le 19 Aout 1968

 

Les responsables de ces erreurs ont reçu un blâme de l'administration. 

 

 

 

Modifié par laurentlefou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rhodésie du Nord

 

Alors que la tempêtes des indépendances et libérations africaines se répands sur le continent africain, les Rhodésies et l'Afrique du Sud sont les seules contrées où le pouvoir reste au mains des Afrikaans, les africains blancs, alors que l'Empire Britannique se retire de la zone. Cinq pays Afrikaans naissent alors déclarant unilatéralement leur indépendance en 1963 au cours de la fameuse déclaration de Salisbury.

Cinq pays tous dirigés par des parlements à majorités blanches. Par ordre d'importance : La Rhodésie du Sud de Ian Smith, la Rhodésie du centre, la Rhodésie du Nord, le Uwitandla et la république de Tombie. La Rhodésie du Sud est la plus peuplée autant en blancs qu'en noirs et le régime est une apartheid classique modérée par diverses mesure visant à la création d'une élite noire. Très indépendantiste, la Rhodésie du Sud, se concentre sur son territoire et développe une armée puissante. La Rhodésie du Centre est une tentative avancée de parlement mixte entre communautés noires et blanches, mais rapidement les mouvement révolutionnaires noirs teintés de communisme mais surtout de nationalisme et de grèvelafaimisme prennent le pouvoir appuyés par la fédération du Bas-Rouana et en 1969 est crée le Morumbia qui se rattache en tant que membre à la fédération. C'est une catastrophe pour les pays Afrikaans. la Rhodésie du Nord se voit séparée du bloc Ségrégationniste (Rhodésie du Sud et Afrique du Sud) par 200km de territoire maintenant contrôlé par le Bas-Rouana.

 

La liaison Salisbury-Broken-Hill interrompue unilatéralement par les autorité Bas-Rouanaise. Les Afrikaans fuient massivement le pays. Ils descendent en majorité vers la Rhodésie du Sud. Durant les parcours de ces convois des tueries sanglantes sont commises par les troupes de Choc héliportées de Rhodésie du Sud pour leur frayer un chemin après qu'un convois ai été massacré par une bande de brigands détaché du pouvoir politique de la fédération Bas-Rouanaise.

 

La Rhodésie du Nord c'est Broken-Hill une belle ville moderne et des ghettos entourée de champs. Les collines et les montagnes sont riches en cuivre et le gouvernement Rhodésien de John Mc Square compte bien dessus pour trouver une voie de communication pour son pays assiégé. Les relations diplomatiques avec le Bas-Rouane et la république d'Ingalie sont rompues alors qu'il devient de plus en plus évident que ces deux pays financent et arment les mouvements Zulus à l'oeuvre dans le pays. La Rhodésie du Nord se tourne alors vers l'Empire centre-africain ; livraison massive de cuivre en échange d'un couloir aérien permettant de relier la Rhodésie du Nord avec le reste du Monde. L'Empereur hésite encore. D'une part l'Empire à besoin de rentrées financières de manière urgente. De l'autre aider un Etat Afrikaans le ferait passer pour un traitre aux yeux des puissances africaines régionales.

John Mc Square premier ministre de la Rhodésie du Nord est acculé. D'une part il est entouré de puissances hostiles ou au mieux distantes et son seul allié la Rhodésie du Sud n'a plus d'accès direct à son territoire. De l'autre dans son propre territoire la population Zulus rejoins de plus en plus le MLZ (mouvement de libération du Zululand). En effet important groupe ethnique oublié durant la conférence de Berlin, les zulus n'ont pas de pays et son dispersés à la manière des Kurdes. Motivés par la récente chute de la Rhodésie du Centre et le soutien de la République d'Ingalie et du Bas-Rouana une guerre de guérilla monte de plus en plus en intensité, malgré la très grande efficacité de sa petite armée. En effet malgré tout leur professionnalisme martial, les troupes de Rhodésie du Nord principalement constitués de blancs sont extrèmement en infériorité numérique face à la multitude zulus.

John Mc Square tente de jouer la carte de l'Anti-Communisme et de la guerre froide en accusant régulièrement la république populaire d'Ingalie d'ingérence. Mais cet appel à l'aide au camp occidental est pour l'instant un échec. Pendant ce temps la violence monte de plus en plus dans le pays dont la stabilité et le controle politique semble de plus en plus limité aux régions limitrophes de la capitale Broken-Hill. 



Forces de Sécurité de Rhodésie du Nord

 

Général-Major Cecil Archibald

 

1st Bush Infantery Regiment

 

1st African Rifle company : Infanterie légère sans véhicule

 

2st African Rifle company : Infanterie légère sans véhicule

 

Special Rhodesian commando company : Infanterie d'élite, 8xallouettes, 2xallouette antichar, 2xallouette AA

 

1ST Rhodesian engineer : Infanterie d'élite, M113, véhicules de levages

 

1st North Rhodesian milicia Brigade

2xBrigade infanterie lourde en véhicules blindés

 

North Rhodesian Light Tank Brigrade :

T55, M113, Shilka, Strela, Infanterie d'élite

 

 

North Rhodesian AIR FORCE

 

Spitfire MKXXII : 6X

Bombardier Cambera (simulé par Tornado sans capacité Air-Air) : 1X

F86 Sabre : 15X

Divers avions de soutiens.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

=== Mission 2 ===

 

- Reconnaissance photographique et Radar de la frontière avec la Rhodésie du Nord. 

Pilote : O. Bongo ''Postcomb''

 

 

vol1.jpg


vol2.jpg


Vol3.jpg


Vol4.jpg


VOL5.jpg


VOL6.jpg


Vol7.jpg


Vol8.jpg


VOL9.jpg


Vol10.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

TOPSECRET//TOPSECRET//TOPSECRET//TOPSECRET//TOPSECRET

=== Rapport des services secrets Ingaliens === 

 

De : Lt-Colonel Mahéné du 5ème bureau

A : Etat-Major des forces aériennes

 

Le KGB nous à transmis une information capitale. La Rhodésie du Nord à affréter un avion cargo pour transporter une quantité importante

de matériel militaire de contrebande. Cet appareil doit survoler le territoire centreafricain d'ici une semaine. L'Empereur Bokassa est au 

courant et se fait grassement rémunéré pour cela. 

 

Le président Maahandi à dors et déjà donné son feu vert pour le principe une opération d'interception secrète en territoire centreafricain. 

Merci de nous faire parvenir vos options tactiques au plus vite. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×