Aller au contenu
Rhysaxiel

[FPCRS] Deuxième chance

Messages recommandés

Deuxième chance

 

Jeu : Flashpoint Campaign Red Storm Players Edition (FPCRS)

Scénario : Black Horse modifié

Camp : USA

Contexte : Troisième Guerre Mondiale, 20 juillet 1989, 13h-21h

 

Troisième scénario de la méga-campagne En Sept Jours sur le Rhin. Il s’inscrit dans un contexte plus large à découvrir dans ce sujet.

 

Lieu : sur la route 285 près Nordheim vor den Rhön, Allemagne de l’Ouest.

Météo : pluie prévue en journée.

 

Précédemment

La troisième guerre mondiale a débuté au lever du soleil, le 20 juillet 1989, par une offensive surprise des troupes soviétiques en Allemagne (Sujet central).

Le deuxième escadron du 11 Régiment Blindé de Cavalerie (ACR) américain, censé retarder tout mouvement soviétique en cas d’attaque dans la trouée de Fulda, a été pulvérisé en quelques heures à peine par le 17e régiment de chars de la garde soviétique (Ouverture Fatale).

 

Introduction

Le deuxième escadron du 11e ACR a été anéanti en quelques heures à peine à Bad Neustadt an der Saale. Aucune unité, hormis quelques mortiers mobiles, n’ont pu s’extraire de l’enfer. L’intense brouillage électronique fait que la communication passe extrêmement mal. Les mortiers se sont de plus repliés vers les positions de la 8e division d’infanterie. Dès qu’ils ont eu accès à une ligne téléphonique enterrée, ils ont pu faire leur rapport.

 

L’information est finalement parvenue jusqu’au QG de la Blackhorse : HUMINT affirme que le 113e bataillon de reconnaissance soviétique s’est détachée de la 79e division de chars de la garde et file vers Nordheim von den Rhön via la B285, sans attendre le dégagement des routes ni l’évacuation des civiles. Son objectif est inconnu et, à vrai dire, sa route est très étrange. Elle ne correspond pas à un axe d’invasion crédible et ne semble pas non plus opérer la jonction avec une autre unité. S’est-elle perdue ?

 

Il est décidé d’envoyer le premier escadron pour arrêter cette unité. Si elle s’est égarée, il faut en profiter pour la mettre hors de combat. Si elle mène une mission de reconnaissance, quelle qu’elle soit, elle doit en être empêchée. Si elle précède un assaut blindé, elle doit être aveuglée pour retarder et perturber au maximum cet assaut. Dans tous les cas, son élimination ou sa neutralisation sont une priorité. Le 113e bataillon est capable d’être discret et d’engager le combat si nécessaire. Les unités de reconnaissance soviétiques ont la réputation d’être les meilleures au monde. Le 11e ACR n’y croit pas une seule seconde, et se pose en candidat pour ce titre.

 

Le 11e ACR n’a qu’une mission : ralentir l’offensive soviétique. A Bad Neustadt, du fait de la surprise totale, il n’a pu l’accomplir. Il est temps de se rattraper.

 

Briefing

Les informations données par des réfugiés indiquent que les soviétiques ont viré vers le nord-est après être entrés à Bad Neustadt, avant d’atteindre la route 285 et de filer vers l’ouest de nouveau. Ils ont suivi la route vers Mellrichstadt puis vers Nordheim von der Rhön. Les rapports indiquent qu’ils atteindront bientôt Stockheim.

 

Mission

Les éléments du 1er escadron sur place lanceront leur reconnaissance et engageront les formations ennemies sur la B285. Vous devriez apercevoir l’ennemi alors qu’il approchera de Nordheim von der Rhön. Ces reconnaissances partiront d’OP* Tennessee à l’ouest et d’OP 10 à l’est. Cela vous permettra d’attaquer les colonnes ennemies par deux côtés, mais vos troupes ne pourront pas mutuellement se soutenir.

Votre mission est d’arrêter l’avancée soviétique et de garder le contrôle de la route 285 et des environs.

*OP : Observation Point

 

Forces alliées

Eléments du premier escadron, 11e ACR.

 

Révélation

18112205302624310916006751.png

 

Renseignements

Les unités soviétiques sont entrées dans Bad Neustadt, puis elles se sont retournées vers l’est, puis au nord, sur la B285. C’est inattendu, et le QG ne sait pas pourquoi les Soviets s’aventurent sur cet axe routier. A cette heure, il semble que seuls les éléments de reconnaissances soient sur cette route. De ce que nous savons, c’est la même unité qui a pris Bad Neustadt. Si tel est le cas, ils disposent de chars lourds et de blindés en soutien de l’infanterie. Attendez-vous à des renforts soviétiques quelques minutes derrière leurs éléments de reconnaissance.

 

18112205302424310916006750.png

 

Réserve

Il n’y a aucune réserve immédiate disponible pour cette mission. Vous devez prendre le contrôle tactique de ce secteur aussi longtemps que possible. Il y a pour le moment un brouillage quasi intégral des fréquences radio. Les ordres seront envoyés par messager si la situation ne s’améliore pas. Dès que le contact radio est rétabli, vous recevrez des instructions du niveau hiérarchique supérieur, ainsi que leur déploiement. Un groupe d’observateurs avancés vous sera envoyé dès que l’équipe est opérationnelle.

 

18112205303424310916006753.png

 

Carte du secteur

18112205310324310916006755.png

 

Plan de bataille

Il est pour le moment difficile de parler de plan de bataille. L’important est de mener les reconnaissances et de savoir exactement ce que l’ennemi mijote. La 3e section de reconnaissance, déployée au sud, abordera Nordheim par le sud, via Urspringen et Sondheim, ce qui devrait lui donner un large champ de vision vers Nordheim d’abord, puis la Streu quand elle passera par les hauteurs au nord de Sondheim.

18112205305124310916006754.png

 

Les 1ère et 6e sections, renforcées et équipées de M3, s’approcheront par l’ouest en profitant des hauteurs. La 6e section s’établira dans un premier temps à Hausen tandis que la 1ère s’avancera jusqu’à avoir une vue plongeante sur Nordheim et la vallée de la Streu. Leurs ATGM devraient leur donner l’opportunité de détruire quelques cibles.

18112205310324310916006756.png

 

Au nord, le QG et la 4e section s’installeront aux extrémités du pont enjambant la Streu à Fladungen. La 2e section équipée de M3 franchira la Streu à Heufurt avant de prendre place en forêt et de surveiller Nordheim par le nord.

18112205311524310916006757.png

 

Une dernière section, la 5e, reconnaîtra l’est via Willmars. Il ne devrait pas y avoir de troupes ennemies dans ces bois. Cette section se repliera ensuite avant de suivre la NES31 vers le sud pour déterminer ce qui arrive comme renforts ennemis.

18112205311724310916006759.png

 

Cette reconnaissance est nécessaire pour ensuite faire bon usage des troupes qui arrivent en renfort.

18112205311624310916006758.png

Tout le matériel lourd est en approche. D’ici à ce qu’ils arrivent, il faut être certain de comment l’employer car l’ennemi ne nous attendra pas. Il ne faut pas le laisser prendre pied à Nordheim. Les hauteurs à l’ouest de la ville et au sud de Fladungen offrent des positions intéressantes pour permettre au M1 arrivant d’OP Tennessee de pilonner tout ce qui tente d'en sortir. Les renforts venus d’OP 10 avanceront vers Willmars et, selon le rapport de la reconnaissance, fileront vers l’ouest ou le sud.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mauvaise surprise

La météo peu clémente décide de se calmer alors que les unités du premier escadron se mettent en route. Dans la radio du lieutenant Hudson, rien si ce n’est du bruit. Le secteur est complètement parasité par les Soviétiques. Impossible d’entendre quoi que ce soit si le message vient de plus de cinq kilomètres. A 13h32, les premiers rapports arrivent, quasi simultanément, des 1ère et 4e sections. Des blindés soviétiques sont repérés dans Nordheim. Pas en approche ou à l’extérieur, mais bien dans la ville. Ce sont sans doute des éléments de reconnaissance avancée. Malgré tout, ils ont fait vite.

18120101102724310916020141.png

 

Sûrs de leur coup, les Bradley de la 1ère section ouvrent le feu et neutralisent un véhicule.

« Capitaine ici Wilson, 1ère section. J’aperçois un hélicoptère survolant la Streu et volant direction nord-ouest.  On se replie pour rester invisibles.

- Hélicoptère de transport ou d’attaque ?

- Difficile à dire capitaine, il est trop loin. Il y en a peut-être deux ou trois en tout. 

- Bien reçu. »

 

Il est fort peu probable que les Soviétiques tentent un enveloppement vertical aussi près de la frontière, ce qui exclurait des hélicos de transport. Si ce sont des Hind, l’après-midi sera chaude. Les rapports croisés des 1ère, 4e et 5e sections de reconnaissance donnent une idée plus claire de la situation dans Nordheim. Des T-80 occupent les lieux, et non les seuls éléments de reconnaissance, et ils sont couverts par un ou deux hélicoptères. Pour le moment, il est impossible de les affronter, il faut les garder à l’œil.

18120101104424310916020145.png

 

« Ici troisième section, on se replie immédiatement, il y a une colonne blindée ennemie à Urspringen ! Entre 20 et 30 chars, peut-être des véhicules blindés.

- Vous avez été repérés ?

- Je ne crois pas capitaine, nous sommes arrivés sur leurs arrières. »

18120101103024310916020142.png

 

On ne les attendait pas aussi tôt ! HUMINT a clairement merdé sur ce coup-là. L’ennemi est beaucoup plus proche que prévu et lourdement armé.

« Cinquième section ici Hudson, repliez-vous vers Willmars et allez reconnaître la B285 entre Ostheim et Stockheim.

- A vos ordres. »

Il faut absolument savoir ce qui vient. Si l’ennemi est en surnombre, le repli sera sans doute la seule solution. A 14h01, la première bonne nouvelle arrive, avec les renforts venus d’OP 10.

« Capitaine Hudson ici la 2e compagnie, nous sommes au complet et traversons actuellement Stedtlingen. Nous passons temporairement sous votre commandement. Quels sont vos ordres ?

- Capitaine Chadwick ! Poursuivez votre route vers Willmars. On a de la visite, l’ennemi tente visiblement de passer en force.

- Des chars ?

- Au moins une trentaine. Drôle de reconnaissance. La route est libre jusqu’à Willmars mais attendez-vous à rencontrer des unités hostiles en provenance de la NES31 au sud.

- Bien reçu capitaine. »
 

La 1ère section de reconnaissance poursuit son repli en détruisant au passage deux autres blindés. Le Hind, car il est finalement seul et c'est bien un Hind, s’approche dangereusement de la 5e section. Celle-ci tente sa chance et ouvre le feu depuis les bois, sans succès.

 

A 14h06, c’est le QG de la Blackhorse qui arrive sur secteur et prend la direction des opérations, suivie quelques minutes plus tard par la 4e compagnie. La situation est plutôt mal engagée. L’ennemi a pris pied à Nordheim et tente maintenant d’en sortir, couvert par le Hind. En face, Le premier escadron ne dispose pas encore des moyens de s’opposer.

18120101103724310916020144.png

 

« Lieutenant, dîtes-nous que nous avions bientôt de l’appui aérien !

- Négatif Hudson. Pour le moment on doit faire sans.

- Il y a un Hind et nous n’avons pas de DCA sous la main, on a besoin de cet appui ! »

 

Dans son repli, la 5e section de reconnaissance voit une dizaine de T-80 prendre la route vers Willmars. L’interruption soudaine des communications révèle que la section a été engagée et détruite, mais pas avant que la position des chars ne soit communiquée à l’artillerie américaine, à peine arrivée et qui ouvre déjà le feu. La 3e section, à l’ouest d’Urspringen, rapporte que la colonne blindée qui s’y trouvait s’est mise en route vers Sondheim. Il est 14h30, et la pluie refait son apparition.

 

Au sud de Willmars, une section de reconnaissance attachée à la 3e compagnie repère une autre colonne de T-80, comme anticipé. Le repli est immédiatement ordonné et la compagnie reçoit l’ordre de préparer un comité d’accueil.
18120101104424310916020146.png

Le relief ne laisse pas beaucoup de marge pour des attaques à longue portée, mais le bois offre un bon couvert.

 

A 14h45, la pluie s’arrête et révèle un deuxième Hind.

18120101104924310916020147.png

Les derniers renforts américains arrivent par l’ouest, il reste maintenant à les acheminer. Pas de DCA, et toujours pas de nouvelles d’un éventuel appui aérien. Il faudra faire sans et espérer que l’ennemi fasse un mauvais usage de ses hélicoptères pour pouvoir les détruire, les canons des M2 et M3 sont efficaces dans ce rôle, de même que les quelques Stinger embarqués par l'infanterie. Sans cela, les M1 vont souffrir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Embuscade

La première compagnie et ses chars M1, fraîchement arrivés, reçoivent l’ordre de prendre position derrière les M3 de reconnaissance au sud d’Hausen, en anticipation d’une attaque soviétique sur ce secteur.

18121009432124310916032709.png

L’embuscade à Willmars est prête. L’ennemi arrive avec au moins une quinzaine de véhicules. 15h02, les premiers coups sont donnés et prélèvent un lourd tribut sur les Soviétiques, complètement surpris. Six véhicules tombent en trois minutes à peine sous le feu croisé des 16 M1, pour un seul char américain éliminé.

 

18121009432524310916032710.png

Le massacre est encore plus violent au sud. De l’infanterie motorisée, mal camouflée dans les bois et un peu esseulée, est engagée à 2,5 km de distance, où les canons américains brillent. Sans doute un peu optimistes, les tankistes revendiquent une douzaine de véhicules et d’infanterie mis hors service. Les Soviétiques se ressaisissent et détruisent un autre M1.

 

18121009433124310916032712.png

 

Hudson prend sa radio et contacte la 4e Reco.

« Ces Hind, là, ils sont en stationnaire ?

- Affirmatif. Ils survolent une zone réduite et se posent par moments, sans doute pour se ravitailler, mais ça fait bien 40 minutes qu’ils occupent la même position.

Après deux secondes de silence et de réflexion, Hudson reprend :

- Je vous accorde le canal prioritaire pour l’artillerie. Coordonnez-vous et détruisez ces Hinds au sol.

- Je ne demande que ça capitaine ! »

Quelques minutes plus tard, les obus volent vers la position du premier Hind.

18121009432724310916032711.png

« Dans le mille ! Le Hind a explosé en vol ! »

 

Plus à l’est, l’échange se poursuit entre T-80 et M1. Un nouveau peloton soviétique d’une douzaine de chars se joint à la fête. Au lieu de tenir leur position, tout ce beau monde reprend la route vers le nord-ouest, via la NES30 qui va à Fladungen où se trouve actuellement le QG américain.

18121009433224310916032713.png

 

Le 2e peloton de la 2e compagnie est réduit à un seul char. Surtout, catastrophe, les M2 s’avancent trop et subissent le feu ennemi. Trois blindés restent sur le carreau et deux des escouades embarquées sont hors de combat. La 1ère Reco est surprise est détruite sur la NES30. A 15h30, les chars soviétiques ont quitté la zone, seule de l’infanterie occupe Willmars, et elle est esseulée.

18121009433724310916032714.png


Les M1 du 1er peloton ont l’ordre de rattraper les T-80 et de les engager dans le dos. L’artillerie reçoit un ordre direct d’Hudson : un tir de FASCAM* sur la NES30 pour y piéger les T-80 et les ralentir suffisamment pour redéployer les QG vers des positions plus sûres. Dans le même temps, la 2e compagnie a pris ses positions

 

A Willmars, les Soviétiques ne tiennent pas.

18121009433824310916032715.png

 

La nouvelle la plus importante provient cependant des recos. L’ennemi se met en mouvement. Des colonnes quittent Nordheim et Sondheim et semblent avancer vers Stetten.

18121009434224310916032716.png

Les Américains sont prêts à recevoir le choc.

 

* FAmily of SCAtterable Mines : mines dispersibles, tirées par l’artillerie. Pratique pour interdire une zone mais pas aussi discret qu’un champ de mine dissimulé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×