Jump to content
Den's

Hommes de guerre et cœurs d'acier

Recommended Posts

:) Salut à tous et bonne fin d'année !

Arf.. dernier post il y a un an, décidément cet AAR se fait désirer mais comme on dit : vous ne perdez rien pour attendre.
Non, loin de moi (importante la virgule après le "Non" ^_^) l'idée d'abandonner ce projet qui me tient tant à cœur vu le temps que j'y ai déjà consacré, notamment dans la recherche d'images, mais jouer le Japon n'est pas si facile, la Chine dans HOI IV est bien plus coriace :mur:, vu mon niveau, l'appréhension d'une partie qui tournerait court m'a convaincu que j'avais vraiment besoin d'entrainement. J'ai donc pris le parti de patienter, tester les mods, me familiariser avec les dernières DLC (Man the guns, Résistance) et bien sûr mettre au point une stratégie qui, si elle ne s'avère pas gagnante, nous permettra de résister le plus longtemps possible.  

 

Cette longue intro où se mêlent faits historiques et fiction nous met l'eau à la bouche en nous plongeant dans une obscure intrigue digne d'un roman d'espionnage. La DLC "Résistance" sera une excellente source d'inspiration dans ce domaine.
Ces dernières semaines, l'idée de se caler sur le calendrier actuel (l'histoire commence le 22 décembre 1935) me tente mais... à quoi bon ajouter une contrainte... bah.. je me suis dit que ça pouvait aider à l'assiduité... :chodo:Hum.. 

Voilà déjà 5 ans que ce projet à débuté, côté chronologie tout concourt vu que l'année 1931 et l'invasion de la Manchourie développée dans l'intro, peut être considérée comme le début de la guerre pour le Japon.

Nous serions alors le 30 Décembre 1935... (pas d'amerlocs avant 2025 :o)


mini_20122609342321291317188104.jpg



:furax: YAPUKA !


 

 

Edited by Den's

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut à toi honorable lecteur :)
J'crois qu'là on est entrain de toucher au top du... Hop ! Musique ! La suite donc rien que pour toi, sur la bande son du film "Four days of snow and blood" d'Hideo Gosha sorti en 1989 sur l'incident du 26 février 1936...
L'incident du 26 février 1936 ? Mais nous ne sommes que le 17 !??
T'inquiète..:ninja:
Bon, on finit de planter le décor avec ce qu'on pourrait appeler les 30 peu glorieuses, et on revient dans le NOW... ;)  Devoir de mémoire sur le titre "Memory", 5mn 35'...

On lit pas à toute vitesse ok ? Essaye de choper le rhytme, lance le son ci-dessous et laisse passer quelques secondes avant de commencer à lire... 
Ya pas que le poids des mots, traaaanquille, on s'attarde sur les belles images du Den's, aller... sans plus attendre ! 
 :yeuxroulants:

 

 

 

 

21021704432421291317267225.jpg
21021704451321291317267230.jpg

 

La Chine des Qing fermée à l’influence étrangère et au commerce avec les occidentaux (sauf quelques concessions occidentales aux zones côtières) est en plein déclin économique et est une proie idéale pour l’appétit colonial des grandes puissances.

Depuis qu’il a entrepris sa phase de réouverture au monde et qu’il a initié sa profonde révolution sous l’impulsion de l'empereur Meiji,
le Japon, qui autrefois admirait l’Empire du Milieu le devance.
21021707282521291317267688.jpg

L’essor de l’économie japonaise a permis au Japon de moderniser son armée et notamment sa marine avec les précieux conseils de Louis-Émile Bertin, ingénieur naval français.
21021710061621291317267950.jpg

 

Ombre d’elle-même, la Chine n’a pas encore initié sa révolution industrielle et la refonte de ses institutions. Elle n’est plus en mesure de protéger sa sphère d’influence. Japonais et Chinois se livrent ainsi à une guerre d’influence et de séduction avec les Coréens. La situation est extrêmement tendue et un rien peut mettre le feu aux poudres. En 1894, une société secrète japonaise fomente dans l’ombre une émeute, la rébellion paysanne du Donghak. Face à l’ampleur de la révolte, la couronne royale coréenne requiert l’aide de son protecteur chinois.
21021710314921291317267962.jpg

 

Les Chinois envoient ainsi quelques troupes pour ramener le calme dans le pays. Le Japon envoie aussi des soldats qui débarquent au sud de la péninsule coréenne à Chemulpo. Le 16 juin 1894, Mutsu Munemitsu, ministre des affaires étrangères du Japon rencontre l’ambassadeur chinois au Japon, Wang Fengzao pour discuter du futur statut de la Corée. Wang assure aux Japonais que son gouvernement prévoit de se retirer de la Corée et qu’elle souhaite que le Japon en fasse autant. La Chine nomme néanmoins un gouverneur en Corée pour s’occuper des intérêts chinois dans le pays, réaffirmant ainsi son autorité sur son vassal coréen. La diplomatie entre les deux pays n’arrive pas à résoudre cette crise. Malgré la médiation souhaitée par l’ambassadeur britannique en Chine, la situation n’avance guère.

 

21021711110421291317267983.jpg21021705534521291317267353.jpg

21021705241821291317267278.jpg

 

 



21021704451421291317267233.jpg

21021704451321291317267232.jpg

21021704451421291317267234.jpg

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

21021806265621291317269569.jpg

21021806270721291317269572.jpg
21021806351121291317269794.jpg

21021808282521291317270123.jpg


 

Révélation

Les alliances

 

L'alliance anglo-japonaise.

Traité signé à Londres, le 30 janvier 1902.


    À la fin du XIXe siècle, à la suite de la crise amorcée par les troubles en Herzégovine en 1875, continuée par le traité de San Stefano,

mais circonscrite et achevée par le Congrès de Berlin, en 1878, les Puissances centrales forment un réseau d'alliances pour « assurer le maintien de l'ordre social et politique dans leurs États respectifs».


    L'Allemagne et l'Autriche-Hongrie concluent d'abord, le 7 octobre 1879, une solide alliance, la Duplice, dirigée contre la Russie et la France, qui les lie jusqu'en 1914. Les deux pays forment ensuite la Triple Alliance ou Triplice avec l'Italie, le 20 mai 1882, alors que l'Italie craint un conflit avec la France en Afrique du Nord. Cet accord conclu initialement pour cinq ans est confirmé en 1887, avec un traité italo-autrichien relatif à une action concertée dans les Balkans et la mer Égée, et un traité italo-allemand dirigé contre la France. Il est renouvelé et précisé le 6 mai 1891, puis, dans les mêmes termes, le 28 juin 1902 et enfin le 5 décembre 1912. Enfin, une convention maritime (23 juin et 2 août 1913) prévoit les moyens nécessaires pour des opérations communes des trois Puissances en Méditerranée en 1914.


    Des accords avec la Roumanie, le 30 octobre 1883, renouvelés le 13/25 juillet 1892, le 30 septembre 1896, le 17 avril 1902 et le 5 février 1913, permettent de former une Quadruplice. L'Alliance est aussi étendue à la Serbie le 16/28 juin 1881, confirmée le 7/19 mars 1889, prévoyant l'extension du territoire serbe en Macédoine ; et à l'Espagne, en ce qui concerne les questions nord-africaines, le 4 mai 1887.


    Cependant, par le Traité des 3 Empereurs, le 18 juin 1881, elles tentent de concilier les ambitions russes et autrichiennes dans les Balkans. Mais en 1887,  tandis que l'Autriche s'entend avec l'Italie et la Grande-Bretagne (mars et décembre 1887) pour l'indépendance et l'intégrité de l'Empire ottoman et le statu quo en Méditerranée, le traité de réassurance ne lie que l'Allemagne et la Russie. Les ambitions opposées de l'Autriche, de la Russie et bientôt de l'Italie dans les Balkans ruinent ainsi l'édifice de la diplomatie allemande : Après la démission de Bismarck en 1890, le nouvel empereur, Guillaume II, choisit définitivement l'Autriche et tente de se rapprocher de la Grande-Bretagne. La Russie, isolée, se tourne alors vers la France ; en Serbie, à la suite de la révolution de 1903, le nouveau gouvernement recherche la protection de la Russie et de la France ; et l'Italie comme la Roumanie refusent d'entrer en guerre en 1914, puis s'engagent du côté de l'Entente, l'Italie, le 24 mai 1915, et la Roumanie le 27 août 1916.

    À la suite de la montée sur le trône de Guillaume II et de la démission de Bismarck, le resserrement des liens entre l'Allemagne et l'Autriche, le rapprochement avec la Grande-Bretagne et le renouvellement de la Triple Alliance, conduisent la Russie et la France, également menacées, à se rapprocher, en dépit de l'absence d'affinités idéologiques. Dès 1888, la Russie emprunte sur le marché français, et obtient des armements en échange de blé. Une escadre française est accueillie triomphalement à Cronstadt le 25 juillet 1891, puis le ministre russe des affaires étrangères, de Giers, est accueilli en France pour des pourparlers qui établissent les fondements de l'Entente cordiale entre les deux pays. Défavorable à un traité formel, le Tsar propose un échange de lettres confirmant les vues diplomatiques communes des deux Gouvernements. Une convention militaire est proposée un an plus tard et ratifiée en décembre 1893.
    C'est au début du XXe siècle que la situation évolue favorablement pour les deux pays. L'entente cordiale entre la France et la Grande-Bretagne en 1904, les arrangements de 1907 conclus par la Grande-Bretagne avec la Russie, et son alliance avec le Japon, préparent la coalition qui se formera en 1914 contre les Puissances centrales.

    L'alliance anglo-japonaise, conclue le 30 janvier 1902, pour contrer les visées russes en Mandchourie, fait l'objet d'un nouvel accord le 12 août 1905,  alors que le Japon et la Russie sont en guerre. Les gouvernements français et russe sont aussitôt informés par le gouvernement britannique de la conclusion de ce nouvel accord « ayant des buts purement pacifiques ». L'alliance est renouvelée en 1911, et oblige le Japon à s'engager dans la Grande guerre, avant d'être rompue en 1921, par suite de l'opposition des États-Unis.

Sources : RGDIP, 1905, p. 258 et d 17.

I. Traité d'alliance du 30 janvier 1902.

Les gouvernements de la Grande-Bretagne et du Japon, poussés uniquement par le désir de maintenir le statu quo et la paix générale en Extrême-Orient, étant de plus spécialement intéressés à maintenir l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Empire chinois et de l'Empire de Corée et à favoriser également dans ces pays le commerce et l'industrie de toutes les nations, ont décidé ce qui suit :

 

Article premier.

Les Hautes Parties contractantes, ayant mutuellement reconnu l'indépendance de la Chine et de la Corée, déclarent qu'elles ne sont aucunement influencées par des tendances agressives dans aucun de ces deux pays. Ayant cependant en vue les intérêts spéciaux, dont ceux de la Grande-Bretagne se réfèrent principalement à la Chine, tandis que le Japon, outre les intérêts qu'il possède en Chine, est intéressé particulièrement, aussi bien politiquement que commercialement et industriellement en Corée, les Hautes Parties contractantes reconnaissent qu'il leur sera loisible de prendre telles mesures qui peuvent être indispensables pour sauvegarder ces intérêts s'ils sont menacés, ou par l'action agressive d'une autre puissance, ou par des troubles nés en Chine ou en Corée et nécessitant l'intervention de l'une ou de l'autre des Hautes Parties contractantes pour la protection de l'existence et des propriétés de ses sujets.

 

Article 2.

Si le Japon ou la Grande-Bretagne, pour défendre leurs intérêts respectifs, tels qu'ils sont décrits ci-dessus, est impliqué dans une guerre avec une autre puissance, l'autre Partie contractante gardera une stricte neutralité et emploiera ses efforts à empêcher les autres puissances de se joindre aux hostilités contre son allié.

 

Article 3.

Si, dans le cas ci-dessus, une autre puissance ou d'autres puissances se joignent aux hostilités contre cet allié, l'autre Partie contractante viendra à son secours et conduira la guerre en commun, fera la guerre en mutuel accord avec lui.

 

Article 4.

Les Hautes Parties contractantes sont d'accord que ni l'une ni l'autre d'entre elles n'entrera sans consulter l'autre, dans un arrangement spécial avec une autre puissance au préjudice des intérêts ci-dessus spécifiés.

 

Article 5.

Si, dans l'opinion du Japon ou de la Grande-Bretagne, les intérêts ci-dessus mentionnés étaient en danger, les deux gouvernements s'entendraient complètement et franchement.

 

Article 6.

Le présent accord viendra à effet aussitôt après la date de sa signature et demeurera en vigueur pendant cinq ans à partir de sa date. Dans le cas où ni l'une ni l'autre des Hauts Parties contractantes n'aurait notifié douze mois avant l'expiration desdites cinq années l'intention de le dénoncer, l'accord les liera jusqu'à l'expiration d'une année depuis le jour où l'une ou l'autre des Hautes Parties contractantes l'aura dénoncé. Mais si, quand la date fixée pour son expiration arrivera, l'un ou l'autre des alliés est actuellement engagé dans une guerre, l'alliance continuera ipso facto jusqu'à ce que la paix soit conclue.

 

En foi de quoi, les soussignés, dûment autorisés par leurs gouvernements respectifs, ont signé cet accord et y ont apposé leurs sceaux.

Fait en double, à Londres, le 30 janvier 1902.

 

Lansdowne / Hayashi.

 

21021808494421291317270145.jpg

21021806265621291317269568.jpg

21021806270621291317269570.jpg

21021806270621291317269571.jpg

21021809430421291317270191.jpg

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Révélation

21022104510921291317274428.jpg

 

Chronologie

 

1904

Janvier

13. Le Japon adresse un ultimatum à la Russie au sujet de la Mandchourie.

Février

6. Rupture des relations diplomatiques par le Japon.

8. Les torpilleurs japonais attaquent la flotte russe à Port-Arthur.

8-9. Combat naval à Tchemulpo, destruction de deux navires russes (le Varyag et le Koreetz).

8-9. Des troupes japonaises débarquent en Corée.

Mars

6. La flotte japonaise bombarde Vladivostok.

9. Combat naval devant Port-Arthur. Un navire russe sombre.

21. La flotte japonaise bombarde Port-Arthur.

Avril

6. Occupation de Wijou par les Nippons. Retraite des Russes derrière le Yalou.

26. Destruction d’un transport japonais par deux torpilleurs russes.

Mai

1. Passage du Yalou par le général Kuroki. Bataille de Kialientze.

2. Quatrième essai d’embouteillage de Port-Arthur, partiellement réussi.

4. Débarquement de l’armée de Yasukata Oku dans le Liao-Toung.

Juin

15. Le détachement de Stackelberg est défait par Oku à Vafangou.

16. Troisième sortie de l’escadre de Vladivostok. Elle détruit deux transports japonais dans le détroit de Corée.

27. Prise des défilés de Motienling, de Fen-choui-ling et de Taling par les Japonais.

Juillet

3-4-5. Refoulement des Russes sur Port-Arthur par l’armée du général Nogi.

17. Les Russes contre-attaquent sur le défilé de Motien-ling.

31. Les Japonais font une offensive en Mandchourie et investissent Port-Arthur.

Carte de la campagne avec la ligne de communication Port-Arthur (mer Jaune) et Herbin (Sibérie).

Août

10. Combat naval entre la flotte de Port-Arthur et les Japonais.

14. Combat naval entre l’escadre de Kamimura et celle de Vladivostok.

19. Grosses pertes pour les Japonais lors d’un assaut sans résultat de Port-Arthur.

Septembre

3. Retraite russe.

4. Entrée à Liao-Yang des Japonais.

Octobre

9. Début de la bataille du Cha-Ho.

11. Départ de la Baltique de la « Deuxième escadre du Pacifique ».

12-14. Arrêt de l’offensive japonaise par les forces russes.

21 : incident du Dogger Bank.

Novembre

26. Les Japonais prennent la contrescarpe d’Eurlung.

Décembre

3. La flotte japonaise bombarde la flotte russe devant la rade de Port-Arthur. Les navires russes sont presque tous détruits.

18-28-29. Les Japonais prennent successivement plusieurs forts qui assuraient la protection de Port-Arthur.

 

1905

Janvier

1-2. Port-Arthur capitule.

22 janvier : « Dimanche rouge » à Saint-Pétersbourg. Début de la Révolution de 1905 en Russie.

25 au 29. Bataille de Heï-Kou-Taï.

Février

23. Commencement de la bataille de Moukden.

Mars

10. Entrée des Japonais à Moukden.

20. Le commandement de la première armée est pris par Kouropatkine.

Mai

8. Jonction des deux escadres du Pacifique.

27-28. Bataille navale de Tsushima. Victoire japonaise.

Juin

8. Invitation de la Russie et du Japon à négocier par le président Theodore Roosevelt.

10. Le Japon accepte.

14. La Russie accepte.

Juillet

7. Débarquement des forces japonaises sur l’île de Sakhaline.

31. Capitulation russe sur Sakhaline.

Août

5. Rencontre des plénipotentiaires russes et Japonais à Oyster-Bay.

29. L’accord est conclu.

Septembre

5. Signature définitive du Traité de Portsmouth.

Octobre

17 octobre : Manifeste d'octobre en Russie.

 

21022104591521291317274445.jpg

21022103235621291317274229.jpg

21022110415421291317275070.jpg

21022106393321291317274670.jpg

 

Révélation

21022109225421291317274959.jpg

 

Et en cadeau : 

 

 

 

Edited by Den's

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, j'ai comme l'impression qu'il n'y a plus âme qui vive sur ce forum.... :(
Un ptit signe me rassurerait ...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...